le FN, ce merveilleux diable de confort, chouchou des médias

ourson-jaime-marineComme je l’annonçais déjà hier, la leçon la plus centrale, celle qui devrait le plus faire sens dans notre analyse collective des résultats de ces élections municipales 2014 devrait être la place dominante de l’abstention. Elle interroge profondément notre équilibre démocratique, et ressemble fort à un rejet populaire massif. 39 %, ce n’est pas rien…

Pourtant, il est totalement hallucinant de voir à quel point notre système médiatique choisit délibérément de faire d’ un parti qui ne représentait qu’ 1, 6 % des candidats et qui en ressort avec 4,6 % des votes réels, est monté en épingle de manière totalement disproportionnée. Il suffit de relever ici et là les titres dédiés aux résultats pour avoir une vision assez édifiante du fonctionnement pour le moins étrange de nos médias nationaux, qu’aucune once de déontologie ne semble animer, pas plus que le sens des priorités, tant ils semblent mus, unanimement, par le seul souci de faire du buzz, et de faire peur  :

Le Front national progresse, une gifle pour la gauche (20mn.fr)

un « Front national puissant », une « défaite de la politique » (Nouvel Obs)

un « Front national puissant », une « défaite de la politique » (Libération)

Municipales : raclée pour le PS et retour du Front national (Rue89)

Face au FN, la gauche se regroupe (Le figaro)

Municipales 2014: l’UMP s’impose et le FN explose (BFNTV)

Qu’on me lise bien : je ne nie pas que la place du FN dans le débat et sur le terrain ne soit un danger, et je ne tente sûrement pas de le minimiser. Toutefois, il conviendrait peut-être de le resituer à sa juste proportion. Je constate d’ailleurs que sa plus grande visibilité et « réussite » (relative : sans l’abstention, il ne serait plus grand chose..) s’explique aussi par la difficulté et le manque de réactivité du PS à régler plus clairement certaines affaires politico-judiciaires qui touchent certains de ses élus, comme par exemple à Hénin-Beaumont avec l’affaire Dallongeville et à Marseille, avec Guérini. Si le PS avait été plus efficace, avait mieux fait son boulot, nous n’en serions pas là.  Mais le rôle des médias nationaux et leur propension de plus en plus douteuse et visible à sur-valoriser outrancièrement le FN n’est certainement pas à négliger. Et je m’étonne qu’on ne le contre pas davantage… A qui profite le crime ?

4 réflexions sur “le FN, ce merveilleux diable de confort, chouchou des médias

  1. C’est comme par chez nous, on ne tient pas compte des abstentionnistes. Et comme on dit aussi par chez nous: « Tu ne votes pas, alors tu fermes ta gueule »
    Principe 1 de la démocratie!
    Gene

    J’aime

Les commentaires sont fermés.