Hopla ! Lorraine-Champagne-Alsace : super, c’est acté !

4458118_5_7edd_carte-des-regions-adoptee-par-les-deputes_d4c5d0f34c30000993ca57e1e28cbd71

Malgré une campagne de dénigrement sans précédent dont j’ai rendu compte ici,  visant pour certains alsaciens un peu bas du front (comme ce député de l’UMP, Herth,  évoqué ici) à décrire leurs voisins lorrains comme des pouilleux, et la pression extrémiste des identitaires alsaciens, l’Assemblée Nationale a donc adopté en deuxième lecture le choix d’une carte de la réforme territoriale à 13 régions dès 2016. Personnellement, j’en suis fort aise. Comme je l’espérais sans trop y croire dans mon précédent billet sur ce sujet, le gouvernement a donc vaillamment résisté aux lobbies régionalistes. C’est bien. je trouve en effet tout à fait légitime et honorable de contribuer ainsi entre nos anciennes régions de l’Est à un système de péréquation, et donc de solidarité. Cela n’aurait pas été le cas si la région Alsace, comme certains, bien droitiers, le souhaitaient, était restée dans son quant-à-soi, son repliement… et donc son égoïsme identitaire. Toutefois, un point noir demeure dans cette histoire : cette verrue sur le visage de la France laïque et républicaine qu’est le régime particulier d’Alsace-Moselle, avec son droit local, et son régime concordataire, qui permet entre autres joyeusetés de rémunérer les représentants de différentes religions sur le dos des contribuables, et de raconter des sornettes à nos chères têtes blondes, ce contre quoi je ne cesserai de m’insurger. La religion devrait demeurer une affaire privée. De plus, ce régime spécial est d’autant plus malvenu aujourd’hui qu’il créera de fait une deuxième couche de disparité, intra-régionale cette fois,  préjudiciable à la règle républicaine d’égalité de traitement entre les citoyens. Et si on évoluait enfin ?

4 réflexions sur “Hopla ! Lorraine-Champagne-Alsace : super, c’est acté !

  1. euh… j’espère que nous, Ardennais, nous ne perdrons pas le nom de notre région  » Ardenne  » dans le nouvel intitulé…

