Enghelmann (#FN) fait expulser violemment le Président d’#Hayange en Résistance en plein Conseil municipal

CaptureC’est avec un grande émotion que j’ai appris l’agression dont a été victime ce soir, 1er septembre 2015, lors du Conseil Municipal d’Hayange, Gilles Wobedo, le Président de l’association « Hayange en Résistance », et partisan du Parti de Gauche de Moselle Nord.  Manifestement, il en coûte y compris physiquement de contrarier l’irascible maire lorrain du Front National.  Le communiqué qui suit provient de la page Facebook de son association :

2 h · Modifié ·

Hayange : Graves dérapages au Conseil Municipal du 1er septembre.

La majorité du maire se délite. Fabien Engelmann qui n’apprécie pas certains qualificatifs (pourtant confirmés) provoque et sa police dérape.

Ce soir il a fait violemment expulser du Conseil Municipal le président de notre association, Gilles Wobedo.

C’est toujours la même méthode : Engelmann provoque s’adressant directement à Gilles, avec des attaques particulièrement diffamantes. Quand celui-ci essaie de répondre, calmement, par des arguments raisonnables, sans attaque, le maire ordonne à ses policiers municipaux de l’expulser.

Comme pendant toute la durée du Conseil Municipal, les supporters de maire ont bruyamment manifesté leur soutien gloussant pour certains, vociférant pour d’autres, insultant pour les derniers, tout cela en parfaite contradiction avec le règlement intérieur imposé pourtant par Engelmann.

Sauf que ce coup-ci, l’expulsion fut violente. Notre président est actuellement aux urgences.

Rien d’étonnant à cette escalade : un des deux agents, récemment recruté à Hayange, vient de Saint-Avold où il semble qu’on ne le regrette pas.

En effet, selon un journal local, « Le petit naborien », cet agent a maille à partir avec la justice pour une affaire de violences graves opérées sur personne en situation de vulnérabilité traitée par chimiothérapie en juillet dernier. Cette affaire devrait être bientôt jugée.

Mais cet état de fait témoigne d’une pratique propre à l’extrême droite : des expulsions musclées. Toutes les arguties juridiques sont bonnes pour répondre à des formes d’expression populaire qui contestent sa légitimité et pour renforcer des méthodes de pression tant physiques que psychologiques sur ses opposants.

Le point 19 du conseil municipal était effectivement destiné à museler l’opposition.

Marc Olenine


Comme d’habitude, je réactualiserai ce billet en fonction de l’évolution de mes informations.
  1. Un événement qu’il convient de rapprocher également de cette information que nous développe le Républicain Lorrain concernant l’éjection (encore ?) d’un premier adjoint, Damien Bourgois, dont toutes les délégations ont été retirées pendant ce même conseil municipal. Mais là, on ne ve pas pleurer. Les loups, entre eux….