Et si les religions arrêtaient de nous emmerder ?

206815_204556506234162_106626879360459_635561_118423_nJe suis athée. Dans d’autres pays, je pourrais être emprisonné voire exécuté rien que pour cela. Solidaires, nous  avons pour beaucoup en tête l’exemple de ce blogueur saoudien fouetté en public simplement pour avoir osé critiquer le grand mufti de son pays. En France, rien de tout cela,  j’ ai le droit non seulement de ne pas croire, et de critiquer les religions, mais même de le crier sur  les toits, comme je le fais ici, si cela me chante, et j’apprécie cette liberté là. Elle fait partie de l’héritage de ce pays, le bout d’un long tunnel, celui du combat contre le fanatisme et l’obscurantisme religieux qui a marqué notre histoire et que beaucoup ont payé de leur sang, et de leurs peines.  Inscrits dans celle-ci, une longue tradition d’anticléricalisme et de droit au blasphème en font intimement partie, éléments constitutifs de notre culture française qu’on a bien du mal à comprendre et accepter à l’étranger…  Et pas seulement dans les pays où l’islam est majoritairement présent, comme la pudibonderie et la pusillanimité anglo-saxonne nous l’a dernièrement démontré . Les catholiques eux-mêmes ont du s’y faire, sous peine de passer pour de dangereux réacs qu’ils sont en effet quand ils se mêlent de ce qu’ils ne doivent surtout pas maîtriser et contrôler, à savoir la culture, comme c’est régulièrement le cas en France, à l’occasion de telle ou telle pièce que ces intégristes extrêmement droitiers  tentent de censurer, criant au blasphème… ou plus récemment devant une œuvre (celle qui est évoquée dans cette Une de Charlie Hebdo qui sert d’illustration à ce billet) qui a mis leurs nerfs à rude épreuve.. Heureusement, ils n’ont tué personne…. Vous me voyez venir, avec mes gros sabots ? En effet, et vous aurez raison. je n’accepterai jamais qu’une religion  quelle qu’elle soit m’interdise quoi que ce soit, ce que je dois voir ou non,  lire ou pas, penser ou non…  Quant à se mêler de ce que je fais de mon cul, ce qui semble être une surprenante autant que bien suspecte obsession dans un grand nombre de religions, j’ai déjà dit ce que j’en pensais ici, à de multiples occasions. je ne vois aucune objection à ce que ceux qui n’ont pas la force de vivre sans le support de cette atèle spirituelle qu’est à mes yeux une religion croient dans ce qu’ils veulent, mais qu’ils cessent de nous l’imposer, en prétendant diriger nos vies ! En un mot comme en cent, qu’ils arrêtent donc de nous emmerder !

post-scriptum : j’apprends que le délit de blasphème existe toujours dans le cadre du concordat d’Alsace-Moselle… Une loi d’exception ? Il y a lieu de s’y attaquer... Si vous voulez signer la pétition, c’est ici.