#EELV : quand je vois flou, c’est qu’il y a un loup

loup

je m’interroge franchement sur la stratégie d’EELV. Enfin, je veux dire sur celle des cadres de ce parti, comme par exemple ceux qui sont au gouvernement, et qui mangent jour après jour des chapeaux et des couleuvres… au point d’en devenir de plus en plus agressifs et arrogants, et de faire les délices des guignols de l’info. Les exemples sont nombreux, et ceux qui se demandent pourquoi ils ne quittent pas le gouvernement font davantage l’unanimité que l’exception, à ce que je sache.

Entendons nous bien, comme pour les communistes, je ne mets pas tout le monde dans le même sac. Les listes qui sur le terrain se rassemblent dans un joyeux arc en ciel entre gauchistes et écologistes me conviennent tout à fait, et donnent même une bouffée d’espoir très positive, comme à Grenoble où l’on attend avec impatience les résultats, malgré la position à contresens cette fois du PS localement.

Dernière incohérence, et non des moindres tant elle m’apparait (à moi seul ?) énorme, celle-ci :

Capture

Non, mais franchement, ils ont pété les plombs ou bien ? Ont-ils obtenu une contre-partie que l’on ignorerait en sous main ? Quelle est la raison de cet étrange soutien, en regard du dossier de l’aéroport de Notre Dame des Landes ? redouteraient-ils qu’en cas de changement de premier ministre, leurs ententes secrète sautent ?

Difficile en tous cas de ne pas faire un recoupement avec l’attitude d’EELV à Nantes, et l’accord trouvé localement avec le PS… Auraient-ils reçu un quelconque accord ? Dans ce cas, naïfs seraient-ils ? N’ont-ils pas encore intégré que les promesses, en politique,  n’engagent que ceux qui y croient ? Il n’y a qu’à penser seulement à Fessenheim, qui risque fort de devenir le même monstre du Loch Ness pour les socialistes que la promesse du vote des étrangers aux élections locales…

S’il y a des écolos qui me lisent, merci de répondre à mes questions, elles sont nombreuses… et je vois flou.

7 réflexions sur “#EELV : quand je vois flou, c’est qu’il y a un loup

  1. Nantes est très paradoxale. D’un côté il y a le dossier Notre Dame des Landes, de l’autre, la ville mène réellement une politique écologiste à l’échelon local. Je ne les approuve pas, mais ce peut être une explication.

    J'aime

  2. @mic mousse : arrête d’être aussi excluant, il y a des écologistes sincères et intègres, tous ne sont pas carriéristes, mais militants et à gauche, comme nous.

    J'aime

  3. Bah oui il y a des écologistes , comme il y a des socialistes , mais ce que voient les électeurs , ce sont surtout des salopards qui font une politique de droite
    Un électeur qui continue à voter vers de gouvernement ou Parti Sournois ne peut plus se trouver d’excuses , cela fait 2 ans qu’il a des exemples et que nous en subissons les conséquences , alors il n’est pas comme nous , il doit etre combattu pour éradiquer tout ce qui tendance libérale

    J'aime

  4. EELV n’a eu de cesse de tenter d’éclipser les autres organisations qui sont parties prenantes de la lutte, tout en participant aux collectivités locales acquises au projet. Entrisme ou opportunisme toujours est il que la stratégie qu’ils suivent est difficilement compréhensible et que l’explication qui en est donnée, à savoir « changer le système de l’intérieur » passablement vaseuse. Partageant la même exécration déclarée à l’encontre des anarcho-zautonomes-black-bloc-zadistes que les autre guignols partisans du projet, ils tiennent cependant à absolument passer aux yeux de leur base comme incontournables, voir essentiels à l’opposition contre l’aéroport, tout en évitant soigneusement les situations dangereuses et ne prenant que des risques soigneusement calculés mais tout en capitalisant les luttes menées par d’autres. Si l’aéroport se fait ils pourront toujours arguer s’y être opposés, si il ne se fait pas, ben ils affirmeront que c’est grâce à eux. Une vraie tactique gagnant/gagnant en somme. 🙂

    J'aime

Les commentaires sont fermés.