le misèrable miracle de son altesse François de #Hollande qui a donc daigné se rendre à #Florange…

1799574_3_3211_arcelormittal-s-est-engage-a-investir-180_3f1e9142cbf5762a132ce59d1fe272f7

« La décomposition des promesses du Parti socialiste, c’est le terreau du FN »

Et donc, son altesse royale est entrée à Florange par une porte dérobée, histoire de fuir une foule hostile, qui l’attendait de pied ferme devant la porte principale d’Arcelor Mittal  pour lui dire deux mots… . Mais pour lui,  aucune honte à cela. L’action de son gouvernement sur ce site est en effet une totale réussite... La preuve en est qu’il est allé d’emblée rencontrer des salariés qui ont – eux – eu la chance d’être reclassés (ce qui en effet comportait moins de dangers…), plutôt que ces vulgaires militants CGT et autres paysans en colère qui sont si grossiers… Celui que ses opposants qualifient avec si peu de respect dû à son rang  de « Monsieur napadcouilles » ou plus couramment de « Hollande le – moins – gros » n’a donc une fois de plus pas failli à sa réputation, en évitant courageusement le danger… et en récupérant cyniquement des symboles qui ne lui doivent rien.  Sa visite l’ayant en effet conduit à inaugurer une plate-forme publique de recherche et de développement industriel pour la sidérurgie à Uckange, dont il s’attribue le mérite, il convient pour le lecteur non informé de rappeler les faits, tels que décrit dans ce billet de septembre 2013 :

au moment de la fermeture de Florange existait déjà un projet européen nommé Ulcos, dont j’ai déjà parlé ici, et qui pesait dans la balance des négociations dans la mesure où l’on espérait que Mittal aurait au moins la décence, en contrepartie de la fermeture de Florange, d’en financer une partie non négligeable, ce qui n’a pas été fait, comme toutes les promesses qui n’engagent que ceux qui y croient.

A cela, il convient de rajouter ceci :

FO dénonce pourtant le déclin de l’emploi sur le site, qui n’emploie plus que 2.100 CDI et où la direction vient d’annoncer 30 embauches en 2015 alors que 130 départs sont prévus la même année, selon le syndicat.

Voilà. C’est dit et écrit. Hollande n’est donc qu’un imposteur. Mais qui en doutait encore ?