    J'aime

  2. GdC qui se transforme en Droite de Combat. Qui l’eût cru ?
    Ignorance ou arrogance ? Ou aveuglement haineux ?
    Les élus Alsaciens sont bien souvent des enfoirés. Je ne parle même pas du débile qui se sert d’un acronyme des initiales des trois régions (actuelles) pour attribuer un nouveau nom à cette débilité créée sur le coin d’une table, à savoir Arschloch (Traduction : Trou du cul).
    Là où je suis d’accord : garder l’Alsace seule est totalement crétin, dans la mesure où ces élus ne le souhaitent QUE pour remettre sur le tapis l’histoire du Conseil Unique. Rejeté par les Alsaciens. Certes, avec peu de votants. ET alors ? Les autres qui maintenant râlent, n’avaient qu’à se déplacer !
    Mais Gdc se transformant en DdC… Alors là…
    Je ne parle même pas de ton « et donc son égoïsme identitaire (de l’Alsace) »… On n’a posé moins de bombes que les Bretons, les Basques, les Corses… Corse où d’ailleurs les élus souhaitent instaurer une obligation de connaitre la langue Corse pour pouvoir y travailler. Bretagne où existe des écoles primaire Breton première (et unique) langue ; idem au pays Basque…
    A ma connaissance, en Alsace nous n’avons (pas encore ?) ni le premier cas, les les suivants.
    Relie l’Histoire. Celle du traitement de l’Alsace (et de la Moselle) depuis (au moins) 1870, tour à tour par la Prusse puis la France, puis l’Allemagne, puis la France. Mises sous tutelles (et non pas régions libres) du Reich prussien, puis 5 ans sous tutelle par la France à partir de 1918 (ou lieu de un an pour le reste de la France : ça valait la peine, le délire de « Vous n’aurez pas l’Alsace et la Lorraine » (sic)). Ré-annexées en 1940, toujours sous tutelle, contrairement aux autres régions d’Allemagne, car trop Française ! Et Re sous tutelle pendant 5 ans à nouveau, au lieu de un an pour le reste des régions françaises à partir de 1945 (normal : trop longtemps boches, il risquait d’y avoir des terroristes pro-nazis, alors que les trois départements 57, 67 et 68 sont ceux qui ont compté le moins de Collabos en proportion de leur population !) ! Combien de noms de famille et prénoms obligatoirement modifiées (sous peine de visiter un joli camp de « travail », voire de rencontrer plus rapidement de mort) car trop Français ? Une amie ne sait plus, depuis 1946, si elle se prénomme Françoise (prénom de naissance) ou Dominique (Prénom re-francisé après avoir été germanisé en Dominik). A ce jour, l’Administration française n’a toujours pas compris !!! Je ne parle même pas des difficultés pour (enfin ?) obtenir le décompte des trimestres pour sa retraite (visiblement, elle ne vivait pas entre 1940 et 1945 ; ou alors, est-ce parce qu’elle était une ennemie à la Patrie à cette époque ? Comme beaucoup d’autres alsaco-mosellans ? Mystère)…
    Je t’invite à voir une excellente petite série des années 90 « Les Alsaciens ou les deux Mathilde ». Ma belle famille, Limousine, avait les même réactions haineuses que toi sur les Alsaciens (alors et là je suis d’accord concernant certains Alsaciens, surtout les décérébrés qui traitent tes coreligionnaires Lorrains de pouilleux » Mais un cas ne fait pas une généralité !). Ils ont largement révisé leurs avis après la visualisation du la dite série. L’une de mes ex-belle-soeurs m’a même dit alors qu’il faudrait que cette série soit projetée aux lycéens pour mieux comprendre l’Alsace et sa mentalité…
    Je ne parle même pas de l’ignorance crasse d’un bon nombre de Français ! Combien croient encore que l’Alsace est Allemande ? Je l’ai vécu à plusieurs reprises. Adolescent, en vacances dans le Var, un autochtone nous demande d’où nous venons (il avait certainement repérer notre sale accent boche). A notre indication alsacienne, voilà sa réponse : « Ah, mais c’est pas la France, ça ! ».
    En été, il y a deux ans. Une voiture, 50, cherche visiblement son chemin. 5 personnes à bord. Le conducteur tente de m’expliquer quelque chose en baraguinnant un pseudo allemand. Je lui dit, de ma plus belle langue française, que je ne comprends pas. Regard étonné du dit conducteur. Réaction de sa mère (ou belle-mère) : « Ah, mais monsieur, vous parlez bien le Français ». Je répond : »Mais je suis Français, Madame ». La Dame : « Ah, vous aussi vous êtes en vacances en Allemagne ou en famille, car vous avez un petit accent allemand malgré tout ? ».
    Ce n’est pas la première fois que cela m’arrive, et je ne suis pas le seul alsacien à qui cela arrive. De quoi, effectivement, se sentir Français ! Mais nous nous marrons…
    GdC veut faire plaisir au MEDEF ? Alors OK : supprimons le Régime local de Sécu !
    Ce régime, les Mosellans & Alsaciens y cotisent ! Moi, de Gauche, je considère qu’au contraire, au lieu de le supprimer on ferait mieux de profiter de ces modifications territoriales pour le généraliser à l’ensemble de la France !!! Ce système est bénéficiaire (contrairement à la SS nationale !) au point qu’on nous a baissé de 0,25 points la cotisation il y a deux ou trois ans.
