j’ai trouvé un médicament contre les méchants virus

On vient de me parler de la vidéo qui suit comme d’ un bon « Matériel idéologique anti conspis« . Je confirme. Je viens de la visionner et il m’a semblé plus qu’utile, nécessaire et urgent de la partager avec vous. Car comme je l’expliquais à l’instant à un camarade d’Ensemble au téléphone, je suis las ( et la teneur de mes billets et leur thématique doit probablement s’en ressentir actuellement) de voir tant de lieux de débats, de forums de discussions, de réseaux sociaux, de colloques et de thèmes politiques présents dans les médias ( y compris dans ma famille politique, ce qui me désole au plus haut point), infestés par des gens qui, sous le prétexte fallacieux de la liberté d’expression (que revendique d’ailleurs, au passage  si volontiers le FN alors qu’ils seraient les premiers à s’y opposer, y compris par la force, s’ils étaient aux manettes…) propagent non seulement des représentations du monde totalement irrationnelles, subjectives et sous l’emprise d’un complotisme aigu, mais de surcroit reliées aux  points clés de l’idéologie et des discours de l’extrême droite, comme ses positions discriminatoires insupportables. Et donc, en vertu de  mon combat contre les racismes, où qu’ils soient, d’où qu’ils viennent, et quelles qu’en soient les conséquences, contre l’homophobie ou la transphobie, le sexisme, et les appels à la violence envers telle ou telle catégorie de la population, j’ai décidé de m’en servir en effet comme matériel pédagogique. Il m’apparait salutaire pour lutter sur le plan des idées avec ces gens qui pourrissent tout ce qu’ils touchent, et dont certains de mes camarades blogueurs disent, à juste titre quand on connait en profondeur la question, qu’ils  » favorisent la montée du fascisme en Europe« . Un dernier mot avant de vous laisser à sa lecture. je dirais, empiriquement, avec l’expérience, que l’on juge la qualité, la pertinence et l’efficacité d’un sujet de débat et de son support à la teneur des commentaires. Vous verrez en allant sur you tube sous cette vidéo qu’ils illustrent assez caricaturalement le phénomène  que Gérald Bronner tente de décrypter pour nous ici…

(l’accès à cette vidéo ayant été récemment restreint, en accès privé, elle est également visible ici).

Ce que j’ai aimé et enregistré :  concept des « invariants de la croyance » et sa confrontation avec la réalité des connaissances « en progrès » (et donc à la rationalité) – Le processus de la rumeur, ses possibilités d’expansion rapide et massive grâce à l’outil internet, accouplé à la disponibilité exceptionnelle et à la massification exponentielle de l’information – Le fait que tout un chacun puisse agir dans l’espace public grâce aux informations dont il dispose par le biais d’ Internet, alors que c était le cas seulement d’une élite auparavant, ce qui multiplie les possibilités et la complexité de la construction de croyances, dont les rumeurs (ex. MH370, faisant la joie des trolls conspis) – la résistance à la rationalité dans ce genre de situations – la multiplication des possibilités de « narration paranoïde » grâce aux nouveaux outils technologiques (smartphones) – le phénomène d’insularité sur internet  (qui conduit tout un chacun pour son confort personnel à fréquenter généralement des groupes, des idées et des informations qui correspondent à nos propres idées et à notre univers culturel, social, politique…) – ceux qui réagissent sur internet  ne sont pas représentatifs de la majorité des citoyens ( ce sont des croyants : des militants, des prosélytes… ) mais malgré leur minorité, ils impactent la masse majoritaire des indécis – structuration du marché de l’information (cf.Google) autour des thèses favorables plus que défavorables –  « le marché de l’information doit-il s’organiser pour flatter toutes les pentes les moins honorables de notre esprit ? » – concept des illusions cognitives…

ce que je n’ai pas aimé : son attaque du principe de précaution (un conflit d’intérêt, peut-être avec Areva ?) qui s’adresse non seulement aux conspis et complotistes, mais également, tout simplement aux défenseurs des libertés publiques, et de l’environnement, qui ont des craintes, elles, justifiées – le refus de sa part de certaines menaces réelles ( les effets des ondes magnétiques) sous couvert d’autres qui le sont moins (ex. évolution préoccupante de la défiance envers les vaccins)

