Standard & Poor’s s’intéresse aux pauvres…

Dark_Maul_(body_painting)

« Dark Maul, personnage de Stars wars (source)

.

« Il faut prendre l’argent là où il se trouve, c’est-à-dire chez les pauvres. Bon d’accord, ils n’ont pas beaucoup d’argent, mais il y a beaucoup de pauvres.  » ( Alphonse Allais)

.

Quand j’ai lu cette information, je n’en croyais pas mes yeux, c’est vraiment l’hôpital qui se fout de la charité, comme disait ma grand mère. Car enfin, voilà en un organisme qui non seulement a fauté pendant la crise des subprimes qu’il n’a pas vu venir, mais qui a également commis des erreurs de jugement hors du commun et qui a contribué à l’accélération de l’austérité dans tous les pays occidentaux, et qui voudrait nous faire croire à présent qu’il s’intéresse aux pauvres ? De qui se moque-ton ? A moins que ces généreux philanthropes ne se soient enfin avisés (contrairement à nos socialistes de bazar bien français) que plus les inégalités augmentent, moins il y a de gens pour consommer ?  Ceci expliquerait cela….En lisant l’article plus loin, mon préjugé se confirme : leur pensée est bien de droite et purement libérale :

« La fiscalité et les transferts fédéraux tels que les programmes Social Security [sécurité sociale] et Medicare [assurance santé], ont peu aidé à réduire les inégalités de revenus – et ont peut-être contribué à creuser encore un peu l’écart. »

je me disais aussi, voir un soupçon de pensée humaniste, chez ces gens là, c’eut été trop beau. Seulement de l’intérêt financier, de la dépense, de la dette, de la croissance ou pas, et puis c’est tout…. Triste monde. Aveuglé par ses démons.

4 réflexions sur “Standard & Poor’s s’intéresse aux pauvres…

  1. Au vu des commentaires sur La Tribune, il y a encore beaucoup de têtes où l’idée n’entre pas, et n’a même aucune chance de jamais entrer.

    J'aime

  2. Pas surprenant que Standard & Poor’s s’inquiète des inégalités de revenus : on craint que ça fasse exploser la marmite où cuit la tambouille capitaliste.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.