je suis un #antifa qui emmerde les antifas

index

Une chose est sûre ce soir, malgré les accusations sans fondements de certains absolutistes antifas, qui m’accusent du pire pour un lien, et le rebloguage de l’un de mes articles sans mon consentement par quelqu’un que je ne connais pas…. Marine Le Pen est une délinquante, et a été condamnée. Et ce n’est pas grâce à eux.

J’emmerde royalement ceux qui se prétendent d’un moralisme pur, tout comme ceux qui se revendiquent d’une race ou d’une culture pure. Allez tous vous faire…. Et puis non : vous y prendriez trop de plaisir,  et ce ne serait ni juste ni par conséquent moral.

je suis un esprit libre et entends le rester, à l’écart de toutes les chapelles un peu trop exclusives. N’en déplaise aux fanatiques de toutes sortes. Y compris dans mon camp.

Et vive la liberté.

17 réflexions sur “je suis un #antifa qui emmerde les antifas

  1. Ah ouais… Ils te mettent carrément dans le même sac que l’autre tordu ! Tu as dû leur faire quelque chose m’est avis.
    En même temps, je sais que c’est vexant, mais si ils sont aussi bas des yeux et du cerveau, tu n’as rien à faire chez eux…

    J’aime

  2. C’est un problème de se faire foutre/enculer et d’y prendre plaisir ?
    Chez nous on appelle ça de l’homophobie.

    Sinon, ce n’est pas très honnête d’occulter certaines parties des échanges privés.
    Je vais les remettre là. http://pastebin.com/AcSZU25H

    Pourquoi ne veux tu pas comprendre que ce n’est pas cohérent de prétendre faire de l’antifascisme lorsque sa propre formation couvre des individus vecteurs actifs de la diffusion de ce que tu veux combattre ?
    Tu veux être cohérent ? Et bien quitte cette marque de parti. (oui, c’est une marque qui fait du marketing, exactement comme si elle vendait de la soupe ou des machines à laver).
    Ce n’est pas une question  » de foutre tout le monde dans le même sac » mais quand tu prends une étiquette, tu ne peux pas dire que tu n’es pas solidaire du reste des adhérents, ce n’est pas honnête ou nous n’avons pas la même vision de l’engagement militant.

    Et que tu le veuilles ou non, le FDG a enterré l’internationalisme au profit du patriotisme, et même si ça ne te plaît pas, en t’affichant FDG, tu avalises cet état de fait.

    De même, sur ce point, je rejoins complètement le Morbacks, tu linkes des ahuris qui défendent Chouard bec et ongles, donc tu en assures leur promo et la diffusion POINT.
    Et surtout des clowns comme Superno, un manager qui traverse la frontière tout les jours pour aller au bosser Luxembourg mais qui prétend nous asséner des leçons de gauchisme, je me roule par-terre et ça dépasse le cadre de l’antifascisme.

    J’aime

  3. @nico ; pour ce qui concerne le premier point, je n’ai rien d’homophobe : on peut très bien se faire foutre par une femme et si j’y prenais mon pied ce serait moi que ça regarde, ma vie sexuelle ne regarde personne. Je dis simplement qu’il est immoral de prendre du plaisir en commettant une injustice. Là encore, votre excès d’interprétation vous fait voir le mal partout. Pour le point suivant, je suis d’un mouvement, Ensemble, dont l’internationalisme lui est consubstantiel. Suffit d’aller voir ses statuts. En outre, en parlant de marque du front de gauche comme d’une marque de bière, tu insultes des millions de personnes. C’est ma culture, je la revendique et je l’assume, malgré le fait, que je ne conteste pas (et je suis le premier à le dénoncer) qu’il y ait des gens limite chez nous. En outre, je suis non violent. Si j’étais parmi vous, devrais je donc renier tous ceux qui utilisent la violence ? Il me semble que dans ce cas, je serais bien seul… Tu vois que les choses sont un peu plus complexes que votre vision binaire tout noir ou tout blanc. Pour terminer, Superno est au chômage et vous vous promettez de le juger sans savoir qui il est ? Chez moi, l’humain d’abord n’est pas qu’un slogan. Si vous voulez que tout le monde soit respecté, commencez par regarder la paille dans votre oeil… Votre haine vous aveugle. telle est ma cohérence. Vosu en pensez ce que vous voulez, moi, je m’en fous. Je ne supporte pas les gens qui passent leur temps à jeter l’anathème sur tout le monde pour un oui ou un non. Je ne supporte pas Chouard, Superno le sait. Je me suis fait des ennemis en disant ce que je pense des conspis, et vous me faites à moi un procès en sorcellerie ? Et si vous vous intéressiez à de vraies causes plus nobles ?

