#CSOJ : la gauche de gouvernement a les penseurs qu’elle mérite…

Hier soir, sur France 2, dans l’émission de Taddeï, Ce soir ou jamais, qui nous avait  hélas habitués à la présence de davantage de fachos, nous avons eu droit à un débat entre Gauchet et Badiou. Échange d’arguments, définition de positions divergentes sans agressivité, en toute intelligence, franchement, j’ai apprécié ce (vrai) débat, enfin.. Toutefois, dans ce duel, Badiou était de loin hors catégorie, au point que je me suis demandé pourquoi certains milieux se sentaient obligés de sortir le vieux Marcel de sa naphtaline. Il fût d’une fadeur qui ne faisait avancer en rien l’enjeu d’une nécessaire et urgente transformation sociale que nous appelons de nos vœux. . Mais comme je ne le connaissais que très peu, et pour cause, j’ai lancé une balise sur twitter. Et le résultat fut plus qu’instructif. Un interlocuteur, je ne me souviens plus qui, m’a orienté vers cet article :

Le bureau d’En Temps Réel est composé de Stéphane Boujnah, Président, Gilles de Margerie, Vice-président, Catherine Sueur, Trésorier, et Bernard Spitz, Secrétaire.

Le secrétaire général est Laurent Saint-Martin.

Plusieurs chargés de mission issus du monde universitaire et de la recherche pilotent les différents projets d’En Temps Réel.

Le Conseil d’administration est composé de :

Stéphane Boujnah, directeur général de Santander Global Banking and Markets France & Benelux
Julien Cantegreil, directeur juridique adjoint de Kering
Philippe Crouzet, président du directoire de Vallourec
Nicolas Dufourcq, directeur général de Bpifrance
Laurent Joffrin, directeur de la rédaction de Libération
Emmanuel Macron, ministre de l’Economie, de l’Industrie et du Numérique
Gilles de Margerie, directeur général adjoint d’Humanis
Olivier Nora, président du directoire des éditions Grasset et des éditions Fayard
Bernard Spitz, président de la Fédération française des sociétés d’assurances
Catherine Sueur, directrice générale de Radio France
Karim Tadjeddine, directeur associé de McKinsey

Voilà qui est éclairant… je comprends mieux. De gauche, vraiment ? Celle de gouvernement à les penseurs qu’elle mérite… Ceux qui ont assisté à l’émission auront pu assister à la défaite de la pensée de cette gauche là. Qui n’attend plus rien. ET ne veux surtout rien changer.