    Ce système nous permet de ne pas avoir de journée de carence pour TOUS ! Ne pas s’étonner que les députés et sénateurs alsaciens souhaitent à tout prix la carence pour les fonctionnaires et pour tous : il n’y aura aucune incidence en Alsace-Moselle grâce à notre Système Local (en fait, un régime complémentaire) ; donc, de la démagogie à très bon prix !
    J’ai eu récemment un gros pépin cardiaque. Une semaine de soins intensifs. Mais pas de Forfait journalier ! Payé par le régime Local ! Une meilleure prise en charge de médicaments (jusqu’à 90% dans certains cas. Meilleurs prise en charge de la facture de la consultation médicale. Etc, etc, etc.
    Alors, au lieu de vouloir supprimer ce régime complémentaire de protection sociale, tu ferais mieux de te battre pour qu’il soit étendu à TOUTE la France !
    Quant à cette « seconde couche d’inégalité intra-régionale »… Mauvaise fois de ta part ? Mais, il existe déjà en Moselle par rapport aux trois autres départements de ta région, Non ? Ne serait-il pas plus intelligent, et de gauche, de le déployer, au contraire, aux Vosges, Meuse, Meurthe et Moselle, etc ? Pour moi, si. Car, avantage dans le cadre de la privatisation continue de la santé et de sa prise en charge, à couverture complémentaire égale, grâce au Régime Local tant jalousé, nous coûte moins chère ! Pas négligeable ! Tu fais exactement comme les européistes ultralibéraux : on nous promettait de ramener les pays les plus pauvres au niveau des pays les plus riches. Résultats, ils ramènent les pays les plus riches au niveau des plus pauvres. C’est exactement le même type de comportement que tu appliques en voulant supprimer cette « verrue » du Droit Local.
    Droit Local repris par Rocard : la faillite personnelle existe depuis 1870 en Alsace Moselle. Rocard à repris ce droit pour l’adapter, imparfaitement certes, au reste de la France.
    Les tribunaux de commerce en en Alsace Moselle, sont présidés par un Magistrat Professionnel. Ce qui évite les magouilles que l’on voit dans le reste de la France : des commerçants, en même temps présidents des tribunaux de commerce, juges ET partie ! Qui en profitent quelques fois pour faire taire un concurrent ! Impossible en Alsace-Moselle.
    Au fait, le CNR, pour instaurer la Sécu en France a pris appui sur le Droit Local Alsaco-mosellan de sécurité sociale! Idem pour la retraite (en Alsace-Moselle, les cotisations de retraite et le droit à la retraite ont été instaurés à partir de 1870 !). ETc, etc, etc. Alors, au lieu de soutenir les idées du MEDEF, soutient plutôt cette partie du système social.
    Bien entendu, le Droit local n’est pas parfait. Mais il semblerait qu’il soit bien plus efficace et plus social que le système Français. Donc, au lieu de le supprimer (comme le souhaitent le MEDEF local : normal : il cotise aussi, donc encore de trop pour ce système).
    Donc,  » règle républicaine d’égalité de traitement entre les citoyens » par le haut, oui ! Non pas par le bas, comme tu le préconises !
    Là où je suis d’accord, se sont nos curés, pasteurs et rabbins fonctionnarisés (mais pas les imams ni aucun autre représentant d’aucune autre religion : révise tes connaissances).
    Mais, là également ça bouge. Les cours de catéchismes scolaires ne sont plus obligatoires depuis la rentrées 2011. En Alsace, en tout cas. En Moselle, je ne sais pas. Car, avant cette date, en Alsace, il fallait demander une dispense de cours de religion pour ne pas y avoir droit. Depuis la rentrée 2011, il faut demander par écrit à participer à des cours de religion (catho ou protestants). La charge est inversée. Pas parfait, mais ça bouge.
    Mais, grâce à cette part du Concordat, nous avons droit à deux jours de congés supplémentaires, soit 13 au lieu de 11 par an. OK. Supprimons tout. Il ne restera plus grand chose aux salariés pour se reposer… Même s’il s’agit, à l’origine, de jours religieux… Même s’il y a belle lurette que plus grand monde ne connait plus la symbolique des ces jours. Noël ? Commercial (à l’origine, Fête de la Nativité de Jésus, et non pas « NoËl »). Pentecôte ? C’est quand on va à la Montagne ? (Entendu réellement !). Ascension ? Ouai… Et l’Assomption, alors ? Putain, l’ascension, je comprends, tu montes, mais l’assomption ? Lundi de Pâques ? C’est pour revenir du pont de pâques… Ca y est : cinq jours de congés grignotés au profit du MEDEF. J’habite à 30 mètres d’une église : je n’entends plus les cloches sonner que lors d’obsèques ou de mariages. Plus de messes, plus de vêpres, rien. Ou plutôt si : 2 ou trois fois par an contre une à deux fois par jour il y a encore 25 ans !
    HEureusement qu’il nous reste des jours à fêter qui représentent des périodes de foutage sur la gueule (tueries) : 1 mai, 8 mai, 11 novembre. Le seul vrai jour de fête : le 14 juillet, anniversaire, non pas de la prise de la Bastille (encore foutage sur la gueule) en 1789, mais de la Fête de la Fédération de 1790 ! ET, bien entendu, le 1er janvier ! Neutre. Enfin, un jour férié neutre.