Capture

26 réflexions sur “j’ai trouvé un médicament contre les méchants virus

  1. Cher Monsieur,

    Je viens de découvrir votre mot. Je suis Gérald Bronner et vous remercie de votre intérêt. Je me permets de vous écrire ces lignes parce qu’un de vos commentaires a retenu mon attention: « Ce que je n’ai pas aimé : son attaque du principe de précaution (un conflit d’intérêt, peut-être avec Areva ?) ». Libre à vous, bien entendu, de ne pas être d’accord avec cet aspect de ma réflexion (mais pour avoir un point de vue plus complet et comprendre pleinement ma position, je vous conseille de lire le texte que nous avons écrit avec E. Gehin : L’inquiétant principe de précaution). En revanche, votre question, lourde tout de même de supputations me dérange évidemment. Habituellement, je ne réponds jamais à ce genre d’allégation parce je crois mes interlocuteurs de mauvaise foi et j’aurais le sentiment de perdre mon temps. Je n’ai pas ce sentiment avec vous. Donc je dirais ceci, d’abord, cette information que vous avez sans doute lue sur Wikipedia vient directement de sites conspirationnistes (car Wikipedia peut être facilement victime des phénomènes que je décris dans mon livre La démocratie des crédules). Pourquoi reste-elle sur Wikipedia en ce cas ? Parce qu’elle n’est pas fausse, en revanche l’allégation qui en découle l’est parfaitement. Elle est tellement efficace que même quelqu’un comme vous, méfiant des discours conspirationnistes, la reprise. Pourtant, il est aisé de montrer qu’elle est absurde. En effet, je suis bien membre du conseil scientifique d’Areva (comme je suis membre d’autres conseils scientifiques comme par exemple celui d’une revue du Parti communiste français : pourtant étrangement personne ne me soupçonne d’être communiste), mais je le suis depuis deux ans. Or, tant mon livre sur le principe de précaution que beaucoup de mes articles (le premier paru dans la revue Place aux sens « l’imprudent principe de précaution » a paru en 2004 !) et surtout ma thèse et le que sais-je ? portant sur l’incertitude que j’ai publié en 1998 (ma thèse datant de 1995) ont été conçus et écrits bien avant mon appartenance à ce conseil. Donc, sauf si Areva a une machine à remonter dans le temps, on ne voit pas bien comment mes positions sur le principe de précautions et les perceptions ordinaires du risque pourraient être l’objet ou le résultat d’un « conflit d’intérêt ». Par ailleurs, il ne faut pas trop fantasmer sur ce qu’est un conseil scientifique d’entreprise (rien à voir avec le C.A. bien entendu)… il s’agit de réunion bi-annuelle de deux heures durant lesquels des spécialistes échangent des informations sur les enjeux énergétiques. Bref, tout cela (notamment la date de mes publications) était facile à vérifier pour désactiver cette remarque suspicieuse que, malgré vous, vous avez contribué à rendre virale. Tout cela est intéressant car ça montre que sur la base d’informations vraies, on peut aboutir ou suggérer des conclusions fausses. Quoiqu’il en soit, merci de votre vigilance. Notre vie démocratique est infestée de propositions suspicieuses dont les conséquences politiques ne sont souhaités par aucun d’entre nous (aucun de ceux qui lisent votre site je suppose). Donc bravo pour votre travail.
    Bien cordialement.
    G.

