Prostitution : les sénateurs sont lamentables (on voit bien que la droite est revenue….)

Ensemble La proposition de loi «renforçant la lutte contre le système prostitutionnel » a été votée au Sénat ce lundi 30 mars dans la nuit. Est-ce du au fait que le Sénat soit composé à 75 % d’hommes, et donc de potentiels « consommateurs » de prestations sexuelles tarifées  qui l’aurait détournée de son objectif initial ? ils étaient d’ailleurs bien peu nombreux, les hommes, au moment du vote, comme j’ai pu le constater… A moins que ce ne soit le fait que le Sénat ait vu sa majorité passer à droite  ? Toujours est-il que  Marisol Touraine et bien d’autres (dont je suis) ont bien raison de protester contre la décision « régressive » des sénateurs, qui ont cette nuit supprimé la pénalisation des clients pour rétablir le délit de racolage, que l’on doit à Sarkozy ¹.  Désigner les prostitué(e)s comme les principales responsables du système prostitutionnel, voilà qui est un peu fort de café, quand on connait un peu le sujet, et que l’on sait que depuis plus d’une dizaine d’années, l’immense majorité des prostituées (elles sont en effet plus de 90 % de femmes, selon les débats au sénat que j’ai suivis cet après midi) sont aux mains de réseaux mafieux, et qu’elles sont victimes de ces violences sexuelles (qu’est-ce d’autre ?) sous contrainte. Ce n’est d’ailleurs pas la seule mesure qui prête le flanc à la critique, si ce n’est à une indignation profonde mêlée d’une grande incompréhension pour qui est sensibilisé au sujet. Le communiqué de mon mouvement, Ensemble ! , répond parfaitement à l’ensemble des préoccupations de celles et ceux qui, à gauche, sont engagés dans ce combat politique qu’est le féminisme :

Suite aux travaux de la commission du Sénat du 25 mars relative à ladite loi, nous sommes au regret de devoir l’appeler désormais : « loi de lutte contre les personnes prostituées », voir « loi de répression des prostitué-e-s ».

En effet, la commission a rejeté les principales avancées de cette loi, comme l’aide à l’insertion sociale et professionnelle ou encore la délivrance d’une carte de séjour pour les étrangèr-e-s. Non seulement elle feint d’ignorer la situation économique et sociale des personnes prostituées ainsi que les différents rapports de domination (dominations économique, raciste, et patriarcale puisque 90% des personnes prostituées sont des femmes), mais elle continue de les en rendre responsables en les punissant via le délit de racolage qui devait être supprimé dans le texte initial. (l’intégralité du texte est ici)

J’espère de tout cœur que cette reculade insupportable et honteuse pour les droits des femmes trouvera un  point d’arrêt à l’Assemblée Nationale, quand elle y sera examinée, celle-ci ayant fort heureusement en l’occurrence le dernier mot. Et comme la gauche y est majoritaire, on peut avoir bon espoir… malgré la domination masculine qui y est à l’œuvre également ( 26,9 %).

¹ … lui qui pratique pourtant si volontiers le racolage actif en matière politique, vis à vis du FN…