    Si on remplace tous ces jours de congés connotés par d’autres ne l’étant pas, pour moi, pas de problèmes ! Sinon, qu’on nous les garde jusqu’à une solution moins mauvaise. Un acquis, qu’il ait une origine religieuse (dont plus personne ou presque ne se souviens plus) on non, reste un acquis s’il bénéficie au repos des salariés et des travailleurs (inclus les travailleurs des professions libérales et indépendants et autres !). S’il est supprimé, ça bénéficiera au MEDEF et alii.

    Je m’arrête là, car je peux encore en avancer, des éléments.

    Mais, cette réforme là est une totale débilité : faire des régions en se basant sur les limites des régions et non pas des départements et/ou des territoires, c’est totalement idiot. AUtant Moselle et Alsace et Territoire de Belfort auraient eut une cohérences économique, sociale, historique, géographique, autant Alsace-Lorraine-Champagne (Ardennes) est idiot. Alsaciens, nous avons plus de liens avec les Doubistes (Franche-Comté) qu’avec les Ardennais qui sont certainement bien plus proches, à tous les niveaux, et il n’y à rien de péjoratif, des Picards ; les gens de la Meuse se sentent très certainement bien plus proches des habitants de l’Aisne, alors que Haut-Rhin et Haute-Saône se font « du pied » ! Modifier les cartes des régions, pas de problème. Mais encore eut il fallu le faire intelligemment !
    ET, si la taille ou la puissance économique avait eu un rôle dans ces choix, on n’aurait certainement pas laissé la Corse toute seule. Mais bon, à Paris on doit préférer tenter d’éviter les bombes dans la Région la plus pauvre de France qui était encore en PACA dans les années 1970.
    DErnier point. Capitale de cette nouvelle immense entité (un peu plus et on avait une Région France, tout simplement) : Strasbourg. Nous sommes content et ça calmera, un peu, les élus alsaciens. Je pense à ces élus régionaux de tout là-bas en haut (pour nous, Alsaciens du tout en bas de l’Alsace) qui vont venir se réunir au conseil régional. PErte de temps, d’argent, etc. Presque autant que pour une autre nouvelle région de future gabegie, Rhône-Alpes-Auvergne. Les représentants d’Aurillac mettront plus de neuf heures pour se rendre en réunion on en Commissions à Lyon. Si c’est à Clermont-Ferrand, je pleins les élus de Chambéry ou Chamonix. Les déplacements vont être très écologiques et économiques…

    Dernier point : l’Alsacien n’a pas sont pareil pour se moquer de lui-même ! Quassiement toutes les blagues alsaciennes portent sur l’Alsace et l’Alsacien. Pas sur l’Arabe, pas sur le Juif, pas sur le Belge, parfois sur le Suisse.
    Une de plus belles chansons d’amour est celle-là, estampillée par erreur Roger Siffert, mais du aux Celtic Breeze :

    Un des meilleurs exemple du foutage de gueule de l’Alsacien par l’Alsacien ! Égoïsme identitaire…
    Et le Jean dans le trou de moustique veut lorsqu’il ne veut plus et ne veut plus lorsqu’il veut (D’r Hans em Schokeloch ».
    Ou le groupe de rock, les Brederlers qui se trimbale en kilt (les Alsaciens sont des descendants des Celtes, comme les Bretons).
    « Quand on est bilingue, on peut dire deux fois plus de conneries » Roger Siffert.

    PS : je suis Alsacien de naissance, fils de parents slaves originaires d’un pays ballotté entre Russes, Allemands et Austro-hongrois, dont l’un était d’Alsace et l’autre de Saint-Etienne, fils et petit-fils de mineurs de potasse et de charbon (Forez). Ma famille maternelle a été « reconduite » en Pologne, en wagon à bestiaux (déjà) par la République Française (hé oui…) en 1934, voyage pendant lequel l’une de mes tante est morte, à l’âge de 3 ans. Famille revenue un an plus tard, pour fuire la dictature de droite polonaise alliée à l’Allemagne Nazi jusqu’au 31 août 1939.
    Je suis donc loin d’être un « pur » Alsacien…

    J'aime

  3. Effectivement,renseignez vous sur le régime sécu d’Alsace/Moselle,il est bien plus avantageux pour les gens que le régime général.
    Quant à ces « régions »,encore une m….imposée par des élus parigots qui ne foutent jamais les pieds au-delà du périf !!! De quoi continuer à casser le peu de solidarités provinciales qui restaient.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.