There is #NoTina. La preuve : l’Islande

Pendant que les médiacrates européens, essentiellement d’obédience libérale, glosent sur la dette grecque en prétendant qu’il a été illusoire de faire croire aux grecs qu’une autre voie était possible, et que Tsipras est un irresponsable, ailleurs, on avance, et on démontre le contraire. je veux parler ici de l’Islande  qui, elle, a pris les choses en main suite à la crise financière de 2008. Elle a refusé de renflouer ses banques et, pire (ou mieux selon son positionnement politique…),  a sanctionné celles qui ont gravement fauté. Alors qu’ ici, elles ne seront donc jamais inquiétées [Injustice profonde et visible de tous qui se retournera comme un boomerang populaire contre leurs auteurs.]  Bien sûr, cette façon de faire a beaucoup déplu aux tenants du Tina. Pourtant, l’île nordique a connu une croissance de 1,4 % supérieure à celle des principales économies européennes et que, cette année, la croissance devrait encore accélérer à 2 % et atteindre 2,5 % en 2014. 

Mais le nouveau gouvernement du pays, élu en juin, veut aller plus loin et a annoncé un plan d’annulation de dettes des ménages de quelques 80 milliards de couronnes, soit près de 500 millions d’euros. (source)

Faire payer aux banques les conséquences de leurs erreurs, de leurs errements, toujours non résolus à l’échelle mondiale, quoi de plus naturel en somme ? C’est pas en France qu’on verrait ça… Autre exemple aux USA, pays pourtant réputé le plus libéral, où l’on n’a pas hésité à poursuivre en justice les banques fautives, récupérant ainsi pour les finances du pays des sommes colossales. Et pendant ce temps là, en Europe, les vautours qui sont à l’origine de l’appauvrissement de la Grèce sont en train de l’assécher encore davantage…  Pragmatisme et réalisme, avez vous dit ? Non : aveuglement idéologique. Le libéralisme est une telle religion qu’il devient interdit de douter de ses bienfaits comme de ses préceptes, sous peine de passer pour un dangereux bolchévique… Ok. J’en suis.

4 réflexions au sujet de « There is #NoTina. La preuve : l’Islande »

  1. moi, ce qui me gêne avec les comparaisons « si eux peuvent le faire pourquoi pas nous ? », ce sont les objets comparés. l’islande 300’000 habitants, pas dans l’€ et SURTOUT pas dans l’UE (renoncé il y a 2 ans). société super homogène de l’entre-soi, massivement aidée par le plan marshall après la guerre après avoir été neutre durant celle-ci, et actuellement gouvernée par la droite.

    J'aime

  2. @zozefine : on peut discuter du mode_le de société, de la pertinence de la comparaison et du fait que l’Islande ne fasse pas partie de l’euro. Mon but ici n’était pas de dire que ce modèle est transférable en France mais de donner des exemples de pays où l’on a été un peu moins tendres avec les errements bancaires qu’ici. Le peu d’empressement à juger les coupables m’horripile au plus au point. Et maintenant, faire payer aux français leurs erreurs sans rien dire ?

    J'aime

  3. ok. tu sais, moi je vis en grèce, et totalement obnubilée par ce qui nous tombe sur la tête, je vois tout à travers ce prisme.

    J'aime

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s