la liberté d’expression, ce n’est pas l’apologie de la violence et de la haine

imagesUn article du Monde que j’ai lu hier sur les limites de la liberté d’expression et son encadrement juridique m’a particulièrement intéressé. Il n’est pas rare en effet que ceux qui sen prévalent franchissent allègrement la ligne rouge, comme l’exemple de Dieudonné , parmi trop d’autres, l’a encore récemment démontré en matière d’apologie du terrorisme. La justice a été saisie, elle fera son boulot en fonction des textes en vigueur, et c ‘est très bien ainsi. je n’ai aucun état d’âme par rapport à ça. L’outil judiciaire peut être en l’espèce un garde-fous particulièrement utile pour juguler les débordements nuisibles à l’intérêt collectif. Ceux qui ne sont pas contents n’ont qu’à se rapprocher de leur député pour faire changer la loi. Pourtant, malgré ces limites juridiques, certains s’émeuvent du sort de ces pauvres gens faisant l’objet d’une procédure pour apologie du terrorisme. Moi pas. Ceux qui ont voulu jouer avec ce vilain feu ont perdu. Qu’ils assument. je vire réac, me direz vous ? Comme beaucoup de blogueurs (à moins qu’ils ne soient si lisses qu’ils ne présentent aucune aspérité, et donc se cantonnent au politiquement correct), je suis plutôt bien placé pour savoir à quel point certains usent et abusent de l’argument de la liberté d’expression, et se croient d’autant plus intouchables qu’ils sont sur internet, espace où tout serait permis… y compris l’appel au meurtre. (Sans aller jusque là, l’insulte n’est pas rare…).  S’ils étaient mieux informés, ils sauraient que depuis la loi  novembre 2014,  tenir certains propos sur internet, qu’on soit d’accord ou pas (je me suis élevé contre) est une circonstance aggravante. Trolls en tous genres, tenez vous le pour dit. De toute façon, la liberté d’expression, ce n’est pas celle d’insulter, ou de s’attaquer à une communauté, comme le précisent les articles 23 et 24 de la loi du 29 juillet 1881 (modifiée à plusieurs reprises, voir ici), qui sanctionnent :

 » La provocation à la discrimination, la haine ou la violence envers des personnes “en raison de leur origine ou de leur appartenance ou de leur non-appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée”, ou encore “leur orientation sexuelle ou leur handicap” ».

Si l’on appliquait cela à tous les cas de figure présents sur le net, une grande partie de la réacosphère et de la  fachosphère (ainsi que certains sites rouges bruns que je combats également, eux qui portent gravement préjudice à la crédibilité  de la gauche toute entière)  pourraient être littéralement nettoyés. Serait-ce plus mal ? Que la loi s’applique à tous, et la paix sociale ne s’en portera que mieux. Point barre.
.
Advertisements

7 commentaires

  1. Je suis partagé sur ce sujet… Dieudonné a joué habilement son jeu avec son Charlie Coulibaly qui peut être compris de diverses manières…(Coulibaly est aussi un nom burkinabé ou ivoirien) sachant très bien que Valls allait sauter sur l’occasion pour faire l’exemple et qu’il en serait encore plus « martyr ». Il a joué aussi volontairement le jeu de ne pas se présenter à la convocation pour être ensuite en garde à vue….qui se prolonge sans doute plus que d’ordinaire mais cela reste à l’appréciation de la justice.

    Mais en même temps, on a des Philippe Tesson qui propagent aussi la haine sans être inquiétés, tout autant que… des Soral (cf ses derniers messages, si cela restait encore à prouver), sans, jusqu’ici, être inquiétés. Le message parait donc curieux et nourrit lui même des clivages et des haines. Au moins sommes nous d’accord sur le fait que les victimes puissent porter l’affaire devant la justice car elles se sentent insultées. La justice tranchera.

  2. Que la loi s’applique à tous, et la paix sociale ne s’en portera que mieux. Point barre est-il écrit! La loi n’est t-elle pas celle qui est faite par ceux qui veulent protéger leur pré carré social, politique, économique et culturel. La paix sociale est à l’opposé de la lutte de classe.
    La paix sociale n’existe pas, existe seulement l’ordre social au service des puissants. C’est bien pour pour cela que la loi Macron est aussi bien défendue par la droite, le PS et le MEDEF. Une certaine gauche n’en finit de larmoyer jusqu’à aller maintenant se fondre dans une sorte de pensée unique. 3 millions, un peu plus ou un peu moins de « je suis Charlie » 61 autres millions qu’il faut repérer et traiter parce qu’ils ne sont pas « Charlie » comme le dit Mme Nathalie Saint Cricq de France 2. Quelle belle perspective d’avenir!

    Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l’une ni l’autre et finit par perdre les deux » (Benjamin Franklin)

  3. A reblogué ceci sur raimanetet a ajouté:
    oups ! pourtant il me semble que ce qui se passe, c’ est bien tout le contraire … tout le monde ment, aux uns et aux autres pour le profit d’ un seul … deviner qui il est ???

Les commentaires sont fermés.