cette armée de trolls qui enjolivent la réalité russe… (et nourrissent le complotisme)

Pour celles et ceux qui me lisent régulièrement, vous savez tout le mal que je pense de Poutine et de ses volontés expansionnistes, un impérialisme que je renvoie dos à dos à celui des états-unis, n’en déplaisent à certains qui dans ma famille politique n’ont pas encore compris que la Russie n’était plus communiste… et que le tsar de toutes les russies était d’extrême droite. Et un tyran. Et comme je suis régulièrement amené à constater les ravages du complotisme crasse sur les réseaux sociaux, et plus largement sur internet où une flopée de sites peu crédibles, quand ce n’est pas carrément  nauséabonds y sévissent (genre Sputnik pour le plus connu) qui colportent les rumeurs les plus fantaisistes, vous ne serez donc pas étonnés que je vous conseille cette saine lecture qu’est Courrier international en cet article fort opportun :

Capture

On y raconte sur la base d’une enquête du New York Times Magazine visible ici pour les anglicistes comment une armée de trolls salariés sont payés l’équivalent d’un salaire de prof à St Pétersbourg pour nourrir les réseaux sociaux et les sites de « ré-information » qui surfent sur la crise ukrainienne de pseudo-informations alternatives… qui ne sont que propagande, à l’instar de Sputnik, l’un des plus usités (hélas..) en France.

Selon plusieurs médias russes, cette armée de trolls qui se dissimulent derrière la façade volontairement anonymisée et bien gardée de l’Internet Research Agency serait financée par Evgeny Prigozhin, un oligarque connu pour ses contrats lucratifs avec le gouvernement russe et sa relation étroite avec le président Vladimir Poutine.

Les anciens employés qui ont parlé à la presse décrivent une firme très bien organisée, qui compte plusieurs centaines de salariés, répartis par département. Chaque département a un champ d’actions bien défini : LiveJournal, VKontakte (le Facebook russe), Facebook, Twitter, Instagram, les commentaires des sites d’info russes…

Un seul but : glorifier la politique de Vladimir Poutine. Ce phénomène de propagande russe est si sérieux, important et massif que les autorités européennes ont décidé de contrer ce phénomène en recrutant des agents spécialisés pour le combattre. En Ukraine, une école de journalisme de Kiev a décidé de s’ attaquer à cette désinformation qui gangrène les médias depuis le début de la crise en créant, le 2 mars 2014, une plateforme collaborative :  StopFake. La guerre de l’information ne fait que commencer…

Et l’on voudrait que je sois confiant… Vous ne pourrez plus dire que vous ne savez pas. Soyez vigilants !

Advertisements

12 commentaires

  1. comment quantifier les « armées » de trolls ? les russes, soit…mais les amerlock restent l’arme aux ieds alors que quasiment l’ensemble de nos médias leurs servent de porte-avions ?

    je ne connaissais pas spoutnik, mais de temps en temps j’irais m’y promener : çà me changera du bourrage de crâne à « l’occidental » merci pour l’info

  2. Le seul moyen de prémunir les individus contre l’intox c’est de les aider à former leur esprit critique, en apprenant à distinguer les faits et les procès d’intention et autres excommunications sommaires. On ne condamne pas par principe une source d’information mais on reprend les informations qu’elle diffuse pour en démontrer le caractère erroné. Procéder autrement, c’est reprendre à son compte les méthodes au nom desquelles on condamne l’activité éditoriale de certains acteurs du monde de l’information. Sans parler du fait qu’il est beaucoup plus formateur intellectuellement d’analyser plutôt que de livrer à la vindicte publique des proies dénoncées sur la base d’accusations dont l’a agressivité n’a d’équivalent que l’imprécision.

  3. @diego : oui et ? D’où viens tu ? Si c’est du blog de Bourgain, tu peux retourner d’où tu viens. Les gens qui soutiennent E&R, et qqui se font publier dans la maison d’édition de Soral, néo-nazi revendiqué, très peu pour moi.

  4. @diego : c’est donc bien ce que je pensais… Soutenir un mec qui publie dans E&R, et qui publie chez Soral, non merci, très peu pour moi? Je ne suis pas tolérant ? non en effet, je ne tolère pas l’extrême droite et les néo nazis. Dehors !

  5. Bourgoin, et ton concept pourri de réinformation qui provient en droite ligne de l’extrême droite, inutile d’insister ; tu dégages !

Les commentaires sont fermés.