Quand le #FN pourrit de l’intérieur

PanarisLe masque de la normalisation, pas plus que celui de la dédiabolisation, ne résiste bien longtemps à la pression de la réalité du Front National au quotidien. Il ne s’agira même pas cette fois d’analyse, de tracer une quelconque ligne de démarcation idéologique, mais de simple constat purement factuel. On ne comptait déjà plus en effet  les casseroles des candidats et élus de ce parti qui se vante pourtant, envers et contre tout, d’être plus propre que les autres pour mieux les vilipender et dénoncer le système « UMPS ». Voilà que l’on va à présent de mensonges en mensonges, tous plus gros les uns que les autres, après rappelons le de trop visibles conflits d’intérêts relevant du plus pur népotisme… comme c’est souvent le cas dans le clan Le Pen.  La dernière anecdote qui circule en ce moment sur le web à propos du (prétendu) recrutement de cadres du FN à Brest par leur chasseur de têtes émérite qu’est Mr Paul-Marie Coûteaux (transfuge de tant de partis qu’on ne se rappelle même plus d’où il vient), vaut son pesant de cacahuètes…  Quant à l’argument fallacieux de la défense des petits et des sans voix, lisez donc ceci, et vous en reviendrez, tant la collusion de ce parti avec les milieux d’affaires est évident. Leurs militants seront-ils donc encore longtemps dupes de la blancheur de l’armure de leur guerrière aux cheveux blonds ?  Comment peuvent-ils à ce point gober ses foutaises, en dépit de toute réalité, et notamment de l’opulence outrancière de sa famille qui tranche singulièrement avec le dénuement de tant de ceux qui le soutiennent ?

 

3 réflexions sur “Quand le #FN pourrit de l’intérieur

Les commentaires sont fermés.