le blues du blogueur de fond

pauleta-merciVous en connaissez beaucoup, vous, des fonctions comme celles là, qui nécessitent tant de dévouement à la cause, même quand on est bénévole ? je ne suis pas payé, et pourtant je m’auto-exploite depuis maintenant près de 6 ans. Ce blog fêtera en effet son anniversaire en novembre. 4152 articles…. Une paille dans l’océan. Tous les jours, je m’oblige à scruter attentivement les fils d’informations dans des sources  diverses et variées. Tous les jours, je tente de faire le tri entre ce qui est pertinent et ce qui ne l’est pas, et je sélectionne les sujets qui soit sortent de l’ordinaire, soit sont présentés sous un angle plus éclairant que d’autres. Tous les jours, je tente avec plus ou moins de succès de trouver le bon angle de prise de vue pour tel ou tel thème. Tous les jours,  je m’astreins à répondre sans m’énerver à des cons qui m’agressent sans raison, alors qu’ils ne me connaissent pas, simplement parce qu’ils ne sont pas d’accord avec mes idées… Comme s’ils ne pouvaient pas exprimer un désaccord sans violence, raillerie, mépris ou condescendance, et ainsi faire preuve de davantage de maturité. Tous les jours, j’essaie de corriger mes erreurs, d’éviter mes tournures de phrases habituelles, un peu trop répétitives, d’affiner mes idées, de les coordonner de la manière la plus harmonieuse et cohérente possible, en reliant tel sujet avec tel autre que j’ai déjà abordé dans le passé, parce que cela me semble intéressant de tisser de tels liens intellectuels pour l’édification des masses laborieuses… Effort surhumain compte tenu de ma mémoire si perfectible. Pour exemple, tous les jours, j’essaie de me souvenir que cela s’écrit sans accent sur le a, et déjà, avec un accent. Mais tous les jours, j’oublie. Mémoire de poisson rouge, vous dis-je… Tous les jours, je m’agace de n’avoir pas accès à tel ou tel site payant d’information, puisque je ne peux m’abonner à tous, que mes moyens financiers sont comptés, et que je dois faire attention à mon petit budget car je suis au chômage et que je ne sais pas quand, enfin, je retrouverai un emploi. Alors, presque tous les jours, je lance un appel sur les réseaux sociaux, pour avoir accès à tel ou tel article qui me semble particulièrement intéressant, comme celui-ci,  sans trop abuser de la générosité des gens, mais parce que ma curiosité intellectuelle m’y pousse… Au début, cela marchait, mais j’ai de moins en moins de réponses. C’est comme ça…

Alors, en ce moment, oui, je l’avoue, je fatigue, j’ai une panne. Aucun sujet ne me motive plus. Pas envie de parler de l’ignoble, insupportable, et anti-humaniste Zemmour, dont on parle trop, et dont  je m’étonne que ni la justice ni la psychiatrie ne s’intéressent davantage à son cas. Pas envie de me pencher de nouveau, comme chaque année, sur le futur budget de l’état, qui tapera encore et toujours sur les mêmes, en épargnant les autres, voir en leur déroulant des tapis rouges, comme il y a peu notre si de gauche premier ministre à la City… ¨Pas envie non plus de crier ma colère face à une ministre de l’écologie qui se couche comme cela était si prévisible avec un tel gouvernement (si peu courageux) devant les lobbies de transporteurs routiers. Mais qui dans le même temps fait flipper les chômeurs et les désignent à la mode sarkozyste comme des boucs émissaires faciles. Marre. Marre de constater que des billets faciles qui m’ont pris 5 minutes entraînent des centaines de visites quand d’autres billets,  écrits avec soin, dans la durée, et avec une certaine richesse d’arguments, dans lesquels il y a du fond, comme celui d ‘hier, sont si peu lus, et provoquent si peu de commentaires, alors que je sais qu’ils sont bons.   Besoin d’encouragements. Aucun âne n’avance sans carotte. Besoin de savoir que ça sert à quelque chose, tout ça…

