défenseurs de l’environnement contre intérêts dominants : l’illustration d’un déficit démocratique important

images

Quand la démocratie représentative ne représente plus grand chose qu’elle-même, c’est à dire la seule volonté d’une élite plus prompte à défendre les intérêts de certaines classes sociales dominantes que ceux de toute une population, elle en appelle à la dénonciation calomnieuse des mouvements sociaux qui la mettent en difficulté par le biais d’un système de communication aux ordres de ces mêmes intérêts. On voit très clairement ce jeu là se poursuivre à l’occasion de chaque manifestation ayant trait à la protection de l’environnement où, comme dans le dernier épisode de cette lutte des classes moderne,  quelques vitrines cassées ont plus d’impact sur l’opinion collective que la mort d’un homme, pourtant pacifiste et n’ayant commis d’autre crime que de défendre ses convictions. Que retiendra le téléspectateur lambda de tout cela  ?  Les mots « guérillas urbaines », « exactions,  débordements inacceptables » (Cazeneuve),  » violences délibérées des groupes radicaux qui n’ont qu’un adversaire, la démocratie » (Ayrault), « l’impunité des groupes de casseurs d’extrême gauche » (MLP) (source), justifiant ainsi très largement les propos inacceptables de la FNSEA qui a qualifié ces mouvements de protestation pourtant légitimes de « djihadisme vert« , comme si tous ceux qui soutiennent la protection de l’environnement plutôt que sa destruction systématique (sans autre conviction que la rentabilité immédiate) avaient déjà coupé des têtes… Quand on veut noyer son chien, on l’accuse de la rage… A mon sens, tenter de disqualifier un mouvement de rébellion qui tente de dénoncer des intérêts divergents sur la base de valeurs qui le sont tout autant, par le recours à l’argument des casseurs, qui ne sont que quelques individus sur des centaines, quand ce ne sont pas des milliers, c’est du même acabit que de dénoncer l’ensemble de la classe politique dont on voit bien à quel point en ce moment elle n’est pas irréprochable, en se focalisant sur quelques brebis galeuses porteuses de la maladie qu’est la corruption et les conflits d’intérêts. Alors, politiques tous pourris ? Défenseurs de l’environnement, tous casseurs ou terroristes ? je le pense très clairement : la lutte des classes est en train de se poursuivre, contrairement à ce que d’aucuns pensaient en l’ayant prématurément enterrée, et ce ne sont pas celles, dominantes et financièrement sur dotées,  qui tentent de museler l’opinion,  qui sont en train de la gagner. Ne sous-estimons pas le phénomène, nous sommes en train d’assister là à une véritable guerre idéologique où les mots, les idées et les slogans ont plus d’impact que celui des balles…  sur l’opinion générale. La question du retour d’une véritable démocratie, non confisquée, comme c’est le cas en ce moment quand on analyse les processus de décision à l’œuvre dans le cas de tous ces GP2i, est en train de ressurgir, et nos politiques traditionnels, quels qu’ils soient, n’ont plus guère de prise sur ces mouvements souterrains là, qui portent l’énergie et la colère du peuple. Et son renouveau : un  avenir à défendre. C’est probablement pourquoi ils tentent si désespérément de museler internet… En vain.

Post-scriptum : sur la justification technique du barrage du Testet, voir ici en quoi elle est fausse, et que des alternatives plus soucieuses de l’environnement existent.

5 commentaires

  1. Manifester, grève générale, mettre à genoux tous les politiciens, oligarques financiers, multinationales, le peuple souverain doit se réveiller lutter pour ses libertés, pour une justice sans privilèges. Que les gens de valeur,honnêtes se rejoignent pour changer notre société, plus d’énarques, plus d’oligarques, plus de politiciens, nous n’en voulons plus dehors.

    J'aime

  2. Çà, internet avait été laissée aux « pauvres » par les rois de la confiscation, car ces derniers voyaient là un moyen supplémentaire de pouvoir neuneuïser le « peuple » par des jeux et des débilités mercantiles qui auraient dû achever le travail de décérébration commencé par al télé et les fils de pub. Manque de bol dans ce peuple là, il restait encore une bonne majorité d »internautes potentiellement disponibles à se saisir de cet instrument pour en faire un puisant vecteur dédié à la démocratie la plus directe possible. Ils n’avaient pas prévu çà avec leur gargarisme sur l’autoroute de l’information dans les années 80 et depuis, constatent à quel point le Net dessert leurs vilains projets, tout en les mettant à jour. Ce n’est pas pour rien qu’un gus comme Séguéla se muant en Savonarole pour jouer les inquisiteurs contre l’Internet, cette création « du diable » . Ils passent leur temps à se prétendre marioles et en avance sur leur temps en voulant ringardiser les adversaire de l’ultralibéralisme, tout en conservant des idées du 19 e siècle. Ils ont fini par croire eux-mêmes à leurs propres salades et cherchent par tous les moyens à faire du rétropédalage avec les mêmes recettes surannées, après avoir tarder à constater leur propre ringardise. C’est le moment d’enfoncer le clou de la démocratie directe et de la 6e république citoyenne et solidaire. Le vrai changement c’est ici et maintenant. Vive la 6e République, vive le peuple vrai des citoyens solidaires et vigilants !.

    J'aime

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.