Et pourtant, Maïtre Eolas avait raison : les étrons de l’ #IPJ sentent un peu fort…

CaptureComme beaucoup d’autres blogueurs et twittos à qui ce genre de désagréments pourraient facilement arriver quand ils ne manient pas la langue de bois et qu’ils possèdent une telle notoriété, ce n’est pas sans émotion que j’ai appris la condamnation de Maître Eolas dans le cadre de l’affaire de l’IPJ. Quelles que soient les divergences politiques qui nous opposent, et les arguties spécieuses utilisées par la partie adverse pour appuyer leur plaidoirie aboutissant à ladite condamnation, je tiens à apporter (même s’il ne représente pas grand chose) mon soutien officiel à Maître Eolas, et dire combien il a raison, malgré le jugement rendu,  sinon dans la forme, du moins sur le fond de cette histoire.  Rappelons le :

En 2011, il s’en était pris à une pétition de l’IPJ, dans laquelle l’organisation – bien à droite – demandait notamment « l’impunité zéro pour les atteintes aux personnes et aux biens » et une « fermeté de précaution vis-à-vis des criminels dangereux ».

Eolas avait qualifié l’initiative d’« étron » et de « bouse ». Avant d’ajouter qu’il se « torcherait bien avec l’IPJ s’[il] n’avait pas peur de salir [son] caca ».

Aussitôt le jugement rendu, Maitre Eolas a donc choisi de fermer son compte twitter, à sa seule initiative. Elle l’honore, et le protégera peut-être à l’avenir de ce genre de péripéties qui nous guettent tous au détour d’un tweet un peu trop impulsif ou d’un billet bien senti, face à quelqun qui se sent morveux…. Mais je tiens à prendre le relais de ce bâton merdeux qu’il a porté un moment. Car enfin, malgré le jugement rendu, cela ne change rien : l’IPJ est bien un repaire de vieux réacs, un peu trop proches de l’extrême droite, comme j’ai encore eu l’occasion de le démontrer il n’y a pas si longtemps, lui qui se flatte de soutenir l’exploitation de l’homme par l’homme… Et face au camp progressiste, ils ont peut-être gagné une bataille (et encore, relativisons…) mais pas la guerre. Sus aux fachos ! Qu’ils comptent sur moi pour les suivre de (très) près…

8 réflexions sur “Et pourtant, Maïtre Eolas avait raison : les étrons de l’ #IPJ sentent un peu fort…

  1. post scriptum, bonjour GdC, mon post, réponse à ton blog: « Fermer ou non les commentaires sur mon blog, qu’en pensez-vous ? » est prêt depuis le 26 sept. peut-être (re)compter le nbr de caractères..?! cordialement

    J’aime

Les commentaires sont fermés.