Extrême droite : Goasguen ment

512ZDYDS32L._SY445_

Des incidents ont éclaté cet après midi à l’Assemblée Nationale suite aux déclarations de Manuel Valls qui s’en est pris à Claude Goasguen, le confrontant à son passé et  lui rappelant d’où il venait : le groupe Occident, qui a ensuite donné naissance au FN.

Le dernier n’a pas apprécié, au point que le groupe UMP, par solidarité, a décidé de quitter l’hémicycle.  j’apprends ce soir qu’ils boycotteront la séance des questions au gouvernement mercredi. Tant mieux, ça nous fera des vacances. Mais ce à quoi je veux en venir, c’est que Gérard Longuet, interrogé par iTélé ce soir (comme par hasard… puisqu’il dirigeait ce mouvement aux côté d’un certain…. Goasguen), a déclaré que son collègue de l’UMP n’avait jamais fait partie d’Occident. Puis BFMTV, ce soir, en bonne télé bien de droite qu’elle est, s’est empressée de dérouler le tapis rouge (ou bleu c’est comme voulvoul) en n’ayant rien de mieux à faire que d’interviewer ledit Goasguen, lequel s’est empressé de s’appuyer sur la déclaration du précédent, Longuet, pour réfuter également son appartenance à Occident et à Ordre Nouveau. Sauf que. Le passé est tenace, et laisse des traces…

Goasguen a en effet admis du bout des lèvres selon Le Monde qu’il avait soutenu un candidat de l’époque, Jean-Louis Tixier-Vignancourt qui n’était pas précisément d ‘une droite très modérée, comme on peut le constater ici, dans les archives de l’Assemblée Nationale,  ce qui suffirait à donner raison a Valls.  En allant jeter un coup d’oeil à la fiche wiki sur ce mouvement, on trouve également ceci :

2Elle a du être réécrite dans la hâte par un obscur antifa après coup, pour sûr.

En outre, dans un livre intitulé Génération Occident, Frédéric Charpier, interrogé par France Info, qui a eu accès aux fichiers des renseignements généraux de l’époque, le présente comme « l’un des hommes qui comptent à Occident ».

Enfin, les archives de la bibliothèque nationale de France mentent également, comme le prouvent ces extraits :

3…..

5

Pour résumer, l’affaire et simple :  Goasguen n’a jamais été d’extrême droite et tout le monde ment.  Sauf ces deux là, dont on connait l’intégrité et la probité légendaires

Mais pourquoi stigmatiser ce pauvre petit avec des erreurs de jeunesse ? Il suffirait pourtant de relater ici ses propos plus récents pour le qualifier tout aussi bien d’extrême droite tout pareillement :

«Cette Shoah terrible qu’on n’ose plus enseigner dans les lycées tant on a peur de la réaction des jeunes musulmans qui ont été drogués dans les mosquées» (source)

 Une déclaration de toute évidence islamophobe pour laquelle il est d’ailleurs cité à comparaître. Il pourra toujours soutenir au juge qu’il n’est pas d’extrême droite ni raciste. Son passé parle pour lui…

Post-scriptum : merci Bruno pour le lien en commentaire ci-dessous. Grâce à toi, la liste des menteurs s’allonge : il faut en effet y ajouter Lci, qui n’a pourtant rien d’une certaine de gauche, et Les Inrocks… ça commence à faire beaucoup !

7 réflexions sur “Extrême droite : Goasguen ment

  1. Occident, fondé en 1964, était un mouvement politique français d’extrême droite. Dissous le 31 octobre 1968, il fut remplacé par Ordre nouveau.

    Le 31 octobre 1968, devant les risques d’engrenage, Raymond Marcellin, ministre de l’Intérieur, faisait adopter par le Conseil des ministres la dissolution d’Occident, par application de la loi du 10 janvier 1936 sur les groupes de combat et milices privées, avec effet le lendemain 1er novembre 1968.

    Plusieurs de ses membres, souvent les plus américanophiles, rejoignirent par la suite les mouvements libéraux ou conservateurs de droite, à l’instar d’Alain Madelin, de Patrick Devedjian, de Claude Goasguen.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Occident_%28mouvement_politique%29

    A propos de Claude Goasguen :

    D’après le journaliste Frédéric Charpier, qui a consacré en 2005 un livre au mouvement Occident (Génération Occident, éditions du Seuil), le député-maire UMP du XVIe arrondissement de Paris a bel et bien fréquenté les réunions de ce groupuscule. Il est même présenté comme « l’un des hommes qui comptent à Occident », rapporte Le Monde.

    Dans son livre paru en 2009 (Les Extrêmes droites en France : de la traversée du désert à l’ascension du Front national, 1945-2008, éditions Syllepse) le professeur Jean-Paul Gauthier présente également Claude Goasguen comme membre de l’équipe parisienne qui compose la direction d’Occident.

    Contacté par FranceTVInfo, le journaliste Frédéric Charpier explique « qu’il n’y a pas de certitudes absolues sur son statut précis dans Occident » mais « qu’il existe différents documents périphériques, dont des courriers, qui attestent du rôle de Claude Goasguen au sein du mouvement d’extrême droite ».

    D’après lui, le député-maire UMP du XVIe arrondissement de Paris a notamment « joué un rôle important dans les années 1966-1967 dans l’infiltration des milieux étudiants par Occident, en particulier à Sciences Po ».

    Et ce n’est d’ailleurs pas le seul mouvement d’extrême-droite auquel il aurait appartenu. Comme l’ancien ministre Gérard Longuet, Claude Goasguen aurait ensuite rejoint à la fin des années 60 Ordre Nouveau, l’ancêtre du Front national. C’est en tout cas ce qu’affirment les journalistes Nicolas Lebourg et Joseph Beauregard dans la biographie qu’ils ont consacrée à l’écrivain et militant nationaliste François Duprat (François Duprat, l’homme qui réinventa l’extrême-droite, de l’OAS au Front National, éditions Denoël).

    Comme le rapportent Les Inrocks, les auteurs indiquent que Claude Goasguen a fait partie du groupe de direction d’Ordre Nouveau.

    http://lci.tf1.fr/politique/goasguen-a-t-il-appartenu-a-des-mouvements-d-extreme-droite-8372835.html

    J'aime

Les commentaires sont fermés.