Hollande récolte ce qu’il sème : de la colère et du mépris.

imagesDe pauvres petits chouchous fauxcialistes se plaignent de ce que leur pauvre petit président en guimauve se fasse – selon eux – injustement bâcher. Il n’en fallait pas plus pour qu’un journaliste (qualifié ici de « politique »… Mouarf !) en mal d’inspiration s’empare de l’affaire et la monte en épingle sous le chapeau grotesque d’un titre qui fleure bon sa dose  de manipulation mentale :

Capture

Mais encore une fois, de quelle gauche parle-t-on ? Les résultats des urnes ont pourtant bien montré que ceux qui en étaient encore se sont enfuis, honteux et confus, jurant mais un peu tard qu’on ne les y reprendraient plus… Et nombreux se sont donc abstenus plutôt que de donner leur caution morale à une telle minorité qui se fourvoie et trahit jour après jour les valeurs et les idéaux de la gauche dont je suis : celle qui a permis tant d’avancées sociales,  là où celle qui se prétend telle aujourd’hui ne fait que renier et raboter un à un nos avantages sociaux, dont le plus emblématique est la retraite. Et ce n’est pas fini...

Et donc, l’opposition de gauche dont je suis devrait se taire pour ne pas succomber à l’accusation fatale de « hollande bashing » (comme s’y livre pour mon plus grand amusement l’un de mes lecteurs, Tebruc, pauvre victime de la propagande hollandaise…) et nous voir systématiquement amalgamer à l’opposition de droite ? Sop : une petite pause s’impose : à cet endroit précis du paysage politique français contemporain, on peut rire, voire s’esclaffer bêtement ou bien ? Les fauxcialistes n’ont guère besoin de ce pauvre argument en effet pour nous rouler dans la farine, comme ils le font si volontiers en nous mettant un peu trop souvent dans le même sac que le FN, avec la complicité d’une presse globalement acquise à leurs thèses libérales et bien peu regardante sur la véracité de cette accusation mensongère sur un plan strictement historique, idéologique, politique et scientifique.

« Mais chez ces gens là, on ne pense pas, Monsieur, on ne pense pas : on compte… »

Pourtant, nos critiques du gouvernement hollandais sont bien différentes de celles de la droite. Ce que nous reprochons à ce président si peu socialiste est pourtant bien différent des arguments droitiers puisqu’il s’agit essentiellement de s’opposer à sa politique économique qui l’a fait applaudir par la droite (un comble), à sa politique sociale qui (hormis le mariage pour tous) le rend si acceptable par cette même droite et contient si peu d’avancées en faveur de l’amélioration des conditions de vie des français au quotidien, son charisme de moule marinière, son inefficacité totale sur le terrain de la lutte contre le chômage, son entêtement sur le dossier roms à se faire plus gros que Sarkozy lui-même en se livrant à une course effrénée au démantèlement de camps ans solutions alternatives …. et l’ennui considérable que sa présidence nous inspire, et qui me ferait presque m’associer à la Une de l’Express si mon gauchisme primaire ne s’y opposait  fermement. (mais bon sang, encore trois ans.. c’est long !).

6 commentaires

  1. Vu que, d’une européenne à l’autre le FDG a fait à peu près le même score, je déplorerais sa stagnation, le fait que les électeurs qui se sont détournés du PS ne se soient pas tournés vers lui (ou, soyons larges, Nouvelle Donne, le NPA…), mais j’éviterais comme Dedalus de dire que les électeurs ne se sont pas détournés du PS, après une telle saignée de son électorat. Si le PS reste le premier parti de la gauche, c’est surtout par inertie (il continue à courir sur son erre, bientôt l’arrêt total, si rien n’est fait), et si on le dit encore de gauche, c’est surtout par habitude, aveuglement, fainéantise (une autre forme d’inertie, en quelque sorte).

    J'aime

  2. Ça te serait tellement confortable, hein camarade, que je sois « hollandais orthodoxe » ? Tu n’imagines pas à quel point tu es dans l’erreur. Quant au « troll », ça aussi est bien pratique. Décrédibiliser a priori son contradicteur, la méthode est si facile… et explique à elle seule pourquoi il n’y a pas que Mélenchon qui est répulsif pour les électeurs, au sein de cette gauche-là « dont tu es ».

    J'aime

  3. tiens vla le troll hollandais orthodoxe…. Tu m’as manqué ma biche, tu sais ça ? Mais sache que je ne nous oublie pas. j’aurais en effet pu compléter le billet par une tournure précisant que la propagande médiatique qui bat son plein en faveur d’un libéralisme outrancier et qui favorise le fauxcialisme a détourné les électeurs de gauche non seulement du ps, mais ce qui est malheureux du front de gauche également…. en outre, je me suis démarqué depuis quelque temps de Mélenchon, que je trouve répulsif pour beaucoup malgré ses compétences certaines et sa culture, sans pour autant en faire le diable de confort que certains ont substitué à Le Pen.

    J'aime

  4. « La gauche dont je suis », voilà une très bonne tournure. Il n’y a jamais que la gauche dont on est, celle dont on n’est moins et celle dont on n’est pas, pour chacun d’entre nous, à gauche…

    Pour le reste, tu évoques en début de billet le résultat des urnes et ce qu’il a montré. C’était un bon début… et puis tu as semblé oublié que les électeurs ne se sont pas détournés que du PS, qui même en piteux état, demeure et de loin le premier parti de la gauche. Ce qui devrait interroger toute la gauche. Mais voilà, justement, elle ne s’interroge pas, la « gauche dont tu es », et les électeurs se détournent, encore et encore…

    J'aime

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.