le gouvernement ukrainien a peur de la vérité

index

Bien qu’il soit de bon ton en France de cracher sur le journalisme (pour ma part plutôt sur l’information immédiate et manipulée, de pure propagande, opposée à celle d’investigation), force est de constater que partout dans le monde où les libertés fondamentales sont menacées, on cherche à empêcher les journalistes de faire leur métier.

Pour ne pas donner à connaître à tout un chacun certaines vérités de terrain qui dérangent, quoi de mieux en effet que de tenter d’interdire les journalistes sur un lieu donné ? Ou de censurer leurs reportages, ainsi que toute autre activité d’information ? C’est ce que tente ainsi de faire le gouvernement ukrainien :

Reporters sans frontières dénonce fermement les restrictions à l’activité des médias prévues par un projet de loi, voté en première lecture par le parlement ukrainien le 12 août 2014. S’il est définitivement adopté, ce texte permettra au Conseil de sécurité nationale et de défense d’interdire, sans décision de justice, la diffusion de n’importe quel média.

Dans cette zone géographique où la situation est déjà particulièrement complexe (et si sujette à polémique par chez nous…), où les responsabilités sont si imbriquées, et ce qui s’y passe réellement si flou, occulte ou déformé par nos médias occidentaux, une telle décision est particulièrement regrettable, c’est le moins qu’on puisse écrire. Elle est manifestement le fait d’un gouvernement bien peu soucieux des libertés fondamentales, dont celle de s’informer.

Mais le courage, c’est de chercher la vérité et de la dire…

Une réflexion sur “le gouvernement ukrainien a peur de la vérité

  1. re bonjour, oui la Press.. c’est bien le point commun à nous tous: blogueur, journaliste, lecteur, feuilleteur.. ce machin qu’on apprécie (sinon on ferait du tricot ou de la poterie; rien de péjo) alors aussi qu’on taquine ou bouscule (le dicton dit « châtie ») bref,
    ben oui les pays, ou plutôt celui qui est à sa tête n’aime pas qu’on la lui prenne.. disons contrarier.. comprendre: pas de savoir ce que lui en pense -on en a une idée relativement précise- mais nous habitants et/ou citoyens voisins (et toute la bande)
    une info.. je dirais telle la météo: elle est ce qu’elle est
    ce n’est pas à elle (press) de juger (# billet, chronique) ni un gvt
    la Liberté.. que la route est (encore) longue

    « déformé par nos médias occidentaux.. » tu la trouves si subjective ? ou ‘tant que ça’ ? je ne sais pas.. (pas facil à ‘jauger’) c’est sûr, d’où l’on se place, je veux dire ‘on y habite pas’ et aussi l’aspect, le prisme culturel évidemment.
    Est-ce que le complexe (ou son contraire: suffisance) diffère, je pense par ex au contexte -événement, situation- nord/sud et est/ouest.. une certaine convenance..

    J'aime

Les commentaires sont fermés.