    J'aime

  2. Les « croyants » n’ont pas attendu internet ou les nouvelles technologies pour faire du prosélytisme ! Cela dure depuis que l’Homme dispose d’un langage structuré et c’est tant mieux.
    Le mot « conspirationniste » me dérange énormément par son côté péjoratif et dénonciateur de l’empêcheur de tourner en rond.
    C’est nécessaire et très utile les « conspirationnistes ». Car il existe bien des « conspirations » et sans eux elles ne seraient jamais découvertes (elles ne le sont d’ailleurs pas toutes). En fait on aime bien les conspirationnistes qui vont dans le sens de ce que l’on pense et on déteste ceux qui vont dans le sens inverse.
    Le conspirationniste il permet la réflexion. Il empêche le panurgisme. Il propose de regarder la lune quand certains ne regardent que le doigt. Alors oui, parfois, certains incitent à regarder le doigt et pas la lune. C’est ce qui permet justement de développer son propre libre arbitre.
    Quant à l’insularité, je me marre quand même pas mal. Car à part ceux qu’on est « obligé » de côtoyer (voisins, collègues, famille), qui compte parmi ses grands amis (les vrais, pas les Facebook justement) des gens aux idées totalement opposées aux siennes ? On a tous tendance à conforter nos convictions auprès de gens qui tendent dans le même sens que nous. C’est humain. C’est logique et c’est bien compréhensible sinon on passerait son temps en conflit permanent avec soi-même.
    Reste à définir ce qu’est un conspirationniste…. Entre l’illuminé qui voit la main des extraterrestres avec les cropcircles et celui qui a émis des doutes au lendemain de l’assassinat de JFK, il y a un abîme… Il arrive que le conspirationniste d’aujourd’hui ne soit que le visionnaire de demain. Tout comme il peut arriver qu’un conspirationniste se trompe.
    Que les conspirationnistes soient plus nombreux à s’exprimer est tout à fait normal ! Ce sont les témoins de Jéhovah, les mormons ou les vendeurs d’encyclopédie qui viennent sonner à notre porte. Pas ceux qui n’ont rien de particulier à nous vendre ou à nous dire !! Ceux qui gobent tout sans rien dire plantés dans leurs charentaises devant le 20h de TF1 avec la réaction d’une huître devant un Fragonard ne vont pas passer leur temps sur internet, facebook, twitter ou les forum pour expliquer qu’ils s’en battent les couilles ! Le mec à fait des années d’étude pour en arriver à dire que ceux qui ont le plus de choses à dire sont ceux qui s’expriment le plus ? Bravo !
    Alors oui. Il y a ceux qui croient, ceux qui croient pas, ceux que ne savent pas et ceux qui s’en foutent. Et avec ou sans internet, tout comme avant l’invention de l’imprimerie, ceux qui s’adressent le plus au autres par la parole, l’impression ou l’internet sont ceux qui sont convaincus et qui qui souhaitent convaincre. Voilà. Après chacun utilise ses outils pour y parvenir en fonction de son époque, se ses compétences, de ses connaissances, de ses possibilités…
    N’oublions pas qu’il fut un temps où les conspirationnistes étaient ceux qui prétendaient que la Terre était ronde…
    Je suis assez effrayé par cette femme (pas contredite) qui cherche le moyen de faire taire les « conspirationnistes » parce que des petits enfants meurent de n’être pas vaccinés. Peut-on lui répondre sans passer pour un odieux conspirationniste qu’il existe peut-être beaucoup plus de petits enfants (et d’adultes) morts de mauvaises vaccinations mais dont on entend moins (voire pas du tout) parler parce que les laboratoires pharmaceutiques sont malgré tout beaucoup plus puissants que les petits conspirationnistes de twitter ou facebook ? Peut-on ou ne peut-on pas ? Alors je ne dis pas que l’un à plus raison que l’autre. Je demande juste que l’on permette le débat à armes égales. Et si j’ai pas envie d’entendre tel ou tel parce que ce qu’il dit me révulse trop et m’est insupportable et bien je revendique aussi le droit à le bloquer sur twitter sans pour autant « m’insulariser » à l’excès mais juste m’éviter ce qui me dégoûte trop.
    Et alors comble du comble quand notre grand orateur démontre qu’une étude (il fallait bien ça) a démontré qu’aux USA il n’y avait pas grande différence entre démocrates et républicains !!! Oh la grande découverte !!!!! (1:24:30)

    J'aime

  3. @bronner : je vous remercie de votre visite qui me touche beaucoup, et de cette longue explicitation. Elle me permet de mieux vous connaître. Je suis désolé de vous avoir blessé, ce n’était pas le but. Simplement de l’ironie, un pied de nez, dont un simple clavier ne saurait exprimer la teneur et l’intention… C’est habile à vous de suggérer que mes propos seraient une menace virale pour votre intégrité. Je ne crois pas que j’ai ce pouvoir de nuisance là. J’ai simplement été désolé de la manière dont vous parliez du principe de précaution en le balayant d’un revers de la main comme si ce n’était qu’une manie de vieux con hypocondriaque et atrabilaire… Mais vous avez raison, certains raccourcis du langage oral dans un débat plus dense ne sauraient résumer toute une pensée certainement plus profonde. Je vais me pénétrer de votre pensée plus avant. Et je vous remercie de votre visite.

