la perfidie de Marion Anne Perrine Le Pen #FN

Beaucoup s’indignent de ce que la Présidente du FN ait refusé de se rendre hier à une convocation des juges dans le cadre de l’affaire de Jeanne, un montage politico-financier de surfacturation, et donc de détournement d’argent public. Ils trouvent ahurissant que cette personnalité politique qui devrait montrer un exemple quelque peu plus républicain (sic…mot plus que galvaudé) s’estime au-dessus des lois, propos qui revient très souvent ici et là. J’ai eu la faiblesse de le penser aussi, jusqu’à ce que je me ravise aussitôt en me disant qu’après tout, elle n’a fait qu’utiliser une possibilité que la loi lui proposait, en avocate de formation qu’elle est. Elle a en effet respecté le cadre légal puisqu’elle a déposé une requête en suspicion légitime contre les magistrats, Renaud Renaud van Ruymbeke et Aude Buresi. Bien sûr, il est fort probable qu’elle va probablement utiliser cettsurfacturation, e histoire à son profit, comme le FN sait si bien le faire, pour faire parler d’elle, montrer encore plus de visibilité médiatique qu’elle n’en a déjà, avec la complicité de médias si étrangement bienveillants à son endroit,  elle et son parti, tout en se posant de nouveau en victime expiatoire du système… alors que le FN l’utilise si outrancièrement et en tire si grassement bénéfices, à tous niveaux… Elle pourra ainsi évoquer la thèse idiote des juges rouges, parler de complot, de cabale, et autre procès en sorcellerie. Rien de nouveau sous le soleil noir du FN. Mais j’ai toutefois une autre hypothèse, à vérifier et valider dans la durée. Et si, par le plus grand des hasards (la fameuse ironie du sort) que constitue le cynisme absolu de ces gens là, elle ne cherchait pas plutôt à gagner du temps par un artifice juridique calculé, afin de pouvoir atteindre sans encombre la candidature aux élections régionales, et son éventuel succès que tant de médias faisant son jeu annoncent déjà à grand renfort de sondages idiots, sans le moindre doute possible  ? Voilà qui alors éclairerait son refus de bien davantage de malignité qu’un simple refus par arrogance, n’est-ce pas ?