quand (certains) CRS =SS pour de vrai… Que fait la Police ? (et ce pauvre Bernard… ?)

68crsssC’est un article du Point, paru aujourd’hui sur le site,  qui m’a incité à écrire ce billet. Il nous révèle que plusieurs affaires d’apologie du nazisme fleurissent tranquillement dans les unités de police ou de CRS sans que cela n’inquiète outre mesure leurs instances dirigeantes. Pire, un ancien ministre de l’intérieur qui se veut droit dans ses bottes, mis au courant, non seulement n’a rien fait, mais a laissé pourrir. Aujourd’hui, le ministère de l’intérieur, sollicité par le journal, refuse de répondre. Pourtant, certains faits sont particulièrement graves, et les délits, caractérisés. Un simple aperçu :

Une gardienne de la paix très bien classée à la sortie de l’école de police avait choisi d’intégrer les compagnies républicaines de sécurité. Mal lui en a pris. D’origine maghrébine, elle fait l’objet d’attaques racistes et sexistes. L’un de ces courageux assaillants portait un insigne sur son casque qui ne laissait guère de doute quant à ses convictions. Patrick Jacquet, brigadier de police à la retraite et vice-président de SOS fonctionnaires-victimes, a fait analyser ce signe ostentatoire :

Si vous voyez cet insigne sur un casque ou un képi, courage : fuyez ! (surtout si vous êtes noir, arabe, juif, gauchiste ou homosexuel..)

Si vous voyez cet insigne sur un casque ou un képi, courage : fuyez ! (surtout si vous êtes noir, arabe, juif, gauchiste, franc-maçon ou homosexuel(le)..)

« C’est l’exacte représentation de l’écusson de la 12e SS Panzerdivision dite « Hitlerjungend ». Cette section SS a été responsable entre autres du massacre de 86 civils âgés de 15 à 85 ans sans aucun lien avec la Résistance dans la nuit du 1er avril 1944 à Ascq (59). Dessiner un tel emblème sur un outil professionnel de fonctionnaire de police démontre la volonté d’apologie du nazisme et de provocation à caractère raciste

La loi s’applique-t-elle partout… Ou seulement pour les autres ? Et pourquoi le Ministère de l’Intérieur ne met-il pas bon ordre à ses débordements, au lieu de sanctionner les donneurs d’alerte plutôt que cette minorité de fachos, ce qui relève d’une incroyable inversion morale ? Et d’un mépris des valeurs et des lois républicaines… Si l’Etat français lui-même ne les applique pas, quelle crédibilité peut-il encore conserver dans un contexte où, de surcroit, l’accent est mis actuellement sur les violences policières, suite au drame de la mort de Rémi Fraisse, et quand bien même ces deux histoires n’ont rien à voir ? Les forces de l’ordre, en période de tension, ne devraient-elles pas se montrer encore plus exemplaires, par conséquent ? N’hésitez surtout pas à interpeller vos députés…

Post-scriptum : la gardienne de la paix d’origine maghrébine qui faisait l’objet de harcèlement de la part de son supérieur portant un insigne explicitement nazi vient enfin de se faire entendre, deux ans après les faits. Le parquet de Paris a en effet ouvert une enquête préliminaire, d’après ce que j’apprends aujourd’hui, 9 décembre 2014, de France Info :  » Un supérieur et deux autres femmes CRS ont déposé à l’écrit pour constituer le dossier de plainte. Des témoignages édifiants que nous avons pu consulter  qui confirment les  discriminations, le harcèlement quotidien qu’une minorité de CRS infligent à certaines de leurs collègues. » A suivre donc.