REPEAT AFTER ME : « Poutine est un bienfaiteur de l’humanité » (ou pas)

NE PAS CRITIQUER POUTINE. NE PAS CRITIQUER POUTINE. NE PAS CRITIQUER POUTINE. NE PAS CRITIQUER POUTINE. NE PAS CRITIQUER POUTINE. NE PAS CRITIQUER POUTINE. NE PAS CRITIQUER POUTINE. NE PAS CRITIQUER POUTINE…….

Il semblerait que lorsqu’on s’attache plus aux droits humains fondamentaux (ma priorité absolue, est-il utile de le préciser ?) qu’à une certaine manière de faire de la politique datant à mon sens de la guerre froide, cela dérange. Et pas seulement à droite, extrême ou pas… Mais également, paradoxalement, à gauche (oui, celle du  » pour de vrai »). Tiens, essayez donc comme je viens de m’y essayer à l’instant (et il m’en a coûté…), de faire de l’humour (cf. Le titre) avec Poutine. Manifestement, certaines sensibilités sont à fleur de peau sur le sujet, et leurs émotions prennent (trop) rapidement le pas sur leur pensée rationnelle… Car dans une certaine gauche dominée par une vision assez binaire du monde, consolidée par un demi-siècle de « communisme » orthodoxe, (le stalinisme, horizon indépassable pour certains, qui aiment probablement davantage que moi l’ordre et la discipline), on continue de penser fermement (les certitudes c’est bon pour le confort intellectuel) que les USA sont les méchants¹, que l’OTAN est l’outil de ce mal absolu, et qu’il est heureux pour l’équilibre planétaire  que nous ayons de courageux soldats russes qui s’y opposent,  sous l’égide de ce vaillant guerrier qu’est le tsar de toutes les russies… ou ce qu’il en reste, c’est bien là le problème, le cœur de la volonté expansionniste poutinienne. Il n’y a pas d’entre deux. Blanc ou noir, il faut choisir son camp, absolument, au risque de l’excommunication. Pour ces gens là, tous ceux qui ne pensent pas ainsi sont des traîtres à la gauche historique. Pour sûr,  ce genre de positionnement bien pratique permet de dresser des procès en sorcellerie à tous ceux qui refusent de choisir entre la peste et le choléra. Dormez en paix, hommes des neiges, votre empereur veille sur vous… En attendant, c’est bien ce genre de pensée absurde et inadaptée à nos temps quelque peu plus complexes me semble-t-il qui conduisent certains esprits égarés dans les bras du complotisme et de l’UPR, quand on connait leur philosophie souverainiste qui les fait tant détester l’ogre américain et ses spectres dédiés, comme la CIA. Au point de nier la réalité des attentats du 11 septembre et de se réfugier dans les bras de Meyssan ? C’est triste. Mais quand bien même on me dresserait une potence sur la place de grève, on ne me fera jamais dire ni écrire que Poutine est un gars bien. Ce n’est ni plus ni moins qu’un dictateur, etpiscétout. Point barre. Désolé de ne pas souffrir d’aveuglement hémiplégique. Surtout qu’on ne m’a jamais encore prouvé que la Russie soit encore (si d’ailleurs elle ne l’a jamais été…) communiste. Et encore moins de gauche. Ma gauche à moi fait preuve d’un peu plus d’imagination. Il faudrait que ces gens là comprennent enfin qu’on puisse réfléchir autrement qu’eux sans être pour autant comme je viens de l’entendre, un abruti, dont la neutralité insupportable cautionnerait en outre les guerres provoquées par les États-Unis dans différents pays du monde, ou auxquelles, injustes, ils participent… je ne cautionne rien du tout. J’essaie simplement de réfléchir par moi-même sans que quiconque ne m’impose sa vision du monde, et je ne perds pas le nord. Enfin, je veux dire, le mien : l’humain d’abord. Et si certains, par je ne sais quelle préoccupation géo-stratégique lunaire, se mettent en orbite de ce côté là du monde, et préfèrent fermer les yeux sur les exactions du pouvoir, c’est leur problème, pas le mien. Suis-je assez clair ou faut-il que je développe ?

.

¹ Force m’est de constater qu’il y a dans ce pays, à gauche, un anti-américanisme primaire qui me semble totalement effarant. Ne pas perdre de vue l’humain, vous dis-je…

3 réflexions sur “REPEAT AFTER ME : « Poutine est un bienfaiteur de l’humanité » (ou pas)

  1. Très bon texte. Je vois que beaucoup vouent une sorte de culte à Poutine parce qu’il est censé représenter la dissidence face aux Etats Unis, donc la lutte contre l’impérialisme, en oubliant au passage toute pensée critique, voire en refusant toute critique.

    Ce qui est marrant c’est que l’extrême droite voit aussi en Poutine un héros, un « patriote » viril qui défend son peuple et sa « race ».

    Il faut donc continuer, comme tu le dis, à penser librement sans être enfermé dans une pensée disciplinée

    J'aime

  2. Très bon texte.
    Je constate aussi que nombreux sont ceux qui vouent une sorte de culte à Poutine puisqu’il représente à leurs yeux la lutte contre l’impérialisme américain, et ils oublient au passage de faire un examen critique de sa politique, voire en refusent carrément l’idée. On sent les vieux relents de la guerre froide, en effet.

    Encore plus marrant de constater qu’à l’extrême droite, on retrouve des adorateurs de Poutine, ce « patriote » viril qui défend son peuple et sa « race ».

    Comme tu dis il faut donc continuer à exercer sa pensée librement, loin des dogmes et des idées disciplinées

    J'aime

Les commentaires sont fermés.