    J’aime

  4. Que de temps perdu en blablas ! Pendant ce temps-là le capitalisme (apatride, pas internationaliste) nous encule tous les jours (je mets le mot exprès). Il faudrait voir à ne pas se tromper de combat. Le FNUMPS est notre ennemi, dans son intégralité, et le PCF l’a plus ou moins rejoint. Voilà les faits. Bien entendu, c’est à Nico que je m’adresse.

    Même Chouart, au début, a eu de très bonnes idées : il est fort dommage qu’il soit devenu ami avec Soral ensuite. Ce qui compte, ce sont les idées, sans elles on ne peut rien faire.

    Alors oui, reprenons la lutte, contre les gens du Fric. De toute façon, souvent nous ferons coup double, car la plupart du temps, ce sont aussi eux les fascistes.

    J’aime

  5. L’autre jour en discutant sur Twitter, je tombe sur un gars qui écrit sur l’air de la plaisanterie qu’on lui a menti quand il était petit en lui faisant croire que le PS est un parti de gauche et que Fievel est l’histoire d’une petite souris. Par boutade, je réponds : « Ah bon, Fievel n’est pas l’histoire d’une petite souris? », sous-entendu que l’affirmation conjointe, PS ≠ gauche, va de soit. Et là, le gus me répond que Fievel est l’éternelle histoire des Juifs russes, avec un lien. Je trouve le raccourci douteux, je clique… Putain, les gars, ça fait combien de temps que vous n’avez pas vu du faf dans le blanc de l’œil? Parce que, là, j’ai changé de couleur. On se croyait dans les années 30, avec le même champ sémantique de sinistre mémoire, c’est retour dans le passé moisi et sans Marty McFly. Évidemment, ce nid à vomi était lié à la vitrine de Soral dont j’aimerais vraiment qu’on m’explique comment ce type peut faire illusion deux secondes chez d’authentiques gauchos. J’ai saigné des rétines deux minutes, juste le temps de voir qu’effectivement, mon pote Chouard était bien linké dans ce tas de merde.

    Bref, j’ai bloqué le twittos fissa, parce que contrairement à d’autres gauchos enragés, je supporte assez peu ce genre de diatribe, même par esprit scientifique.

    Mais bon, j’ai repensé ensuite aux quelques phrases que j’ai eu malheureusement le temps de lire (mémoire photographique de merde!)… putain, c’est quoi ces antifas qui ne tapent que sur les gens de gauche, façon Politburo dans le meilleur des cas ou ennemis intérieurs si on pousse un peu? Là où je me suis retrouvée, il y avait du boulot, il y avait de la pensée égoutière, qui ne faisait pas semblant. J’ai mal au bide rien que de penser que ce genre de vomi intellectuel n’appartient pas seulement aux heures sombres de notre histoire.
    Pendant mes études, j’ai eu la chance de pouvoir bosser au Centre d’Études juives de Paris IV, pour un mémoire sur l’antisémitisme, de me taper les archives du Centre, avec tout un secteur sur les génocides du 20e siècle (y compris ceux dont les Français sont auteurs et dont on ne se vante pas dans nos manuels d’histoire…). J’ai lu des sources qui m’ont fait dresser les cheveux sur la tête… exactement comme lorsque j’ai suivi ce lien comme un foutu lapin blanc.

    Les fascistes sont effectivement parmi nous, bien en forme, bien virulents et ils ne prennent même plus la peine d’avancer masqués.
    Leur stratégie, aujourd’hui, c’est le confusionnisme : ils piquent dans le champ sémantique des gauchistes de combat des notions de débat qu’ils tordent et déforment pour se les approprier dans un premier temps, ce qui leur donne un joli verni populaire de nature à séduire les classes laborieuses écrasées par le capitalisme sans entrave et pour nous les confisquer dans un second temps, c’est-à-dire de nous rendre incapables d’argumenter sur la pensée gauchiste qu’ils se sont appropriée. In fine, cela sème la confusion dans l’esprit des gens et leur permet de jouer au jeu dangereux des « extrêmes qui se rejoignent » ce qui les rend fréquentables tout en nous décrédibilisant.