    J'aime

  4. Voir des conspirationnistes partout: Denis Robert; Fakir; Reporterre, équivaut à se comporter comme des conspirationnistes.
    Etre rationaliste, c’est avant tout s’en tenir aux faits, et distinguer, ce qui est réel, ce qui est faux et ce qui est une hypothèse plus ou moins probable.
    -Si je prend comme exemple le réchauffement climatique, le fait que les activités humaines provoque un renforcement de l’effet de serre et un réchauffement est vrai.
    -Qu’il soit nécessaire de réduire la consommation énergétique pour lutter contre ce réchauffement, mais aussi pour des raisons économiques ( déficit du commerce extérieur, préservation des ressources) et écologiques (réduire les pollutions sujet d’actualité dans les villes actuellement) est incontestable.
    -Nier ou minimiser l’impact de l’homme comme le font les « climato-sceptiques » est faux.
    -Prétendre que le réchauffement sera en moyenne de 4° d’ici 2100, est une hypothèse, ce n’est que la moyenne des estimations actuelles.
    Prétendre que le nucléaire (2% de l’énergie mondiale consommée et des réserves d’uranium correspondant à seulement 1/6ème des réserves de pétrole conventionnel) permet de lutte efficacement contre ce réchauffement est une supercherie, sans parler des risques encourus.
    Vouloir injecter dans l’atmosphère d’énormes quantités de dioxyde de soufre pour lutter contre ce réchauffement est une prise de risques considérables (pluies acides, dérèglement climatique) et pourrait être un remède pire que le mal.

    Lutter contre l’obscurantisme, nécessite de distinguer le vrai du faux et de l’hypothétique, que l’information provienne d’un milieu officiel ou non, il faut aussi, ne pas être sectaire.

    J'aime

  5. Ne pas entrer dans la confusion, est nécessaire pour lutter contre le confusionnisme en partie responsable de la situation actuelle. Situation qui résulte en grande partie de la nature humaine : une minorité de drogués à l’argent e au pouvoir soutenu directement ou indirectement par un grand nombre de lampistes qui pensent se donne une existence importante en cherchant des boucs émissaires ou à tirer les marrons du feu d’une façon ou d’une autre.

    J'aime

  6. Gérald Bronner, le sociologue préféré des industriels !

    Voici un article publié par Le Monde, et relayé par un journaliste de Charlie Hebdo :
    Fabrice-nicolino.com/index.php/?p=1803

    Gérald Bronner fait partie de l’AFIS, une sorte de lobby pro-OGM :
    http://www.combat-monsanto.org/spip.php?article114

    Il a des analyses intéressantes, mais c’est bien de savoir « d’où il parle ».

    Et sur le complotisme, il cite en référence Hoaxbuster et Conspiracy Watch qui n’ont aucun doute sur la thèse du tireur isolé dans l’assassinat de kennedy, ce qui démontre une certaine forme de crédulité (mais la crédulité inverse des paranos qui pensent qu’on nous ment tout le temps).

