confusionnisme « socialiste »

229212Comme l’écrivait sur twitter, la recomposition de la droite gauche est en marche, et c’est Bruno le Roux qui s’y colle, en mettant ses pieds dans les (petits) pas de ses maîtres à dépenser. Il faut dire que ce genre de socialistes si particuliers ne peut guère compter sur le soutien du peuple de gauche. Alors, pour convaincre de l’excellence du programme d’austérité de Valls, il s’adresse aux lecteurs du Figaro., quoi de plus normal… Tout est dit ? Non, car le président du groupe socialiste à l’Assemblée nationale s’illustre de surcroît en menaçant les députés qui ne voteraient pas le plan d’économies. Ajouter à l’iniquité de ce plan l’autoritarisme, quelle plus grande preuve vous faut-il à présent de la dérive droitière de ce gouvernement ? Vous voulez que j’en rajoute ? Pas de problème, suffit de demander ! je me contenterai pour l’instant d’indiquer à ceux qui ne le sauraient pas encore que des députés UDI et UMP – sans parler de ceux du PRG qui vont toujours dans le sens du vent – sont prêts à voter le plan Valls, et la boucle est bouclée. Ce gouvernement improprement qualifié de gauche par des journalistes peu scrupuleux alors qu’il est si manifestement soutenu par la droite est en train de retourner sa veste du bon côté : celui des intérêts dominants, des puissances financières et de l’individualisme roi. Et l’on voudrait me faire croire que je serais dans l’erreur ? Ben tiens, t’as qu’à croire…

Et puis, après tout, Bruno Le Roux a raison : militant ou sympathisant socialiste, choisis ton camp !

«Bien entendu», Bruno Le Roux prendra «des mesures» contre ces élus, s’ils n’appliquent pas une discipline de vote, a-t-il expliqué. «Je chercherai à les convaincre, mais il n’y a pas de vote sans conséquence», a poursuivi le président du groupe SRC à l’Assemblée.