Sarkozy se marie avec la Manif pour tous par intérêt électoral

Si la justice ne l’arrête pas avant 2017, je crains autant pour la démocratie de la part de Sarkozy que du FN. On connait en effet maintenant ses façons de faire et son comportement politique totalement amoral, dépourvu de toute déontologie. Mais le danger vient également de son programme et de ses démarches actuelles. j’en veux pour preuve le fait qu’il rencontre si souvent, comme ce mardi, les représentants de la Manif pour tous, un mouvement aux sympathies d’extrême droite qui a tant contribué à la libération de la parole et des actes homophobes. Et quand c’est de surcroît dans la perspective de la réécriture de la loi Taubira, qui a permis fort heureusement la possibilité pour les homosexuel(le)s, comme pour les autres,  de se marier, on peut  craindre le pire. Pour une fois que les socialistes pondait au moins une loi un tantinet sociale… Espérons fortement qu’il soit mis dans l’impossibilité de concrétiser ses projets, tout aussi régressifs que ceux de l’extrême droite.

Post-scriptum : je ne croyais pas si bien dire en parlant de mariage électoral… Le Mariane du jour nous apprend que , Sens commun, mouvement associé à l’UMP, apparu dans le sillage de la Manif pour tous, a recruté une directrice de la communication bénévole très proche de sa porte-parole Madeleine Bazin de Jessey. Chez Sens commun, on appelle la demoiselle « Constance Andras », un pseudo car elle est par ailleurs journaliste au « Point ». Les éléments du puzzle s’assemblent donc… En outre, deux autres figures de Sens Commun ont été soigneusement placées : sa porte parole est secrétaire nationale à la Formation. et le président du mouvement, Sébastien Pillard, a été nommé délégué national de l’UMP aux Entrepreneurs, selon Mariane. De quoi s’assurer les faveurs des anti-mariage gays et autres défenseurs de la famille traditionnelle… Il ne manque plus à Sarkozy que de recruter Christine Boutin, avec pour témoin Florian Philippot, et le virage vers l’extrême droite sera complet. Et vous disiez « Républicains » ?