    J'aime

  7. Cher GdeC, merci de votre réponse. Bien entendu, mes positions sur le principe de précaution peuvent parfaitement être discutées. J’ai d’ailleurs participé à de nombreux débats contradictoires sur ce point. Je n’irai pas plus avant ici parce que, déjà, je vois poindre les complotistes avec leur faux nez, dans les commentaires. De ce point de vue, le post de Yannick ressemble beaucoup à ce que les gens du 09/11 colportent un peu partout à mon endroit. J’ajouterai donc que sur l’article du Monde, il s’agit bêtement (c’est facilement vérifiable) du fait que j’ai cité un exemple (en donnant mes références bien entendu) que je tenais d’un grand chimiste (il s’agissait d’un exemple de chimie en l’occurrence et je n’avais de toute façon pas les moyens de vérifier l’origine de l’histoire). Bref, mes livres et articles sont caractérisés par la convocation d’un grand nombre d’exemples. Certains sont issus de mes propres recherches, d’autres sont de seconde main (comme pour tous les auteurs je pense). Il arrive parfois (c’était le cas ici) que l’exemple mobilisé se révèle douteux. Voilà, ça m’est arrivé et une fois qu’on me l’a montré, j’ai reconnu mon erreur sans difficulté. Bref, fallait-il écrire tout un article du Monde sur un exemple de ce genre (surtout qu’encore une fois, je ne faisais que citer un collègue qui avait publié sur ce point…) ? Je laisse ceci à votre appréciation. Qu’il ait été repris par Nicolino n’est pas étonnant puisque j’ai eu un débat contradictoire assez vif avec lui sur France Inter (une radio où il fut invité 4 fois de suite, donc on ne peut pas dire qu’il a été mal traité). Lors de ce débat, je lui faisais remarquer qu’il confondait taux de fréquence d’une maladie et taux de variation (ce qui me paraît bien plus grave que d’employer de bonne foi un exemple qui se révèle vérolé, mais qui ne change rien à votre démonstration, car cet exemple était en l’occurence illustratif et j’aurais aisément pu en prendre nombre d’autres).
    Quant à la question de l’AFIS, il s’agit d’un mensonge, je ne suis pas membre de cette association. J’ai juste accepté d’être dans le comité de correspondance (comme plusieurs prix Nobel) d’une de leur revue (SPS) et je ne le regrette pas. Je pourrais parfaitement être membre de cette association dont je trouve le travail admirable, mais il se trouve que ce n’est pas le cas. Faire de cette association « une sorte de lobby OGM » est tout simplement aberrant … Je vous laisse visiter leur site (les articles sont en libre disposition) pour vous faire une idée de la qualité des publications (ils peuvent bien entendu faire des erreurs comme tout le monde)… mais ils ont surtout publié un n° spécial sur les théories de la conspiration du 09/11 ce que les conspirationnistes ne leur pardonnent visiblement pas. Bref, tout cela relève de ce que j’appelle l’effet Othello dans La démocratie des crédules. Par cette attitude, les conspirationnsites ne cessent de confirmer mes thèses (c’est amusant en fait).
    Quoiqu’il en soit, pour évoquer de façon conclusive une chose plus sérieuse, je suis tout de même heureux de voir que des gens issue de la gauche réagissent positivement à une tentation qui me paraît peser sur son destin. L’un des drames politiques du tournant du siècle a été, je crois, ce divorce entre la gauche et le progressisme scientifique. La lecture de Marx incite pourtant à un compagnonnage entre ces deux continents de la pensée. J’attends avec impatience que cette gauche historique reprenne de la vigueur et retrouve son code génétique.

    J'aime

  8. « Trier le bon grain de l’ivraie » (même si les références bibliques ne sont pas du tout dans ma culture…) cette expression s’applique bien au monde des réseaux internet. C’est avec effarement qu’on peut voir effectivement des « partages » aberrants et toxiques (comme l’ivraie) se propager sans discernement, sans vérification de sources.
    Le bon grain c’est, par exemple, de tomber lors de pérégrinations, sur un blog qui permet de regarder la vidéo de cette conférence et certains échanges enrichissants ci-dessus… ce qui mérite, pour le coup d’être largement « partagé »
    Merci !

    J'aime

  9. Au sujet de ceux qui voient des complotistes partout et qui se comportent comme ces derniers, un excellent article de Yan Lindingre dans le Siné Mensuel de mars, que je vous recommande d’acheter,

    http://www.sinemensuel.com/non-classe/le-cas-malka-ou-le-prix-de-la-liberte-dexpression/

    sur la façon dont Denis Robert ( un vrai journaliste), a été trainé dans la boue lors de l’affaire clearstream.

    Ce n’est pas en voyant des complots ou des complotistes partout que nous nous sortirons de ce merdier.

    PS Pour le tenancier du blog, il y a un quart d’heure, j’ai envoyé un message où je me suis trompé dans les identifiants, vous pouvez le supprimer et garder celui ci.

    J'aime

  10. je ne me sens pas concerné. J ‘ai en effet beaucoup de respect pour le travail de Denis Robert qui contrariait de toute évidence des intérêts dominants qui avaient intérêt à le ssalir personnellement en le décrédibilisant. Des intérêts qui se trouvent aujourd’hui illustrés de manière éclatante par l’attitude cynique de Juncker dans le cadre de ce que l’on a appelé l’affaire Luxleaks.

