A Montauban, l’UMP expérimente la politique du FN sur les enfants #antifa

CaptureIl est fréquent de rencontrer des commentateurs qui s’étonnent sur les réseaux sociaux de ce que ceux qu’ils nomment si péjorativement les « droits-de-l’hommistes » (terme provenant des milieux conspirationnistes, d’extrême droite et autres identitaires, repris allègrement depuis par les sarkozystes et, plus grave,  jusqu’au PS !) braquent  un peu trop exclusivement leurs projecteurs sur les pratiques racistes et discriminatoires du FN. Il est vrai que les membres de ce parti les cumulent plus volontiers que d’autres. Mais depuis l’avènement du sarkozysme, c’est un fait, le phénomène a largement débordé, et beaucoup s’autorisent plus volontiers qu’avant à libérer leur parole (et leurs actes) racistes. Ainsi, le maire de Montauban, Madame Barrèges, de l’UMP, dont on peut soupeser par ailleurs assez objectivement le poids des neurones dont elle dispose à la mesure d’une déclaration qu’elle fit autrefois (c’était en mai 2011) à propos du mariage homosexuel, d’une rare bêtise et particulièrement homophobe. Depuis plusieurs années, sa ville peut en effet s’enorgueillir (ou pas…) de refuser systématiquement d’inscrire des enfants d’origine étrangère dans les écoles de la ville, et cela quand bien même les dossiers sont complets et déposés selon les délais. Tous les ans, RESF tire la sonnette d’alarme… Mais tous les ans, le phénomène se reproduit. Mais que fait la police ? Et comment ces gens là, de l’extrême droite jusqu’au premier ministre, peuvent-ils prétendre en toute objectivité et honnêteté intellectuelle que certaines populations seraient  inassimilables tout en leur refusant ce droit inaliénable, passable obligé vers une intégration réussie ?! Il serait temps de mettre fin à cette incohérence indigne d’un pays dit développé. Quant à parler de patrie des droits de l’homme, comment dire…. Non, rien. Ou si peu...