petite promenade non dominicale en terre #antifa

thLes antifas étant souvent perçus à tort par ceux qui ne les connaissent pas comme des monstres hirsutes ivres de bière et de baston, ou détonnant mélange de black bloc et de cousins aussi étranges qu’ incompréhensibles de ces crânes rasés violents et racistes aux tatouages faits de crois gammées qui escortent les cortèges du FN,  je me suis dit qu’il ne serait pas si mal de démystifier cette fausse  image  auprès du grand public. Oh, certes, je le sais bien, beaucoup d’entre eux tiennent absolument pour la légende à paraître absolument effrayants pour rendre à leurs adversaires idéologiques la monnaie de leur pièce… De l’usage de la peur comme arme de dissuasion massive. Il n’y à qu’à regarder les appellations de différents groupes et sites antifascistes : la Horde, les enragé-e-s, le chat noir émeutier, les morbacks véners, soyons sauvages, scalp… Quelques noms parmi d’autres cueillis ici pour illustrer utilement le propos, sans exclusive. Contrairement à beaucoup, je ne les ai découverts que sur le tard, malgré des convictions solidement ancrées qui ne sont pas si éloignées. Je ne suis juste pas encore suffisamment libertaire à leur goût, peut-être, mais cela viendra peut-être… Tant que la réflexion suit son cours….  Il semblerait que mon parcours politique souffre en effet d’un certain temps de latence… de maturation ? Ne me suis-je pas compromis autrefois à fréquenter le PS ? C’est dire…

Pour notre première étape de ce parcours touristico-idéologique, je vous propose de nous attarder sur quelques blogs glanés au hasard de mes pérégrinations internétiques. Un incontournable, le site de La Horde, l’un des plus connus, propose dans sa dernière publication  de s’arrêter sur l’action détestable de ce maire d’une petite commune du Nord-Pas de Calais,  Haubourdin, qui fit preuve d’un bien curieux sens de l’hospitalité :

Ici, à quelques minutes de Lille, Bernard Delaby – maire d’Haubourdin – vient de faire preuve du racisme le plus abject. Mécontent que des Rroms habitent sa commune et y scolarisent leurs enfants, il a utilisé les services municipaux afin de déverser de la boue d’épandage (concrètement : de la merde) dans le camp de Rroms de Busignies situé sur le territoire de sa commune.

Leur action propre de solidarité envers la communauté ainsi agressée fait l’objet d’un compte-rendu détaillé sur leur site.

« Soyons sauvages« , moins connu, nous fait part d’une réflexion sur le thème de la violence d’état, dans la trace de la mort de Rémi Fraisse à Sivens, réfutant à juste titre le terme de bavure à l’aide du texte d’un autre incontournable, Paris-Luttes-Info (: « Ceci n’est pas une bavure. 2000-2014 : 127 personnes tués par la police française »). Les violences policières et le fait que les forces de l’ordre protègent plus volontiers les intérêts dominants et leurs biens matériels plutôt que les intérêts populaires me semblent en effet une réalité. Mais comment leur en vouloir de ne pas mordre la main qui les nourrit ? De là à justifier leur violence et le fait, comme je l’ai démontré ici, que certaines sections policières  et de CRS sont infiltrées par l’extrême-droite et leurs idées nauséabondes, quand elles ne font pas purement et simplement l’apologie du nazisme sans la moindre sanction en vue, c’est une autre paire de manche…

j’ai traversé rapidement le site de Spanish Bombs, son dernier billet étant trop ancien (et oui, je privilégie les blogs et sites qui se réactualisent en permanence…). A regret car ses publications sont particulièrement stimulantes intellectuellement et généralement bien écrites… Dommage.

Dans sa dernière livraison, les Morbacks Véners, avec qui mes premiers contacts n’ont pas été de tout repos (mais je ne suis pas rancunier 😉 nous alerte comme je l’ai fait moi-même pas plus tard qu’hier sur les dangers du confusionnisme et du complotisme sur les réseaux sociaux. Leur cible est sensiblement différente, puisqu’il s’agit d’un mystérieux le mouvement du 14 juillet 2015, lancé le 12 mars 2014 par Eric Fiorile, le gourou de la démosophie, une espèce de groupuscule conspirationniste qui, à bien des égards, fait penser à une secte.

Qui est Eric Fiorile ?

Ancien « directeur de clinique », Eric Fiorile dit provenir d’un milieu commercial, financier et de gestion d’entreprise. Il se serait ensuite reconverti dans les « thérapies naturelles », et avance avoir travaillé de nombreuses années en médecine holistique. Il vivrait désormais sur l’île de Tenerife aux Canaries.

Son premier livre « La démosophie » remonte à 1989. Depuis, une mention a été ajoutée opportunément sur la couverture : « Les libres-penseurs contre le Nouvel Ordre Mondial », le conspirationnisme anti-NWO ayant le vent poupe. Le livre a été « réactualisé » fin 2014. Il reste à ce jour son unique livre, si l’on excepte sa ressucée qu’est « Rendez-vous – Appel à tous les Français », sorte de manifeste du mouvement, vendu sur la boutique du site internet et bien évidemment non consultable librement sur internet.

Je vous invite à lire la suite pour ne pas vous laisser abuser par ce genre de chemtrails des réseaux sociaux, ou aux fins d’avertir vos proches de ce type de fumisteries qui infectent facebook et autres..

Après avoir baguenaudé aujourd’hui sur les routes nationales, je vous propose de nous rendre la prochaine fois sur les routes départementales de l’antifascisme militant. Si des groupes ou sites antifas souhaitent faire connaitre leurs actions ou leurs publications, je me ferai un plaisir de leur ouvrir mes pages… dans la mesure de mes possibilités et de mon éthique personnelle, telle que définie dans la page d’avertissement, charte d’utilisation de ce blog. A bientôt…