    J'aime

  11. Désolé, je n’ai pas été assez précis. Gérald Bronner ne fait pas partie de l’AFIS, il est membre de son comité de parrainage et de sa revue SPS, en compagnie d’ailleurs d’un certain Jean Bricmont : http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article65

    Je ne vois pas ce qui pose problème avec le terme « lobby pro-OGM », ça veut juste dire que l’AFIS et G. Bronner défendent régulièrement les OGM, et s’efforcent de nous convaincre qu’ils sont inoffensifs :
    http://blog.lefigaro.fr/le-fol/2012/11/ogm-gaz-de-schistela-democratie-des-credules.html

    Il a raison de dénoncer les complotistes, mais il y a suffisamment pour ne pas en inventer. Denis Robert a lui-même été injustement qualifié de complotiste par Philippe Val (le type qui nous explique que Snowden est un traître à la démocratie) :

    J'aime

  12. J’avais pas prévu que les vidéos allaient s’afficher en grand, tu peux les supprimer si besoin, ainsi que ce commentaire !

    J'aime

  13. Je me permets d’intervenir encore une fois (mais c’est la dernière promis) dans les commentaires car l’ajout de Yannick me paraît être particulièrement illustratif du caractère pernicieux de l’argumentation conspirationniste. Ici, il commence par concéder qu’il a commis une erreur (et comment ! Etre membre d’un comité scientifique d’une revue n’est pas appartenir à l’association qui la produit, je rappelle que je suis membre de plusieurs conseil scientifique de revue notamment une revue du PC), bien entendu, il n’a pas fait exprès. Après cette concession… il ajoute d’un « certain Jean Bricmont ». Et cet ajout est comme une accusation. Ce que ne sait pas Yannick c’est que la présence de Jean Bricmont me pose problème et je m’en suis ouvert au rédacteur en chef de la revue. Mais il se trouve que je n’avais pas de vrais arguments pour contester la présence de quelqu’un qui, par ailleurs est un physicien reconnu (mais qui flirte trop selon mon goût avec des personnes douteuses idéologiquement), j’ai donc reculé comme doit le faire un rationaliste sincère. Je ne veux surtout pas ici entamer un débat sur Bricmont et sa conception de la liberté d’expression. Ce que je veux dire c’est que Yannick avait évidemment une intention en rapprochant mon nom de celui de Bricmont (ce comité de parrainage comporte des dizaines de noms très prestigieux dont je le répète des prix Nobel) : le but, comme toujours, est de discréditer celui qui n’est pas d’accord avec vous, même en employant des sous-entendus qui ressemblent à de purs sophismes. Quant à la notion de lobby pro-OGM, Yannick l’ingénu ne voit pas le problème, c’est parce que sans doute, il ne sait pas ce qu’est un lobby. Il est évident que je n’ai pas une opposition idéologique aux OGM et de ce point de vue je rejoins le point de vue de l’AFIS, et même certains OGM (notamment le maïs doré) me paraissent être très prometteurs en termes de santé public (je ne suis pas le seul à le penser évidemment, c’est notamment la position d’un des fondateurs de Greenpeace) mais je ne veux pas non plus entamer ici un débat sur les OGM, mais ça ne fait pas de moi ou de l’AFIS un lobbyiste. C’est exactement comme cela que d’approximation de langage en approximation de langage on glisse vers l’accusation, et le discrédit jeté sur quelqu’un. C’est CELA un effet Othello (cf. La démocratie des crédules), merci donc à Yannick de nous en faire apprécier tous le venin. Sur ce je vous salue bien et me retire cette fois.
    Bien à vous.
    G.

    J'aime

  14. @bronner : heureux que vous puissiez intervenir sur ce sujet. J’avoue avoir été tenté de mettre son commentaire à la corbeille. Mais comme il ne viole aucunement la charte d’utilisation de ce blog, je ne m’en sentais pas le droit. j’avais cependant noté moi aussi le point auquel vous répondez, et l’avais ressenti de la même manière : pernicieux, c’est le mot juste. Au plaisir de vous relire. n’hésitez jamais.

