reculs démocratiques en Hollandie : pour une fois, ce n’est pas moi qui le dis…

Voilà une réaction claire, nette et sans bavure comme je les apprécie, qui a mon sens a bien plus d’impact que celles de ces frondeurs inutiles qui ne brassent que du vent. On a vu combien en effet ils étaient inefficaces à infléchir la politique du gouvernement, quelles que soient leurs saillies drôlatiques et leur apparente virulence… Bien timide cependant. Ainsi, celle de ce  Filoche qui me fait toujours autant rire tant, sa voix étant si peu entendue à Solférino,  elle constitue depuis 20 ans au moins la caution morale gauchiste bien huilée d’un parti qui a de moins en moins l’air socialiste, sans que pour autant l’intéressé ne songe le moins du monde à quitter ce parti devenu avec de plus en plus d’évidence (sauf pour les aveugles et les opportunistes…) en effet, pour reprendre la formule usitée, « social-traître ». Cette fois, plus sérieusement,  le coup de semonce provient de la maire de Paris, et elle ne mâche pas ses mots :

 Dans un communiqué diffusé samedi 14 février, la maire de Paris a qualifié de « recul démocratique » la création votée par les députés, sans les garanties qu’elle demandait, de « zones touristiques internationales », en particulier à Paris, où les commerces pourront ouvrir les dimanches et soirs. »C’est ainsi la confiance qui est entamée, alors que le ministre de l’Economie s’était dit ouvert à l’idée » des critères objectifs, lâche Anne Hidalgo. « Il s’agit d’un recul démocratique, à rebours de l’histoire décentralisatrice entamée il y a plus de trente ans. » Cet « empiètement de l’Etat sur le pouvoir des exécutifs locaux », au nom d’un rayonnement touristique dépassant les considérations locales, « trahit une vision recentralisatrice et jacobine de la régulation des territoires » et « le peu de cas qui est fait du tissu commercial et social parisien », critique encore la maire PS. « C’est un non-sens économique de considérer que l’attractivité d’une ville peut se gérer depuis Bercy ».

Je crois bien que ce jeune blanc bec un peu trop sûr de lui de Macron a eu tort, et dans sa lignée tous les fauxcialistes en tous genres, jeune garde si terriblement formatée  comprise, de se faire une telle ennemie… Et je suis  ma foi fort ravi de constater que l’opposition de gauche au sein du PS est en train de grandir à un tel point que la meute hollandaise risque fort de se retrouver acculée dans une impasse : celle de leur libéralisme dépassé, qui en effet (n’en déplaise aux apparatchiks du PS qui surnagent dans le sillage du pédalo gouvernemental)  désespère les masses laborieuses, qui en attendaient tout autre chose. Oui, les reculs sociaux, l’absence de projet d’avenir et de réelles réformes et mesures rendant notre société plus égalitaire et plus juste pour les plus humbles est un formidable marche pied pour le FN. Cochon qu s ‘en dédit.