Ces terroristes de l’identité sexuelle qui regardent sous les jupes…

 

 

220px-Kilt&Sporran

Il faudrait vraiment que le restant de la colère de dieu des réacs de la manif pour tous, les cathos intégristes, les machos de toutes sortes et les intégristes de l’identité sexuelle arrêtent de regarder sous les jupes… (des filles, des garçons ou des transexuels !). Et que certains médiacrates cessent de leur prêter une loupe complaisante… et malveillante (N’est-ce pas Mr Thréard ? )

L’initiative me semblait pourtant louable. Quoi de mieux en effet pour faire apprécier par des garçons les attitudes machistes de certains que de leur proposer (il n’y a pas d’obligation dans l’expérience) de porter une jupe pour voir ce que ça fait ?

L’objet du scandale : la seconde édition d’une manifestation, « ce que soulève la jupe », organisée dans les lycées de l’Académie de Nantes. Cette opération, de l’initiative du conseil académique de la vie lycéenne (CAVL), qui regroupe des lycéens, des représentants de parents d’élèves et des enseignants, a été lancée pour la première fois en 2013, avec le soutien de l’académie.

Elle consiste à proposer aux lycéens qui le souhaitent de venir en jupe (pour les garçons) ou de porter un autocollant « je suis contre le sexisme, et vous ? ». L’opération consiste surtout à organiser des rencontres et des débats autour du sexisme et de l’égalité hommes-femmes dans chaque lycée.

Le thème est donc clairement la question du sexisme et de l’égalité entre les sexes, non celle du genre ou de la sexualité. Mais pour les groupes mobilisés contre le fantasme d’une « théorie du genre » enseignée dans les écoles, l’initiative semble du pain béni. D’autant que certains journaux semblent tout disposés à aller dans leur sens.

De qui parle Samuel Laurent, auteur de l’article dans les décodeurs du journal Le Monde (dont je viens d’apprendre avec une certaine satisfaction que sa directrice avait été remerciée…) ? Du site web du Figaro, qui « a placé ce matin cette information en une de leur page d’accueil, allant même jusqu’à diffuser une alerte sur les téléphones de ses lecteurs, une opération généralement réservée aux nouvelles urgentes et importantes. Comme le relate LeLab d’Europe 1, Yves Thréard, animateur du Talk Orange Le Figaro, avait lui aussi demandé avec insistance à son invité du jour, l’UMP Christian Jacob, de réagir à cette information. »

Il faudrait vraiment que ces gens là arrêtent avec leur pseudo vigilance obsessionnelle, car ça commence vraiment par friser la pathologie psychiatrique…