#Onfray dans le magazine d’Alain de Benoist (mais à part ça, tout va bien).

CRYxxIqUEAERF4x.jpg largeEt donc, Onfray se retrouve dans le magazine d’Alain de Benoist, théoricien sinon d’extrême droite, du moins qui l’a fortement inspirée, et que l’on se plait à décrire sous le manteau plus pudique de « Nouvelle Droite » depuis le fameux Grèce, et l’on voudrait me faire croire que son positionnement idéologique n’est ni nationaliste, ni identitaire , comme pourrait pourtant le laisser à penser ses récentes déclarations sur sa proximité avec le souverainisme, et donc le nationalisme, de Chevènement, qui s’est récemment rapproché de Dupont-Aignan ? Sans moi. Et dire que ce mec était perçu comme étant de gauche. Mouais. La gauche mon cul, oui ! Mais bien sûr, je ne suis qu’un crétin gauchiste inculte, comme me l’a signifié il n’y a pas si longtemps Sapir sur Twitter, énervé que je lui reproche le fait qu’il ne voie aucun inconvénient à travailler pour le FN, ce qui m’est littéralement insupportable si l’on se pense démocrate…… Voilà voilà… Décidément, le souverainisme et la défense de la nation, tout comme la défense de la culture européenne, conduisent à la même impasse idéologique xénophobe, et flirtent dangereusement avec la théorie débile du grand remplacement. Cochon qui s’en dédit.

6 réflexions sur “#Onfray dans le magazine d’Alain de Benoist (mais à part ça, tout va bien).

  1. Donc, si demain un journaliste de L’Humanité sollicite une interview de moi et que j’accepte de le rencontrer, vous en déduirez que je suis devenu communiste ? Vous devriez arrêter de donner des arguments à M. Sapir…

    J'aime

  2. Hello,

    je pense qu’il y a un fossé qui sépare les notions de souverainisme et de nationalisme.

    Le nationalisme propose un repli identitaire.
    Le souverainisme pose la question de la légitimité démocratique d’une décision, car la démocratie (qui prend la forme d’un vote in fine) se définit d’abord par un espace dans lequel s’exercent des règles.

    Nous vivons dans une Europe qui a fait sien le principe de pensée unique consacrée par des traités.

    Dans ses conférences, Onfray s’interroge beaucoup sur cette Europe qui, selon lui, souffre d’une manque patent de démocratie. Des décision sont prises qui peuvent aller à l’encontre des vœux formulés démocratiquement dans le cadre d’un scrutin au niveau national (ex. de Juncker qui déclare que l’expression démocratique grecque ne peut s’opposer aux traités européens).
    Dans un tel cas, qui a raison : l’Europe, qui est une construction politique qui réunit des pays démocratiques ayant, démocratiquement, signé des traités ? Ou le pays lambda dont les électeurs se sont démocratiquement exprimés au travers d’un vote ?
    C’est démocratie contre démocratie…

    Le fait de vouloir retrouver des marges de manœuvre est un débat chapeauté par le concept de souverainisme.

    Enfin, sur le fait qu’Onfray s’exprime dans tel ou tel journal ne devrait pas trop émouvoir car la plupart des grands quotidiens ne veulent pas le recevoir. Cela ne fait pas de lui un nationaliste.
    Pour s’en convaincre, il faut écouter ses conférence sur le nihilisme et comment en sortir : passionnant.

    ++

    J'aime

  3. cher Monsieur, abonné récent, et donc ouvert, à votre écho, je trouve que ça commence à raisonnez/résonnez curieusement ici. Serai-ce l’écho? .
    j’ignore si vous êtes un « crétin gauchiste » (c’est vous qui le dites) et inculte (pléonasme) mais vous semblez avoir des réflexes pavlovien qui trahissent un début de fièvre. sans entrer dans le fond d’un article que je n’ai pas lu et sur lequel d’ailleurs vous ne dites rien donc déjà avant de crier au loup, que dit Onfray à « Elements »?
    Sans entrer dans tout ce qui distingue Alain de Benoist qui n’est pas un fasciste de l’extreme droite xénophobe et antidémocratique à laquelle vous semblez vouloir le rattacher, vous nous expliquez vraiment que le simple fait qu’onfray parle dans un journal de droite est condamnable en soi?
    Pouvez vous également argumenter un peu plus avant que simplement affirmer que revendiquer une culture ou défendre une souveraineté mène inéxorablement à une » impasse » et est « xénophobe »?
    rassurez moi, vous vous distinguez de ces imbéciles d’antifas avec leur trois neurones et leur harangue « pas de quartier pour les fachos » au bout des lèvres pour un oui ou pour un non?
    le vrai succès de l’ennemi aura t-il été de vider la gauchosphère de ses intelligences?
    Pour finir, il est des époques critiques ou il faut savoir faire fi de désaccords idéologiques pour oeuvrer à une cause commune supérieure. Sortir d’un dogmatisme stérile, voire destructeur..
    encore un effort et vous ne m’aurez plus parmi vos lecteurs.

    Cordialement

    PS : Quant à Onfray, ça m’agace qu’on l’appelle philosophe. Il n’a jamais rien produit (comme Philosophe s’entend), il fait, selon la belle formule de Levinas et avec talent, du « journalisme philosophique ». Il commente, c’est un formidable vulgarisateur et un grand pédagogue, mais un philosophe…Non!

    J'aime

Les commentaires sont fermés.