    J'aime

  15. Je ne vois pas ce qu’il y a de pernicieux dans mes 2 commentaires.
    Quand j’ai dit que Gérald Bronner faisait partie de l’AFIS, j’ai simplement confondu l’association et son comité de parrainage. Je n’ai pas fait « exprès » de me tromper pour inventer une proximité plus importante que ce qu’elle est réellement.

    Sur Jean Bricmont, son nom était juste au dessus de celui de G. Bronner sur le site de l’AFIS donc j’ai fait la remarque, ce qui lui a donné la possibilité de s’expliquer (s’il n’a pas de vrais arguments pour contester sa présence dans ce comité, je peux lui en donner).

    En ce qui concerne certains OGM qui seraient « prometteurs en termes de santé public » selon un fondateur (ce qui est contesté) de Greenpeace, il s’agit de Patrick Moore : http://m.canalplus.fr/?vid=1122650
    Patrick Moore dit aussi que le changement climatique n’a pas de causes humaines : http://fr.wikipedia.org/wiki/Patrick_Moore_(%C3%A9cologiste)
    Il ne m’a pas l’air très sérieux ce monsieur.

    Je n’y peux rien si un ancien membre du comité scientifique de l’AFIS estime que c’était un lobby pro-OGM. Voici ce que disait Marie-Monique Robin de cette association : http://www.combat-monsanto.org/spip.php?article113

    L’Union française des semenciers, qui a invité M. Bronner à participer à une conférence (la vidéo est disponible dans mon commentaire précédent), est qualifiée de lobby dans L’Humanité. S’agit-il là aussi d’une « approximation de langage » ?
    http://www.humanite.fr/politique/les-lobbies-se-font-du-ble-grace-la-droite-484850

    Gérald Bronner me reproche de chercher à la discréditer, alors que c’est justement ce qu’il fait en parlant d’argumentation conspirationniste.

    Dans mon premier commentaire, j’ai dit qu’il avait des analyses intéressantes. Je pense sincèrement que son travail est utile pour contrer les conspirationnistes et les croyants de tout poil. En revanche, je trouve qu’il ne va pas assez loin et qu’il épargne certains croyants qui mériteraient pourtant d’être qualifiés de la sorte. A mon avis, affirmer que les OGM sont inoffensifs relève également, pour le moment en tout cas, de la croyance (je ne dis pas que c’est la position de G. Bronner).

    Il ne s’agit donc pas de rejeter en bloc tout le travail de Gérald Bronner, je dis juste que j’ai quelques réserves sur l’application sélective de ses analyses.

    J'aime

  16. « Et sur le complotisme, il cite en référence Hoaxbuster et Conspiracy Watch qui n’ont aucun doute sur la thèse du tireur isolé dans l’assassinat de kennedy, ce qui démontre une certaine forme de crédulité » (Yannick)

    Pourquoi ?

    J'aime

  17. Pourquoi ?
    Parce qu’il est un peu trop tôt pour avoir des certitudes sur cet assassinat.
    Il faudrait par exemple que certains documents soient déclassifiés.

    J'aime

  18. On n’est pas forcément obligé de se prosterner devant un nouveau BHL de la sociologie, ou un nouveau McCarthy de l’éthique. Ce n’est pas parce que ça sonne intelligent que ça l’est toujours. Ca m’étonne pas mal que des gens de gauche ne soient pas alertés par son usage à tout bout de champ du terme « marché » dès que des gens échangent, et de sa propension à se promener d’un comité d’industriels à l’autre pour servir de caution soi-disant « scientifique » sans avoir grand chose à redire des mensonges éhontés de ces dits industriels.

    Tenez, toujours pour forger « l’esprit critique », trois petits liens sur la méthode Bronner:
    https://blogs.mediapart.fr/marc-tertre/blog/101213/critique-des-sciences-et-theories-du-complot
    https://www.slate.fr/tribune/82509/democratie-credules-arrogance-clercs

    Cliquer pour accéder à recension-bronner-2.pdf

    Découverte sensationnelle en sociologie: désormais ceux qui auront des critiques contre les effets, ou pire le dogme, de la théologie du Saint Progrès apporté par l’Elite seront taxés de conspirationnistes, c’est « l’effet Bronner ».

    Voilà, j’ai conspiré, pardon mon père.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.