Quand la Légion devient celle du déshonneur…#Piketty

9782021082289L’événement politique de ce jour de l’an 2015, c’est sans nul doute, pour notre pays, le refus de la légion d’honneur par l’économiste français Thomas Piketty. C’est un camouflet d’autant plus cinglant pour Hollande et sa politique économique que Piketty fut pourtant l’un de ses soutiens en 2012. Le motif de ce refus est intéressant :

« Je viens d’apprendre que j’étais proposé pour la Légion d’honneur. Je refuse cette nomination, car je ne pense pas que ce soit le rôle d’un gouvernement de décider qui est honorable »

L »une de ses profondes divergences avec Hollande est également à considérer avec attention : «  Il reproche notamment à ce dernier d’avoir enterré, après son élection en 2012, une promesse de campagne d’une profonde réforme fiscale dans le sens d’une plus grande progressivité de l’impôt, un projet ardemment défendu par l’économiste. »

Qu’un président et son gouvernement, s’auto-promouvant si abusivement au vu de son action du qualificatif de socialiste, s’interdisent en effet d’explorer les pistes proposées par Piketty d’un régime fiscal plus juste et plus redistributif, voilà qui n’est pas sans agacer en effet tout français soucieux de plus de justice, économique ou sociale.  Cette année commence bien : sous le signe du combat. Comme l’écrit  Jorion sur son blog, merci Monsieur Piketty. La guerre des classes n’est pas morte. 2015 suit…

11 réflexions sur “Quand la Légion devient celle du déshonneur…#Piketty

  1. Refuser la Légion d’honneur est tout à fait recevable et honorable.

    Mais venir ensuite s’en vanter par voie de presse, c’est le fait d’un petit trou du cul gonflé à l’hélium.

    J'aime

  2. ravi de voir que vous prétendez mieux savoir que moi ce que je pense…. Pourtant, votre réponse est tout à fait à l’image des réactions des médiacrates qui ne disent pas autre chose que vous…

    J'aime

  3. @D.Goux : je crois que je vais vous éviter dorénavant d’importer ici votre prose d’extrême droite. Elle n’y est pas la bienvenue. Et puisque le dialogue est impossible entre nous, mon infériorité intellectuelle étant selon vous démontrée, vous ne verrez donc aucun inconvénient à ce que je vous en déloge. je me suis montré suffisamment patient avec vous, ces dernières années… Trop. Ce temps là est révolu. N’y revenez pas. Vous êtes dorénavant persona non grata. Je ne vous retiens pas.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.