Complot christianophobe des féministes à Nancy ? Que la lumière soit !

affiche_8_mars_1final4Nous sommes un certain nombre en Lorraine, parmi ceux qui  s ‘intéressent à la communication,  à nous interroger sur le professionnalisme et la probité d’un certain site d’information dont d’aucuns se servent parfois, médias ou autres organisations, pour s’informer sur notre belle région… ou pour faire connaitre leurs manifestations, ou d’autres infos utiles. Certains peuvent donc avoir tendance à  prendre tout ce qu’il relaie pour argent comptant. Quand vous n’êtes pas de Lorraine, forcément c’est facile, on fait tous ça, vous tapez « infos Lorraine » dans votre moteur de recherche préféré, et voilà… Hélas, mille fois hélas. S’ils savaient… Aussi, lorsque j’ai pris connaissance de cette info de Loractu, que j’ai eu la surprise entre parenthèses de voir reprise par tout un tas de sites d’extrême droite, dont le trop fameux égalité&réconciliation et son non moins célèbre président, le néo-nazi Alain Soral,  je me suis donc demandé comment elle avait été si vite relayée…

A Nancy, une manifestation féministe se transforme en « défouloir anticatholiques »

A Nancy (Meurthe-et-Moselle), en marge de la Journée Internationale des Droits de la Femme, des insultes ont été proférées à l’encontre de personnes sortant de la messe, Place Saint-Epvre, a confirmé la municipalité dans un communiqué ce mercredi. Un collectif catholique crie à la «christianophobie».

On ne peut pas comprendre la diffusion aussi rapide de cette info si l’on ne maitrise pas l’implication de certains réseaux d’influence… Ainsi, quand on sait qu’une partie de la majorité municipale, à Nancy, est catholique, et que l’on a vu par soi même l’autrefois candidat aujourd’hui maire de Nancy sortir avec une partie des membres de sa campagne électorale d’une église locale non loin de chez moi, et que l’on apprend que ledit site d’extrême droite précédemment cité nous apprend lui même (les cons…) avoir été alerté par le très confidentiel Collectif Saint-Epvre liberté-Christianophobie, ça suffit !, forcément, pas besoin de sortir de l’ENA pour comprendre et faire le lien. En suivant la pelote, assez intuitivement, j’ai appris que ce collectif dont le mail a été repris sans discernement par lesdits sites (je ne vous en ferai pas la liste détaillée, elle sent vraiment très mauvais), était affilié à l’AGRIF, un mouvement bien connu de tous ceux qui comme moi (et bien d’autres, merci pour eux) luttent contre l’extrême droite et ses discours nauséabonds. Fondé par Bernard Antony, de triste mémoire, que sa fiche wiki  présente comme « une des figures majeures de la sensibilité catholique traditionaliste dans les milieux nationalistes français, pas besoin non plus d’avoir été enfant de chœur à St Nicolas du Chardonnet… L’Agrif n’est en effet que l’un des (nombreux) nez  creux de tout ce que la France compte de catholiques intégristes, avec leurs habituels pontages avec l’extrême droite. La confusion politique y est souvent la règle, et le respect de la laïcité, bien peu présent, au point que ce concept confisqué par le FN se limite aujourd’hui, ce n’est un secret pour personne, à accuser la communauté islamique de tous les maux de la terre…. Aussi depuis les insupportables attentats de ce début d’année,  et la montée suffocante  du racisme envers la communauté musulmane de France, ce réseau interlope à mi chemin entre l’extrême droite et l’intégrisme catholique brandit pour sa seule défense, comme un crucifix,  le concept de christianophobie, chère au FN et aux réseaux identitaires. Existe-t-elle vraiment ?  Deux adjoints au maire de Nancy, Thierry Coulom, candidat aux départementales 2015 dans la 2ème circonscription de Nancy,   et Patrick Baudot (voir ici), semblent le penser.

