le #MEDEF, une invention du #Gorafi ?

Aujourd’hui avait lieu l’ouverture de la Xème université du MEDEF à Jouy-en-Josas. Le menu est on ne peut plus fade, même pas de quoi réveiller un gauchiste radical mal embouché, tant il fait si peu preuve d’originalité.  La rengaine obscène libérale-prédatrice est en effet connue : aller plus loin dans les réformes, casser le code du travail, rendre plus flexible un marché de l’emploi dont on voit mal comment il pourrait l’être davantage avec une telle précarité,  alors que 90 % des embauches se réalisent sous forme de contrats courts hors CDI (n’y aurait-il donc que les entreprises qu’il conviendrait de rassurer ?), exiger de l’état de  « régler le problème de la dépense publique » tout en demandant assez cyniquement et contradictoirement dans le même temps au gouvernement de « sanctuariser le pacte de responsabilité » qui coûte 41 milliards aux contribuables sans la moindre contrepartie… Les grandes entreprises n’ont manifestement que des droits, aucun devoir. Et cerise sur le gâteau, savoir que les clés de l’évolution économique de notre pays sont offertes à des apprentis sorciers, des néo-voyants, perspective particulièrement rassurante  :

« On peut espérer qu’en 2016, cette courbe qui devait s’inverser en 2012 s’inverse pour de vrai« , a déclaré sur BFMTV M. Roux de Bézieux, (ndla vice-président du Medef) interrogé sur les chiffres du chômage au mois de juillet. C’est « possible car il y a des vents favorables externes. C’est l’euro, c’est les prix du pétrole, c’est les taux d’intérêts. On est objectivement dans une période où les astres sont alignés« 

Alors, devant tant de sérieux, de cohérence et de crédibilité, je ne résiste pas à la tentation de vous offrir ce pin’s en cadeau :

Capture

source

Le slogan du Medef est cette année « Formidable jeunesse ».. Avec tous ces vieux cons qui prétendent détenir la vérité, c’est pas gagné. La jeunesse est certes formidable, mais on la sur-forme pour la cantonner au final dans des emplois pourris. Bravo, Messieurs. Beau résultat… Une bombe sociale.