21 réflexions sur “le blues du blogueur de fond

  1. mêmes impressions,mêmes réflexions,mêmes charges de travail ( recherches-visites-…)
    Pour un maigre résultat
    Les gens veulent du ludique !!!
    Et en dehors de quelques alternatifs de longue date, la masse se tape des prochaines graves évolutions.
    Si la décroissance a lieu dans la prochaine décennie ,certains vont souffrir. Pour ma part,j’y suis depuis 2003. Pas facile ,tous les jours. Mais on survit , et apprécie de réaliser de belles choses très simples 🙂
    Le printemps apportera une nouvelle énergie 😉

    J'aime

  2. Je te lis tous les jours et j’apprécie tes articles que je partage d’ailleurs souvent sur ma page facebook. Oui ton blog est très utile, c’est celui d’un militant de la vraie gauche (et nous ne sommes hélas pas si nombreux que çà) donc bravo et merci ….

    J'aime

  3. Ben ouais, il arrive qu’on ne veuille plus avancer, comme un âne qui renâcle devant le mauvais état du chemin… Et il arrive même qu’on oublie de lire les copains, tant on est saturé d’infos toutes plus décourageantes les unes que les autres. Tes coups de gueule ne se perdent pas, même s’il y a des coups de pieds au cul qui eux par contre ….

    J'aime

  4. A reblogué ceci sur Anjou rouge et coquelicotset a ajouté:
    Ben ouais, il arrive qu’on ne veuille plus avancer, comme un âne qui renâcle devant le mauvais état du chemin… Et il arrive même qu’on oublie de lire les copains, tant on est saturé d’infos toutes plus décourageantes les unes que les autres. Tes coups de gueule ne se perdent pas, même s’il y a des coups de pieds au cul qui eux par contre ….

    J'aime

  5. On est touTEs en descente de sève. C’est l’automne et j’ai aussi l’impression d’être un des derniers Don Quichote qui alarme depuis maintenant près de 10 ans. Il me semble que je n’ai plus rien à dire, plus rien à écrire et pour qui….

    ChacunE a sa petite récompense et ne veut plus bouger le bateau. Vois cet entretien:
    http://lesazas.org/2014/10/09/la-violence-des-riches-video/

    Les laisserons-nous gagner sans agir???
    Gene

    J'aime

  6. « Comme s’ils ne pouvaient pas exprimer un désaccord sans violence, raillerie, mépris ou condescendance  » puis, plus loin: « Pas envie de parler de l’ignoble, insupportable, et anti-humaniste Zemmour, dont on parle trop, et dont je m’étonne que ni la justice ni la psychiatrie ne s’intéressent davantage à son cas » Pourquoi reproches-tu aux autres ce que tu fais toi même ? Et après tu t étonnes d être raillé, méprisé ou  » condescendé »

    J'aime

  7. C’est vrai que j’ai moi aussi cet étonnement devant les différences de réaction selon la nature des textes proposés.

    Mon blogue va avoir trois ans. 113 parutions seulement. Chuis loin d’être productif comme toi… ;o) Plutôt à prendre le temps d’écrire, de réfléchir, d’affûter les arguments, de chercher à comprendre pourquoi la gauche prend branlée sur branlée dans une situation sociale où elle devrait avoir le vent en poupe.

    J’ai coutume de répéter cela. La politique, c’est comme le foot. Si on perd, ce n’est pas la faute des autres, c’est qu’on est mauvais. Et notre médiocrité — je me mets dans le lot — me semble venir d’une difficulté à sortir d’un ronronnement confortable où l’on ressasse nos vieux discours, d’une difficulté à prendre en compte et faire nôtre la voix des minorisés. Tous ceux que la médiacratie dédaigne. Cette majorité de petits ou moyens salaires, chômeurs, précaires, femmes, jeunes, d’origine immigrée, ouvriers et employées, mal-logés, etc.