Capture

Capture 1

Il semblerait même qu’ils songent avec d’autres à rétablir le délit de blasphème (ne seraient-ils plus, déjà, Charlie Hebdo ?) puisqu’ils s’indignent tous deux sur leur page facebook d’un épisode pourtant anecdotique dont l’exactitude des faits a été particulièrement tronqué par les plus extrémistes de ces catholiques là… (j’en connais d’autres en effet plus ouverts au féminisme….). Il peut sembler utile de rétablir les faits pour remettre à sa place une certaine droite locale qui n’hésite pas (pour l’instrumentaliser à ses seules fins : discréditer la gauche, et Matthieu Klein, candidat malheureux aux dernières municipales et actuel président du Conseil général de Meurthe et Moselle ?  ) à relayer les thèses, ou en tous cas les dires, d’une association extrêmement droitière, ou/et qui monte sans scrupules en épingle ce fait divers qui relève pourtant de la liberté d’expression, de la liberté de conscience, et de la loi de séparation de l’église et de l’état (ainsi que de toutes les institutions publiques, devrait-on dire….), tout comme de la liberté de manifestation, un droit fondamental. Or, que je sache, celle-ci n’avait pas été interdite.  Mais j’esquisse une autre hypothèse : ces élus auraient-ils  été trompés eux aussi par la médiocre qualité de l’article de Loractu ? je n’ose songer, que, comme ce messager flou là le prétend, la Mairie de Nancy puisse s’égarer dans un communiqué officiel (à l’heure où j’écris ce billet, ce n’est pas le cas). Car voici les faits, bien réels ceux là, racontés par l’une des femmes présentes sur place, mais pour le coup, dans la partie adverse… (avant de se faire une opinion, écouter toutes les parties présentes, n’est-ce pas le B+A=BA de la restitution d’informations de manière objective et factuelle ? Vous verrez par vous-mêmes qu’il n’y a eu aucune insulte. Je cite :

« La manifestation organisée à l’occasion du 8 mars, journée des droits des femmes, à Nancy,  était le fait de plusieurs  associations (NDLR : dont vous pouvez retrouver la composition au bas de l’affiche de la manifestation qui illustre ce billet ).

Ladite manifestation a décidé de s’arrêter sur la place St Epvre, haut lieu touristique et populaire nancéien,  pour la renommer symboliquement « Place des femen », par provocation en effet. Ses membres ont chanté l’hymne des femmes, ainsi que d’autres chants, et ont scandé des slogans utilisé à deux voire trois reprises maximum, (ndlr : comme cela est habituel dans ce genre de manifs), du style  « facho, macho , catho vous nous casser le clito léchez nous tranquille et lâchez nous la chatte ». « 

Que certains mots certes assez crus puissent choquer l’oreille du bourgeois nancéien, surtout quand il est (très) catholique et peu au fait de l’actualité féministe, de ses impératifs, de son vocabulaire et de sa culture, surtout quand il n’a pas eu la chance d’assister au savoureux « monologues du vagin« , et surtout quand il sort de la messe dominicale, on peut éventuellement le comprendre…. Mais que certains élus nancéiens se prêtent aussi directement et personnellement à une polémique si volontiers reprise, et si allègrement, par toute la fachosphère de France, celle qui manipule de notoriété publique les opinions de toute une partie de la population française en ce qu’elle a de moins « catholique » au sens humaniste et progressiste du terme, et donc de moins bienveillant envers la cause des femmes, et de plus extrémiste, à l’heure même où, pourtant, la droite française prétend lutter contre l’extrême droite, voilà qui prête à une interrogation beaucoup plus fondamentale que l’interprétation abusive de l’événement qui l’a vu naitre…. 

(Enfin, moi, ce que j’en dis…. Je l’écris. Haut et fort. Merci de m’avoir lu jusqu’au bout….  A votre disposition dans les commentaires, à condition de respecter les règles minimales de vie en société, qui ne sont pas différentes sur internet d’ailleurs. Aussi, pour les nouveaux venus, et ceux qui les auraient oubliées sous le coup de l’émotion, merci de vous reporter à la page d’avertissement de ce blog, mon petit règlement intérieur. Merci.)

Post-scriptum : je viens de prendre connaissance du communiqué suivant :

Le maire de Nancy condamne
les insultes proférées le 8 mars à la sortie de la basilique Saint-Epvre

Dimanche 8 mars 2015, en marge de la Journée Internationale des Droits de la Femme, des insultes ont été proférées à l’encontre de personnes sortant de la messe, Place Saint-Epvre à Nancy.

Deux mois après les attentats de Paris qui visaient à la fois les valeurs fondatrices de la République et certaines communautés, le Maire de Nancy Laurent Hénart condamne avec la plus grande fermeté ces actes irrespectueux de la liberté d’opinion et de conscience.

Fidèle à ses valeurs humanistes et à son combat pour la tolérance, la Ville de Nancy appelle à l’unité autour des valeurs républicaines, particulièrement la laïcité, qui permet à chacun de vivre librement, protégé des excès et des obscurantismes.

