Peuple de France, nous n’en avons pas fini avec la loi #Macron !

Ce n’est pas moi qui le dit…

Capture

L’ensemble des consultations sénatoriales est ici. Voilà qui tranche en tous cas avec l’extraordinaire arrogance gouvernementale qui consiste à penser que tous ceux qui sont contre seraient forcément de dangereux réactionnaires immobilistes et qui ne comprendraient pas ce qu’attend le peuple… dont il est pourtant si terriblement éloigné. Mais comme de toute façon le gouvernement s’assoit sur les avis du Sénat comme il s ‘assoit sur celui des représentants du peuple…  Il ne nous reste plus qu’un seul espoir : une mobilisation populaire plus  forte !

Plus d’infos ? Lire (cliquez ci-dessous !)

Capture

Signez l’Appel contre la loi Macron

Pour nous, Macron, c’est non.

2 réflexions sur “Peuple de France, nous n’en avons pas fini avec la loi #Macron !

  1. A quoi peu bien servir une signature alors que le Sénat a essentiellement le droit de se taire si l’Assemblée a adopté la loi et qu’en plus celle-ci a été adoptée sans vote avec l’article 49.3 ?
    Je suis par ailleurs surpris que personne, parmi ces gens dont c’est quand même le métier, n’ai remarqué un alinéa qui reporte carrément le coût d’un plan social sur le contribuable.
    Quand une entreprise appartenant à un groupe pété de thunes décide de fermer (généralement pour augmenter ses profit en la déplaçant ou pour augmenter la rentabilité du groupe, je pourrais vous expliquer comment plus tard), elle se met en difficulté financière.
    Elle se trouve rapidement contrainte à la fermeture.
    Jusqu’à la loi Macron, le plan social devait être financé par l’entreprise, la maison mère ou le groupe multinational auquel appartient la maison mère.
    Avec la loi Macron, histoire de ne pas coûter de sous aux actionnaires ou aux banques, eh bien seule l’entreprise y sera tenue.
    Comme elle n’a pas de sous, ce sera l’AGS qui s’y collera.
    C’est pas beau un socialisme de banquier ?
    Surtout d’un banquier assez nunuche pour croire qu’il va faire de la croissance en créant des lignes de car (comme celles qu’on trouve au Chili ou ailleurs où les chauffeurs font la course pour griller le concurrent et mettent le voyageur dans la m… en ne s’arrêtant pas à l’arrêt…)
    Lignes de car qui se substituent aux lignes de chemin de fer supprimées pour diminuer les coûts de la SNCF mais surtout favoriser la croissance du marché de l’automobile.
    Bref, ce mec nous ramène au XIXème siècle, pour un mec censément moderne, c’est assez con…

    J’aime

Les commentaires sont fermés.