Arrêtons là le discours zemmouresque : nous sommes tous des français de couche

diversiteFrance

rouge-bas

On pourrait ne pas s’en soucier s’il s’agissait uniquement d’un dérapage, d’une saillie incontrôlée venant d’un sombre inconnu du grand public, à une heure où personne n’est devant son poste. Car alors, seuls des extrémistes de la chose discriminatoire comme moi (sachez qu‘il y a pire) le relèveraient, s’indigneraient et le jetteraient dans l’opprobre du sac à vomi. Mais là, c’est différent, car ça relève véritablement du racisme au sens strict du terme, comme l’analyse très bien ce commentateur de l’article de Bembelly à qui j’ai piqué l’expression du titre et de qui je voulais prendre la suite aujourd’hui, en prolongeant ses traces :

Parfaite démonstration que quand Zemmour parle de « français de souche », en fait il pense « français blancs ».
Le terme Assimilation est d’ailleurs le terme employé par la France colonialiste, convaincue de la supériorité de la race blanche sur les autres, y compris pendant la guerre d’Algérie, pour promettre de meilleures conditions aux colonisés, s’ils s’assimilaient.
Nous sommes bien dans une séquence de propagande raciste.

Alors que la majorité a (théoriquement…) changé dans notre pays, et que nous ne sommes plus sous l’égide du sarkozysme qui a, sinon légitimé, du moins encouragé fortement ce genre de propos racistes, rien ne saurait plus justifier ni entretenir le fait que ses thuriféraires peuplent les plateaux de télévision. Qu’attendent donc les responsables de chaînes de télé ou de journaux pour en prendre conscience et les virer, sous peine de paraître complices de cet épandage de fumier ?

Nous sommes en effet nombreux à ressentir de l’exaspération, quand ce n’est pas de la colère, face à cette propagande indigne qui gagne du terrain à la faveur de noms connus qui donnent raison au pire, par delà ce clown médiatique, avec des Renaud Camus, des Finkielkraut, des Genest et tutti quanti… Ce genre de discours lamentables qui suit une tendance insidieuse un peu trop forte à notre gout à s’installer durablement dans nos médias salit l’image de la France à l’étranger, et nous salit nous mêmes. Nous valons en effet mieux dans notre ensemble que dans ces parties minoritaires extravagantes et inutiles, et même plus sûrement nuisibles à notre identité française, faite plus sûrement d’humanisme et de respect des droits de l’homme… et de la femme, que de notions de race, de couleur, de religion ou d’origine sociale qui n’ont rien à faire dans notre culture commune.

Expulsons les. Et redonnons ensemble un visage plus digne et plus beau à la France. je vous invite donc à populariser cette expression « français de couche », qui me semble contenir une certaine réalité et vraisemblance avec notre vécu personnel, en reprenant tout ou partie des billets des blogueurs qui voudront bien s’y associer, et en diffusant le plus largement possible cette idée, pourquoi pas par des portraits bien sentis…

je commence le premier :

je suis le fils d’une pied noir d’origine gitane espagnole et d’un vosgien. Aussi,  j’emmerde moi aussi Zemmour et tous ceux qui partagent ces idées ignobles.

 

 

 

6 réflexions sur “Arrêtons là le discours zemmouresque : nous sommes tous des français de couche

  1. Je suis Français depuis le rattachement du duché de mes ancêtres à la couronne de France. Ça date un peu… J’ai tout bon pour être un Français de couche ? Heu un léger détail. Mon fils possède la double nationalité vu que sa mère (double nationalité aussi) a passé quelques frontières pour devenir Française de couche. Comme Salomon le Zemmour va couper mon fils en deux pour une donner une moitié à chacun de ses parents et à chacune de ses patries ?

    Zzzemmour, ça sonne pas français-français et j’en ai causé un jour à un spécialiste : http://partageux.blogspot.fr/2012/06/un-nationaliste.html

    J’aime

  2. Français de souche depuis, aussi loin que remontent les archives (plus de 4 siècles), sachez , monsieur Zemmour, que vous m’emmerdez !
    mon fils ayant une maman chinoise, cela fait il de lui un « demi de souche » ? ou un « pas de souche du tout » ?
    de plus il serait intéressant de savoir a partir de combien de génération on devient « de souche ».
    et que ce passe t il lorsqu’on arrive a la date charnière d’acquisition du statut « de souche » ?
    est ce que c’est comme pour les yaourts ?
    il se passe un truc dans la nuit, c’est çà ?

    J’aime

  3. « Je suis le fruit d’un brassage séculaire entre des millions de molécules, de gênes et de spermatozoïdes. » (Albert Jacquard)

    J’aime

Les commentaires sont fermés.