    Faut lire le dernier bouquin de François Ruffin « Pauvres actionnaires » qui décortique très bien la stratégie confusionniste des fachos actuels et qui montrent bien que sous les discours « proches du peuple », il y a surtout des bourgeois (racistes avec ça!) qui défendent avant tout leurs intérêts de classe et qui, contrairement au PS, n’ont pas perdu de vue que plus de 50% de la population est composée d’ouvriers et d’employés sur la gueule desquels le capitalisme mondialisé s’essuie abondamment les pompes, et que donc, pour gagner, faut aussi leur putain de vote! Bizarrement, Ruffin est aussi entré dans le collimateur des « antifa » en peau de lapin, exactement comme Lordon, ce qui me laisse de plus en plus dubitative quant à leur nature réelle de combattants du fascisme et sur leurs objectifs concrets… c’est à dire, en dehors de cultiver comme des fous le confusionnisme le plus total.

    J’aime

  6. Tu doutes que nous soyons collectivement à la hauteur ?

    C’est parce que nous doutons, que nous nous posons des questions, que nous remettons tout en questions, tout le temps, que nous sommes ce que nous sommes.

    je partage tes doutes.

    J’aime

  7. @Arthurin : justement, moi aussi. c’est ce qui me différencie de ceux qui n’en ont aucun… et qui prétendent détenir la vérité, seule, unique et universelle, comme certains chez les antifas…. Rassure-toi, je ne mets pas tout le monde dans le même sac.

    J’aime

  8. Je suis aussi anti-fa mais en plus d’être anti-raciste et j’emmerde tout autant une partie des anti-fas moralistes qui se planquent derrière un pseudo, se rassurent de quelques manifs qu’ils peuvent faire et n’ont pas tant pas reculer le fn sur les réseaux sociaux.

    J’aime

  9. Action anti-fasciste Paris-Banlieue censure tout commentaire critique et de bonne foi sur sa page Facebook. D’un les Redwarriors dans les années 80 ont fait le nécessaire pour marginaliser les néo-nazis car aujourd’hui certains ne sont pas formés dans les sports de combat d’où le drame de l’affaire Méric, deux ils n’ont pas le monopole de la lutte contre l’extrême droite et encore plus quand ils revendiquent de ne pas voter et que certaines de leurs actions pour le moins activistes ont peu de crédibilité. Se mettre en cagoule dans les manifs et sous pseudo sur internet ça brouille les pistes en effet. C’est là que j’ai bien plus de respect pour un bénévole d’SOS Racisme, de la LDH, de la Licra ou du Mrap qui lutte concrètement contre le racisme au quotidien.

    J’aime

  10. Le racisme au quotidien..
    Habitué du Web depuis es tous débuts, je constate depuis ces débuts, mais surtout depuis des périodes de plus en plus récentes que le racisme assumé est le fait de personnages politiques (j’insiste là-dessus) qui utilisent des réflexes « çuilà n’est pas de not’famille, donc poubelle » pour avancer leurs pions. Ils ont inventé un « antisémitisme  » de pacotille pour cacher leurs forfaits expansionnistes et tyranniques. Je plains les pauvres juifs qui subissent en contrecoup l’évident rejet de cette propaganda digne d’Edward Bernays et d’un maccarthysme en pleine forme.

    La plupart des mouvements luttant contre les discriminations ont été violemment noyautés par des activistes valant pis que pendre. Vraiment, oui, vraiment dommage. Cela met en porte-à-faux tout le courant réellement humanitaire, peut-être même sciemment. Sûrement, sciemment, afin d’isoler davantage encore les personnes en détresse. Cela permet de développer des publicités du genre « l’étranger venu du sud te ruine ». C’est bien entendu atrocement mensonger.

    L’ENNEMI, le seul, ce sont les propriétaires cachés des banques qui contrôlent pratiquement la totalité des activités de la planète. Ceux-là, au sens exact du terme, il faut les faire sauter.

    J’aime

Les commentaires sont fermés.