Quand SOS Racisme déconne à plein tube… et qu’une journaliste du Figaro se lâche… #jeportemonmaillotauParcLeo

sos connerieQue les mouvements identitaires et d’extrême droite se jettent aveuglément comme des guêpes dans du sirop de grenadine sur l’événement de Reims sans réfléchir, cela va dans le sens de leur positionnement politique discutable et de leurs pratiques familières détestables. Puisqu’il s’agit pour eux à présent, on l’aura bien compris, tant leurs habitudes convergent, de tordre n’importe quel événement et le moindre fait divers pour l’instrumentaliser contre ce qu’ils considèrent comme leur ennemi commun : l’étranger, volontiers musulman, qui viendrait envahir notre territoire pour y imposer sa loi… Le discours qui pue de la gueule est connu.  Mais qu’une association dont le but est sensé être la lutte contre le racisme se fourvoie dans ce genre d’errements idéologiques où la prise de distance et l’attente des bonnes informations est cruellement absente, voilà qui est plus surprenant. On attend davantage d’un mouvement responsable qui fît l’admiration de notre jeunesse (depuis, on a grandit….). Car contrairement à ce que la prise de position intempestive de celui ou de celle qui se cache derrière l’administration de ce compte tweeter dédié laisse à croire au quidam peu informé, voilà les faits, rien que les faits, et non leur interprétation abusive, et tordue par la droite extrême, sur laquelle a si curieusement rebondit SOS racisme, dont on attendait mieux   :

france info

 « Ni la victime ni les auteures des coups n’ont fait état, lors des auditions, d’un mobile religieux ou d’un mobile moral qui aurait déclenché l’altercation. »

Même le maire de Reims, qu’on ne saurait suspecter de collaboration avec l’ennemi ou d’islamophilie, (pour reprendre la formulation habituelle des  » de droite ») puisqu’il est lui-aussi de droite (Les « républicains ») réfute l’interprêtation répandue par Le Parisien et la première version ( remise à jour depuis) de l’Union, le journal local au sujet de cette altercation.

france info2

Et donc, Monsieur ou Madame de SOS racisme, en quoi s’agit-il, dans cette histoire dont on ne sait encore rien malgré les rumeurs d’une agression à caractère religieux, où est l’oppression, la morale, et le danger de restriction des libertés ? Où est la nécessité et l’obligation du combat féministe, qu’aucun élément ne peut pour l’instant justifier ? Et qu’est-ce que vient faire là dedans le slogan « ni putes ni soumises « , dont nous connaissons fort bien l’origine..  ?  A moins d’adhérer au motif répandu un peu trop précipitamment… J’attends donc tranquillement des explications. On peut tous se tromper, sur les réseaux sociaux, en réagissant un peu trop vite. Suffit de le reconnaitre, plutôt que de s’enfoncer dans son erreur, comme ceci

sos connnerie.2

Etant donné mon engagement personnel et mon comportement au quotidien sur le sujet, le contenu de ce tweet m’a particulièrement blessé, et je demande donc publiquement des excuses. Il n’est pas honteux d’avouer que l’on s’est trompé, et que le terme de violences faites aux femmes, en l’espèce, ne convient pas lorsqu’il s’agit de femmes entre elles. Bien sûr, que je trouve ce genre de violences, comme toutes les agressions physiques, insupportables. Mais là n’est pas la question et vous vous êtes fourvoyé(e) en instrumentalisant ce fait divers qui jusqu’à preuve du contraire n’a rien de religieux ni de politique, et sur lequel vous jetez de l’huile sur le feu, dans un contexte national où les points de tension inter-religieux et sociaux sont déjà suffisamment présents comme cela sans qu’il ne soit nécessaire d’en rajouter.  Point barre

Post-scriptum : heureusement qu’il y a en France de vrais journalistes qui font leur boulot jusqu’au bout… Voir ici (en prime, une vidéo de l’altercation). Parce que au FIgaro, on dirait vraiment qu’ils ont recruté au FN ou chez les identitaires…

bastie

.

Post-scriptum: le coordinateur (bénévole) de SOS racisme sur les réseaux sociaux, Daniel Dhombres, a été éjecté, ses propos ayant été jugés inadmissibles. Ils disaient quoi déjà, ceux qui me prenaient pour un con ?

¹ Extrême-droite dans laquelle j’inclus également, depuis l’acculturation de la droite par le sarkozysme,  la droite dure à la Morano/Estrosi/Ciotti, tant les propos sont similaires et les prises de position automatiques convergentes sur certains sujets…

18 réflexions sur “Quand SOS Racisme déconne à plein tube… et qu’une journaliste du Figaro se lâche… #jeportemonmaillotauParcLeo

  1. (comme d’hab, limite hors sujet?) entendu & appris cette semaine:
    « Oum Kalsoum est haram, une mécréante »
    .. cé qui ?
    Une femme.. chanteuse Arabe, genre John Lennon pour un Hambourgeois (au pif?)

    conclusion: « avant de frapper (fort) faut apprendre à viser »

    J'aime

  2. C’est une méthode voulue et réfléchie en haut lieu. J’ai vu dans un reportage consacré à la formation des candidats Fn comment il leur était expressément demandé de monter en épingle le moindre fait divers… quitte à caviarder les articles en remplaçant les noms français par des noms étrangers… Mains propres, tête haute quoi.

    J'aime

  3. C’est le boulot de SOS Racisme de lutter contre toutes les formes de discrimination et de violence. Contrairement aux haineux et fachos, SOS Racisme n’a pas évoqué le «  Motif religieux » pour marquer son indignation, sa réaction est juste et prouve au moins une chose, n’en déplaise aux racistes et antisémites: «  SOS Racisme s’indigne pour toutes les victimes quelque soit leurs origines et/ou croyances. C’est ce que tu viens de démontrer…

    Voilà!

    J'aime

  4. @extimites ; je crois que tu n’as pas tout compris… SOS racisme s’est laissé entraîner dans l’emballement médiatique, voilà tout. Il est à côté de la plaque. Il n’est pas dans son rôle quand il se mêle de bagarres de gamines. Il n’y a pas de racisme ni de féminisme là-dedans, juste de la bêtise et de la violence. La seule discrimination qu’on peut y trouver, c’est celle de la victime envers l’une des jeunes filles, pas assez maigre à son goût, ce que j’appelle faute de terme adéquat « grossophobie »…

    J'aime

  5. La grossophobie ça s’appelle le « fat-shaming » et ça va de pair avec le « slut-shaming ». Y’a pas de traductions tip top en français, mais c’est plus que de la « phobie », c’est les effets du patriarcat ! (Et oui les femmes aussi peuvent être sexistes, c’est ça aussi les effets du patriarcat.)

    Plus d’explications sur cet excellent site : http://lesquestionscomposent.fr/la-nouvelle-salope/

    Et pour répondre à la question « quelle est la bonne façon de réagir ? » : http://lesquestionscomposent.fr/la-bonne-facon-de-reagir/

    J'aime

  6. @Maïa (celle que je connais ?) : ahhhh enfin une contribution particulièrement utile. je suis en effet (comme à tout âge) en cours de construction sur cette voie… Merci pour les apports et la lecture. Sympa ! je vais aller voir ça.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.