impôts : beaucoup de questions, peu de réponses, une certitude : l’ injustice

progressivité impôts France

.

taux imposition Europe

vus ici

Quel sens ont nos impôts quand on assiste à de telles inégalités ? Comment peut-on accepter de les payer au prix fort si de telles logiques, aussi absurdes, sont à l’ œuvre partout en Europe ? Comment ne pas s’indigner de ce que plus on est riche, moins on paie d’impôts ? Pourquoi n’y a-t-il pas davantage de progressivité dans son calcul et son montant ? Pourquoi les gouvernements ne font-ils pas en sorte de concevoir le prélèvement fiscal comme un outil de redistribution des richesses ? Est-ce se montrer communiste que de penser cela ? Pourquoi la France, entre 1995 et 2014, a-t-elle choisit de baisser son taux d’imposition sur les revenus de près de 9 points ? Cela ne contredit-il pas très objectivement la litanie usuelle répandue dans les médias des chacals libéraux selon lesquels nous serions en France étranglés par l’impôt ? Cela ne semble manifestement pas être le cas à titre individuel… Dans ce contexte, la décision tonitruante et tape à l’œil de Valls et Cazeneuve de supprimer la première tranche de l’impôt sur le revenu a-t-elle un sens, alors que les techniciens des centres des impôts eux-mêmes ne savent pas comment cela pourrait être simplement rendu possible sans affecter les autres de manière substantielle  ? Pourquoi les médias dominants ne nous instruisent-ils pas plus sérieusement, comme Arte, de cette affaire qui nous concerne tous ? Au lieu de nous abreuver du rituel « trop d’impôts » des libéraux qui trustent les plateaux de télévision.. plutôt que du thème, moins racoleur mais nécessitant plus d’analyse il est vrai,  de l’impôt juste.

Décidément, la vision, l’analyse et l’interprétation de ces deux graphiques appellent tant de questions sans réponse qu’il faudra bien que les politiques de tous bords s’en mêlent et nous disent plus clairement ce qu’ils ont l’intention de faire, afin que nous puissions nous positionner autrement. Ou pas. Ou de manière plus consciente des enjeux. Ce sera probablement plus difficile que de parler, pour certains, d’immigration ou de PMA de manière si tranchée… Pourtant, cela ne transforme-t-il pas très concrètement notre vie quotidienne ? La manière dont un état lève des impôts ne devrait-il pas refléter son orientation politique et ses priorités ? Son sens de l’avenir ? La nature de ses réalisations ?

j’attends des réponses. Et pas de blabla : des résultats !

3 réflexions sur “impôts : beaucoup de questions, peu de réponses, une certitude : l’ injustice

Les commentaires sont fermés.