Comme cela a été signifié dans la version de la partie adverse, il n’y a pas eu d’insultes, mais des slogans qui ont été échangés. Ce communiqué est d’autant plus étonnant et politiquement orienté qu’il se réfugie derrière les attentats de début janvier, procédé assez ignoble à mes yeux, pour justifier une indignation qui n’est celle que de la communauté catholique de Nancy, relayée comme je l’ai démontré exclusivement par des sites d’extrême droite et d’un intégrisme catholique qui n’est pas à démontrer, et de surcroit de manière étonnamment rapide... La liberté de conscience et de religion n’a pas été en outre empêchée, comme l’indique faussement ce communiqué. Mais qu’elle souffre, cette religion là comme les autres, d’être confrontée de temps à autre, comme en cette occasion de la journée des droits des femmes, à des valeurs différentes, et en effet parfois antagonistes. Enfin, le concept de laïcité est ici usurpé, puisque convoqué à tort, comme cela est si souvent le cas dès que l’extrême droite pointe le bout de son sale museau, puisque même s’il y avait eu insultes (je ne peux  en effet garantir qu’il n’y en ait pas eu, comme personne d’autre le contraire d’ailleurs, à moins d’une preuve, dans l’absolu qu’il n’y en ait pas eu, du fait de la foule importante, et des propos d’un  éventuel individu isolé), l’échange aurait eu lieu sur la voie publique, et non dans l’église. Curieuse compréhension de la laïcité au sens de Monsieur le maire de Nancy… qui préfère donc prêter le flanc à une manœuvre politique ville plutôt que de s’interroger sur les mobiles des extrémistes de droite qui se sont fait une joie de monter en épingle un vulgaire fait divers, un procédé habituel chez eux. Quand à parler d’obscurantisme, excusez moi, Monsieur le Maire, mais là franchement… J’ai ri. Voilà un artifice littéraire que vous auriez pu vous épargner, la religion pour ce qui me concerne, mais c’est un avis personnel, étant toujours un obscurantisme. Les malheureux dessinateurs de Charlie Hebdo le savaient bien, puisqu’ils les ont de leur vivant maintes fois brocardées, et l’ont payé beaucoup trop  cher : de leur vie. Aussi, il aurait été heureux que vous ne les convoquiez pas de nouveau de manière aussi obscène.

Post-scriptum : heureusement qu’il y a sur Nancy des journalistes plus scrupuleux. Selon leur article dans l’Est Républicain ci-dessous, il est donc démontré qu’il n’y a pas eu d’insultes, mais des chants, ce qui est nettement différent, d’autant plus que cette version a été confirmée par les forces de l’ordre présentes. On aura donc compris grâce à cette histoire que le Maire de Nancy préfère s’appuyer sur la version de catholiques intégristes qui avaient un intérêt manifeste à instrumentaliser cette histoire, plutôt que la parole des forces de l’ordre. Voilà voilà…

Capture

 .

ANNEXE ; le communiqué du Collectif Saint-Epvre liberté-Christianophobie, ça suffit !  (ne craignez rien, personne ne vous décapitera ! mdr…)

Ce dimanche 8 mars 2015, alors que nous sortions de l’église Saint-Epvre à Nancy à la fin de la messe de 11 h, nous avons pu apercevoir – quoi de plus normal en cette journée de la femme – une manifestation à caractère féministe descendant les rues du centre ville. Quelle ne fut pas notre surprise, en revanche, lorsque nous vîmes celle-ci s’arrêter devant l’église et l’ensemble des paroissiens, pour les insulter, les humilier, blasphémer des horreurs sur l’Église, le Christ et la Vierge Marie. Alors que les participants se rassemblaient juste devant les marches de Saint-Epvre, proférant des slogans haineux, vulgaires, notamment devant de jeunes enfants, il a semblé que ce parcours et cet arrêt de la manifestation sur la place Saint-Epvre à une heure pareille étaient tout à fait normaux, acceptés par les autorités politiques en vigueur tant les forces de l’ordre (ne faisant qu’appliquer des instructions et à qui nous ne jetons par conséquent pas la pierre) continuaient à encadrer ce cortège. Qu’en aurait-il été si celui-ci avait souhaité se réunir devant le lieu de culte d’une autre religion pour l’insulter ? Il est absolument scandaleux, surtout en cette période post-11 janvier où sont proclamées partout la liberté de croyance et la tolérance à l’égard des autres, de se faire insulter, agresser, humilier en raison de sa foi chrétienne, avec l’accord, ou en tout cas le silence, de ceux garants des libertés publiques et du Bien commun. De même, si nous respectons et admirons nos prêtres et évêques, ainsi que l’ensemble de la hiérarchie ecclésiastique, nous ne regrettons pas moins que ceux-ci ne soient pas intervenus pour faire taire ces abominations devant une église. Nous, catholiques français, en avons assez de perpétuellement subir les humiliations de toutes parts ; nous exigeons de pouvoir pratiquer notre foi librement et normalement, que les autorités en vigueur, particulièrement celles à la recherche du vote des catholiques, condamnent ces actes et s’expliquent, et agissent pour la dissolution des ces groupuscules nauséabonds. Nous implorons de même la hiérarchie religieuse d’exprimer son indignation et de tout faire pour que ces agissements à l’encontre de leurs ouailles cessent. À l’heure où les chrétiens du monde entier sont persécutés, massacrés, déportés, crucifiés, les chrétiens français seront-ils bientôt condamnés à suivre l’exemple de leurs frères d’Irak, du Liban ou du Kosovo ?

9 commentaires

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.