    J’avais l’habitude de dire que la gauche ne proposait rien pour les huit millions de gens qui ne se chauffent pas ou peu. Depuis peu on sait qu’ils sont onze millions et demi. Pas une marge ou un détail. Un cinquième de la population ! Avec l’emploi et le logement cela devrait être un thème majeur du discours de la gauche. Un thème majeur de l’action de la gauche qui cause mais n’agit pas assez.

    J'aime

  8. @atoilhonneur : à toi le déshonneur. Certaines positions sont indéfendables car contraires à nos valeurs républicaines. Point barre. C’est le cas de Zemmour qui, comme beaucoup de réacs, vivent dans le fantasme et l’obsession islamophobe, et discriminante, qui selon eux devrait servir de seule clé de perception du monde. Sans quoi, on est aussitôt classé dans le camp des bobos, de ceux qui nient la réalité (comme si je pouvais me le permettre…) ou des imbéciles. Je m’y refuse. Et j’estime, c’est mon droit, qu’on donne trop de visibilité médiatique à quelqu’un dont les idées sont répugnantes. je ne parle là que des démocrates. Pour moi, Zemmour n’en est pas un : il appartient à l’extrême droite. Est-ce ce camp là qui seul devrait faire la loi dans nos médias, alors qu’il ne représente qu’une minorité extrêmiste, sous le prétexte fallacieux du politiquement incorrect, tout ça pour faire de l’audience ? je ne le pense pas. Mais libre à toi de partager ses idées. Dans ce cas là, dis le clairement, plutôt que de tortiller du cul comme tu le fais. Je te classerai ainsi plus rapidement dans le camp des fafs, et tu seras interdit de commentaires ici. Pas de la censure : juste de la salubrité publique. Donner la parole aux ennemis du peuple sous prétexte de liberté d’expression, c’est laisser rentrer les renards dans un poulailler. je ne suis pas si con.

    J'aime

  9. Hello,
    Je te lis (souvent en décalé) depuis deux ans (via les billets qui arrivent dans ma BAL) avec plaisir, même si le fond est souvent attristant, la forme est chouette, et surtout pas défaitiste.
    Et puis la répétition étant une forme de pédagogie, à force de partager, tu co participes à construire un monde meilleur, pas qu’à le rêver 😉
    Haut les cœurs,
    François

    J'aime

  10. Je crois qu’on est tous passé par là, qu’on y repassera. Et en effet, à quelques exceptions, les billets immédiats fonctionnent mieux que ceux un peu creusés. Les titres racoleurs aussi parfois.
    Cela fait plusieurs mois maintenant que je suis un peu en mode « vacances », abordant autre chose, laissant la politique aux spécialistes les plus motivés. Mais force est de constater que ça n’intéresse pas grand monde hors des périodes de présidentielles. Et pour les prochaines, pas sur que je rempile, vu ce que je vois arriver.
    Déjà que la protection animale et ses divisions me pompent l’énergie, si en plus c’est pour me fritter avec quelques uns sur la politique, non merci.
    Mais des fois je me dis que l’on se disperse trop, que le « grand public » préfère la facilité de l’info prémâchée et réunie par google, par exemple. Que la curiosité se perd peu à peu et qu’aller chercher dans les blogs politiques n’est plus dans l’ère du temps.

    Je ne sais pas ce que deviennent les fréquentations des Juan, Jegoun, Bembelly, pour ne citer qu’eux, en ce moment, mais je vois qu’ils ont eu des passages à vide mais qu’ils sont toujours là. Alors courage, l’envie reviendra. Et j’espère surtout que ta recherche de taf, va vite déboucher.

    J'aime

  11. Merci pour tes posts camarade !
    Il est vrai que l’on ne commente pas souvent (enfin moi), mais je lis toujours avec beaucoup d’intérêt.
    Bon courage !!!

    J'aime

Les commentaires sont fermés.