#syrie : Bachar al Assad, définitivement infréquentable, pour crimes contre l’humanité

14416227

Rehab Alallawi avait 24 ans, elle était étudiante en troisième année de génie civil à l’université de Damas. Arrêtée en janvier 2013 après avoir participé à des manifestations, elle est décédée peu après. (Photos des exactions commises entre 2011 et 2013 divulguées par « César », le photographe militaire. Source L’Obs)

A l’heure où certains, y compris dans nos rangs, appellent au dialogue avec Bachar El Assad pour résoudre la situation en Syrie et lutter contre Daesh, je suis heureux d’apprendre que notre pays est à l’initiative d’une plainte contre son régime pour ses exactions envers son propre peuple. J’avais déjà salué, une fois n’est pas coutume, la position du gouvernement français au sujet de ce tyran sanguinaire. Mais là, un nouveau pas est franchi pour la reconnaissance des crimes contres l’humanité du régime syrien. Celle-ci se base sur le témoignage de celui qui se fait nommer César, un ex-photographe du service de documentation de la police militaire syrienne. On apprend que son rapport  été présenté à l’ONU en avril 2014. Ses dizaines de  milliers de photos insoutenables, authentifiées par de nombreux experts, montrent des cadavres torturés et morts de faim dans les prisons du régime. Elles témoignent de la cruauté systématique du régime de Bachar al-Assad. Elles feront l’objet d’un livre à paraître en octobre, afin de sensibiliser la communauté internationale. Grâce au travail de mémoire de ce syrien courageux, ex-filtré et protégé en France, espérons que les coupables de ces horreurs auront enfin à répondre de leurs atrocités.