« A la Bastille, on l’aimait bien, Edouard Martin… » (ou pas)

.Gaetner-Gilles-L-art-De-Retourner-Sa-Veste-La-Trahison-En-Politique-Livre-896260918_ML

Capture 1

Oui, je sais, en ces temps troublés, en perte de repères sûrs, le commun des mortels a besoin de héros, et celui-ci en valait bien un autre…. Héros des temps modernes, qui se dressait à la fois contre l’état faible et une multinationale toute puissante… Certains s’étaient peut-être identifiés (un peu trop ?) à ce beau gosse à la parole facile qui ne vacillait pas devant les puissants. L’amertume n’en est que plus grande à présent, pour sûr…

Mais non, franchement, je ne comprends pas toute cette hostilité d’un côté (du nôtre, au Front de Gauche essentiellement, où les mots sont franchement parfois orduriers) et cette satisfaction de l’autre (au PS, où l’on croit avoir fait une prise utile, ce que seul l’avenir décidera…) envers cet ancien syndicaliste habilement reconverti en politique. Comme dit l’autre, faut bien bouffer, il a peut-être une femme au RSA et des enfants à nourrir après tout !  Et puis, oui, vous avez raison les twittos,  en voilà au moins un qui à Florange a retrouvé du boulot ! Et cela dans un parti où les perspectives de carrière sont bien plus nombreuses qu’au Front de Gauche.  Un parti où l’on ne risque pas l’opprobre et le crachat dévolus à nous autres, les soi-disant marginaux qui ne représenteraient personne.  Je suis d’ailleurs ravi d’entendre l’argument massue, destiné à faire taire définitivement les médiocres dont je suis,  qu’on ne peut pas à la fois défendre les intérêts des couches populaires et ne pas être satisfait qu’un ouvrier se présente en politique, ce qui constitue une forme de reconnaissance certaine… L’argument est spécieux : depuis quand le PS représente-t-il  les ouvriers ? Ce n’est pas ce que prétendait un célèbre rappport de Think Tank…. . L’aurait-on oublié et les médias qui ensensent ou fustigent ont-ils la mémoire courte ? Faut croire…

PS2. Pour ceux qui parmi vous travaillent encore, et ont à faire aux syndicats, êtes vous vraiment étonnés qu’un syndicaliste de la CFDT se faufile au PS, vraiment ? Comme on dit par chez nous, si un gouvernement rétablissait l’esclavage, la CFDT négocierait encore le poids des chaînes… Ce n’est franchement pas un syndicat de combat, je parle d’expérience.

Voir aussi : Candidature PS: quand Édouard Martin disait « non » par LeHuffPost

Capture

Capture

2 réflexions sur “« A la Bastille, on l’aimait bien, Edouard Martin… » (ou pas)

  1. oui, beaucoup ont oublié cette étiquette « CFDT », qui m’a tout de suite fait tiquer lorsqu’il avait le verbe haut dans les médias. Non pas qu’il n’y ait pas des gens bien à la CFDT comme ailleurs, mais je me méfie par nature des « grandes gueules », qui parlent beaucoup mais font peu pour les autres….cf CGT et SUD Aulnay (mais ça c’est une autre histoire).
    Nous verrons s’il est à rangé dans les vendus ou dans les autres qui tentent de changer les choses de l’intérieur. Mais comme je ne voterai ni dans ce coin là, ni PS…. 😉

    J'aime

  2. Nous faisons tous nos choix ! Nous les assumons ensuite même si nous ne voulons pas, toujours, le reconnaitre.
    ( je parle de moi. Et oui,il m’arrive d’être de mauvaise foi. Normal pour un athée diront certains)

    Rentrer dans l’arène politique n’est pas anodin. Nous le savons tous.
    Alors, ne cherchez pas de héros. Ce qualificatif échoit presque toujours aux morts.
    L’histoire nous montre que les « héros » étaient souvent des boucs émissaires de leur vivant.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.