Monseigneur Macron est bien trop bon : il vient de rétablir le droit à l’information… (mais pas celui du travail !)

Respect-300x199Voilà qui va dans le bon sens. Le gouvernement a donc décidé de retirer son projet sur le secret des affaires, qui avait attiré les foudres d’une grande partie des journalistes, et des défenseurs de la liberté d’expression, et donc d’information de ce pays. On peut regretter toutefois qu’il ait fallu une telle mobilisation générale pour revenir sur cette mesure liberticide qui, rappelons le, provient du Ministre de l’économie, E.Macron. C’est dire la précipitation avec laquelle certaines lois peuvent être rédigées, sans concertation avec les parties en présence. De plus, si certains peuvent s’étonner à juste titre de la rapidité avec laquelle le gouvernement fait machine arrière, alors que sur d’autres dossiers, notamment sociaux, il ait refusé de tenir compte de l’avis des principaux intéressés, il convient simplement de prendre en compte les puissants enjeux économiques qui se jouent derrière tout cela. La presse et le journalisme, en France, sont déjà bien malades, et les patrons de presse, qui appartiennent eux aussi pour l’essentiel au monde des affaires compte-tenu de l’extraordinaire concentration de la presse en France entre quelques mains seulement, auraient pu s’indigner de l’éventuelle perte de profits si cette loi était appliquée à la lettre. En outre, on sait les liens étroits qui existent entre les journalistes et les politiques... Ceci expliquant cela. Par contre, revenir sur le droit à la retraite, ou d’autres dossiers qui ne concernent que d’humbles salariés, c’est une autre paire de manches. La guerre des classes, certes, ne peut pas être gagnée par tout le monde, et surtout par les plus modestes, sinon où irait-on ? On en verra d’ailleurs l’illustration dans la suite de l’examen de la loi Macron à l’Assemblée nationale, puisque d’autres points beaucoup plus épineux et porteurs d’enjeux pour la défense des droits des salariés n’ont pas encore été abordés….

Capture