Gattaz, je suis au chômage et tu m’insultes ? Va te faire foutre chez les grecs avec ton discours archaïque ! #medef

Le même qui se plaint de ce que les patrons sont un peu trop souvent considérés comme des exploiteurs (ce que certains, surtout à la tête  des grosses entreprises, sont pourtant indéniablement au vu de leurs actes) répand sa suffisance dans une interview pour Challenges.  Sa sortie pas franchement cordiale sur les chômeurs dont je suis m’a fortement blessé :

Capturesource

On aimerait entendre en contrepartie ce que le même pourrait dire  de ces assistés de patrons qui profitent eux aussi bien plus considérablement  du système Quant à l’explicitation de mon titre, n’y voyez aucune allusion homophobe ou xénophobe dont je ne suis certainement pas. Mais plutôt une allusion à ceci :

C’est une véritable tempête que soulève en Grèce l’arrestation surprise, mercredi 22 avril au matin, de Léonidas Bobolas, fils de Georges Bobolas, l’un des principaux oligarques grecs. Accusé d’avoir fait sortir 4 millions d’euros du pays – ce qu’il contesterait –, l’homme d’affaires a été conduit au tribunal d’Athènes en procédure de flagrant délit. Après quelques heures, il a finalement accepté de verser les 1,8 milions d’impôts réclamés par la justice – ce qu’il avait selon des sources judiciaires refusé de faire hier de son plein gré- et a donc été libéré. (source)

Si seulement Gattaz et les gens de sa sorte pouvaient faire l’objet du même traitement rétablissant l’égalité républicaine des droits et des devoirs de chacun…. Ainsi,  ce député UMP, Dominique Tian, pourtant rapporteur en 2011 d’une mission parlementaire sur la fraude aux prestations et cotisations sociales, qui a fait l’objet d’un signalement au parquet de Paris par la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) pour ses multiples dissimulations au fisc, à travers notamment un compte en Suisse. Deux poids, deux mesures, vous dis-je. Il faut que ces inégalités, qu’elles soient salariales, sociales et/ou fiscales, de même  que ces profondes injustices, de plus en plus visibles aux yeux de tous, cessent. De même que le discours archaïque de ce patron qui ne voit que midi à sa porte, ses seuls intérêts catégoriels, sans aucune autre considération pour le bas peuple dont je suis aussi. Yen a marre.