sondages : outils de fabrication du consentement

images« les sondages, c’est comme les horoscopes : personne n’y croit mais tout le monde les regarde… » !

Comme cela a été largement démontré dans le passé, les sondages ne sont pas des outils scientifiques de mesure de l’opinion particulièrement fiables, sans quoi pour seuls exemples le FN ne se serait jamais retrouvé au deuxième tour des présidentielles en 2002 et Jospin aurait été élu à la place de Chirac. Et le Grand Soir, c’est pour demain ! Mais les boites de sondage ne se sont pourtant jamais aussi bien porté  tant la demande (des politiques eux-mêmes ou des médias) est grande et l’on retrouve en une de nos journaux des sondages sur à peu près tout et n’importe quoi. Le dernier en date qui me fait le plus marrer tant il relève du bidonnage le plus puéril est celui qui donne Sarkozy (et oui, encore…) vainqueur au deuxième tour devant Marine Le Pen à 65 %. Genre « si ce n’est pas moi face à la gauche, ce sera elle qui gagnera…« . Et c’est Valeurs Actuelles, ce journal si sérieux, qui le publie, comme par hasard. Sauf que pas de bol pour la crédibilité de ce journal tant dépourvu de partis pris idéologiques et si soucieux de déontologie journalistique, l’institut de sondage auquel il a été attribué, Ipsos, nie catégoriquement l’avoir réalisé. Ce qui ne dérange pourtant pas outre mesure le rédacteur en chef de valeurs actuelles, pour qui de toute façon tous les journalistes sont d’accord sur ce pronostic qui est pour lui un secret de polichinelle. Et dire que certains gobent encore ce genre de conneries… Cela ne s’appellerait-il pas la fabrique du consentement ? Et dire que tant de médias y participent…

4 réflexions sur “sondages : outils de fabrication du consentement

  1. « ce journal tant dépourvu de partis pris idéologiques et si soucieux de déontologie journalistique »…
    Tu n’as rien compris ! C’est la raison pour laquelle on retrouve ses « grandes plumes » dans TOUS les débats et journaux télévisuels, présentés comme des experts.
    Catherine NEY, D’Orcival, les deux, d’ailleurs, sur le service dit public (la 5 ou LCP, en plus d’EUrope 1), Dassier, face à Pulvar, sur iTélé tous les soirs, je ne sais quel autre sur BFM, etc !
    PAr contre, je vois nettement moins de plumes de l’Huma, par exemple, ou de Politis ; à quelques rares occasions, des journalistes de Alternatives Economiques…
    Le comble, il y à peu, sur iTélé : un débat « contradictoire » entre Dassier (Valeurs Actuelles) et je ne sais plus quel éditorialiste du Figaro ! Ils ont réussi à ne pas être d’accord… sur un « point de détail »…
    Pour finir, un tout petit rappel : lors de la nomination du gouvernement Vals 2, Dassier toujours sur iTélé, à soutenu la politique du « remplaceur de blacos par des whitos » !

    J'aime

Les commentaires sont fermés.