dans le XXème, pour le #PS, le droit des femmes ne serait pas celui de @RokhayaDiallo ?

Le 8 mars prochain aura lieu la Journée internationale pour les droits des femmes. Au passage, un petit pied de nez aux anti-gauchistes primaires en rappelant grâce à l’ami wikipédia l’origine de cet événement :

La date du 8 mars est retenue par Lénine3, qui décrète la Journée internationale des femmes (Международный женский день) le 8 mars 1921, en honneur aux femmes qui manifestèrent les premières le 8 mars 1917 à Pétrograd, lors du déclenchement de la révolution russe4.

Voilà voilà… je souris. Un simple pied de nez, redevenons sérieux. Et donc, dans cette perspective, doit avoir lieu une série de débats sur ce thème, partout en France, et bien sûr  dans notre capitale, notamment dans le 20 ème arrondissement. Et c’est là où tout se corse…

Capture

source

Les éléments indiqués visant à justifier cette étonnante décision seraient donc constitués par les prises de position de Rokhaya Diallo à propos de Charlie Hebdo. Afin que nul ne puisse fantasmer sur la réalité de celles-ci , je vous conseille de lire le contenu d’une interview qu’elle a donnée à Télérama, suite aux événements tragiques de début Janvier. Ils m’apparaissent sans la moindre ambigüité, même s’ils  divergent quelque peu de la version officielle qu’on veut bien présenter en général dans les médias main stream. Nous sommes tous Charlie, certes, mais nous sommes tous également collectivement responsables de ce que sont devenus Chouakri et Coulibaly, une vérité qui en effet dérange. Et cela, n’en déplaisent aux donneurs de leçon qui ont profité de cette histoire pour tourner exclusivement leur regard, ce qui les arrangent bien, vers les immigrés, les « gens de couleur », les « pas de souche », les venant d’ailleurs… ou supposés l’être.  Serait-ce cela qui déplaît fortement à Madame Calandra, à qui moi, humble et anonyme citoyen du monde, j’ai demandé gentiment des précisions sur facebook et twitter ? J’attends la suite… Qu’on me prouve factuellement que je n’ai pas des raisons suffisantes et importantes de m’indigner de ce qui m’apparait à priori comme un déni de démocratie, et le refus d’une liberté d’expression qu »on accorde à d’autres… Je m’interroge en outre sur ce qui juridiquement peut autoriser la maire du 20ème arrondissement à interdire la présence dans un débat dans lequel, entre parenthèses, d’autres intervenants qui ne se sont pas montrés moins divergents sur l’attitude qu’il convenait d’adopter à propos des événements de Charlie Hebdo et de l’hyper casher seront pourtant présents. Suivez mon regard...  Alors, deux poids, deux mesures ?

CapturePrécisons enfin que, si je n’ai pas trouvé d’éléments me permettant de comprendre l’interdiction de la présence de cette militante des droits humains, j’en ai trouvés par contre de m’interroger sur la position de la mairie du XXème sur certaines affaires de discrimination, dans lesquelles il est démontré qu’elle n’est pas « toute blanche » toute blanche (sic)…(merci à Olivier sur twitter). Des explications complémentaires seraient donc les bienvenues. Merci Madame le Maire. Je compte sur votre bienveillance, votre probité, et votre attention envers ce sujet si sensible actuellement qu’est celui des droits humains. J’ai bien dit tous les humains.

Complément d’info….

Post-scriptum. 26.02.2015 –  complément d’information : Voir ici la réponse que Frédérique Calendra a publiée sur facebook.

.