#LeMonde : Natalie Nougayrède peut-elle avoir raison toute seule ?

LogoLeMondeQuand j’ai appris la nouvelle après une journée bien remplie en rentrant chez moi assez tard (en sortant du boulot, je suis allé au cinoche voir « les yeux jaunes des crocodiles« , que je vous recommande chaudement), cela m’a fait un choc. Je me suis dit à part moi (et oui, des fois, je me parle tout seul…) : « voilà des gens qui ont du courage… Total respect ».   je venais en effet de découvrir dans mon flux d’actualité que la quasi totalité de la rédaction du Monde venait de démissionner. Voilà qui m’a fait un choc, car quoi qu’on en pense, ce journal était encore malgré de récentes dérives et autres couacs, à mon sens, encore un journal de référence.

je suis conscient du fait  que ce soit un lieu commun que de l’écrire mais, blogueur politique, je ne peux vous mentir…  je l’utilisais ainsi parfois : le consulter pour avoir une idée sur un sujet sur lequel je voulais écrire un billet, de ce qui était communément admis, me permettait de me situer, un peu comme un mètre étalon de l’information française…

Et donc, j’ai voulu en savoir plus sur une telle réaction , particulièrement étonnante :

«Depuis plusieurs mois, nous avons envoyé de nombreux messages d’alerte pour signaler des dysfonctionnements majeurs, ainsi qu’une absence de confiance et de communication avec la direction de la rédaction nous empêchant de remplir nos rôles à la rédaction en chef, écrivent les sept démissionnaires, dont Cécile Prieur, François Bougon, et Nabil Wakim, dans un mail adressé à Natalie Nougayrède et à Louis Dreyfus, président du directoire. Nous avons tenté d’y apporter des solutions, sans succès. Nous faisons aujourd’hui le constat que nous ne sommes plus en mesure d’assurer les tâches qui nous ont été confiées, et c’est pourquoi nous démissionnons de nos postes respectifs.»

Quelles que soient les divergences de fond quand à la gestion de ce journal, je pense qu‘il s’agit là de la part de la direction du Monde d’une profonde erreur de management. je ne crois pas en effet qu’on puisse avoir raison tout seul. Et ce genre d’initiatives me semble relever d’un véritable manque de concertation évident qui devrait appeler les actionnaires majoritaires du Monde – n’y allons pas par 4 chemins –  à changer de responsable(s). Sans quoi, je sens qu’ils vont courir au désastre.

Notre pays ne peut pas en effet courir le risque de voir disparaître un tel journal, quelles que soient par ailleurs nos opinions, et nos clivages partisans. je constate d’ailleurs avec satisfaction que Jean-Luc Mélenchon ne s’y est pas trompé, qui renonce à ses délires paranoïaques dans un communiqué. Face à un tel événement, il faut en effet savoir jusqu’où ne pas aller trop loin.

8 réflexions sur “#LeMonde : Natalie Nougayrède peut-elle avoir raison toute seule ?

  1. @opiam : je veux parler de cet appel à observer les actions des journalistes et à les dénoncer. Cela m’a choqué, cet appel à la délation des salariés. Autant ton travail me semble utile, autant le fait de dénoncer systématiquement des salariés plongés dans un réseau de contraintes hiérarchiques que l’on ne connait pas me semble relever d’une étrange maladie psychique… Dénoncer systématiquement ceux qui ne sont pas d’accord avec soi est un principe qui me déplait, quel qu’en soit l’auteur. Mon indignation n’est pas à géométrie variable, comprends tu ?

    J'aime

  2. Mélenchon parle de surveiller et filmer les surveillants et les filmeurs. Où est le problème ? Quand le pauvre petit étudiant a sorti son buzz de 2 minutes transformé en buzz de 10 secondes, on a trouvé plus tard la version de 6 minutes grâce à quelqu’un qui avait filmé la scène d’un autre point de vue. Grâce à cette vigilance, on peut se défendre contre les diffamation. Quand des journalistes filment une conversation de Mélenchon sans son accord, dans son dos, en traître, où quand ils avouent aller au remue-méninges de 2011 pour « filmer les moches », heureusement que des citoyens sont là pour les observer, les filmer, les surveiller. Cette toute-puissance des journalistes est insupportable. Tu parles de délation mais ça n’a rien à voir. Maladie psychique ? sérieusement ? ce que les journalistes font à Mélenchon est insupportable : le malade, ce n’est pas lui ! tu ne mesures pas la gravité de leurs actes…

    J'aime

  3. @opiam : ce que je mesure, c’est à quel point il va trop loin et délire grave…. et pourtant je ne nie aucunement ton point de vue,et tes analyses, tout aussi justes. Mais il faut savoir raison garder.

    J'aime

  4. c’est ton avis camarade. pour ma part, je vois le délire de l’autre côté. Mélenchon se défend, il ne délire pas. La violence à son encontre est démesurée, délirante. Mélenchon demande simplement à être traité dignement. à ne pas être injurié, harcelé, etc. dire que quelqu’un délire parce qu’il refuse qu’on lui colle un micro sous le nez 40 fois par jour en lui posant toujours les mêmes ineptes questions sans se présenter, qu’on vienne le provoquer pour « buzzer » et « clasher »… c’est bizarre. comment réagirais-tu ?

    J'aime

  5. A tous les coups le bouquin est bien plus recommandable que le film. Pour le reste, le papier n’est plus ce qu’il était, si tant est qu’il le fût vraiment.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.