Ne pas confondre big bang fiscal et gang bang bancaire

Ianimation-magicienpickpocketl est assez amusant, si le sourire n’était quelque peu jaune, de voir ce si médiocre premier ministre se réveiller soudain en bonnet de nuit devant la multiplication des frondes catégorielles qui se multiplient sous ses fenêtres par un grand soir n’appelant pas de lendemains, sinon désabusés… Tous ces manants qui gesticulent chaque jour plus nombreux,  au point que leurs voix commencent à couvrir dangereusement le blabla des déclarations sirupeuses de ces grands oligarques,  devaient en effet impérativement se voir calmés par un communiqué de taille et de poids. Monsieur le Prince Sérénissime, dans sa grande bonté, leur a donc promis en guise d’aumône une énième réforme,  tant attendue mais jamais vue malgré les promesses élyséennes : la « Remise à plat de la fiscalité ». Il faut dire que la liste des  protestations populaires commence sérieusement à s’allonger : des transporteurs routiers s’énervant à grand renfort de saccages de portiques écotaxe (devant lesquels il s’est déjà couché…),  aux enseignants et autres victimes collatérales de la réforme des rythmes scolaires qu’une certaine droite tente opportunément d’instrumentaliser à l’approche du congrès des maires de France, aux ambulanciers, aux sages-femmes, aux personnels des centres équestres,  et même aux footballeurs en passant par les agriculteurs de France et de Navarre d’ïle de France, voilà qui commençait à devenir un peu trop oppressant pour des gens pas franchement réputés pour leur résistance aux protestations, même quand elles ne sont pas populaires… On se souvient encore des nombreuses reculades inaugurées en grandes pompes par l’épisode significatif, pour seul exemple,  du mouvement des pigeons !

 Et pendant ce temps là, alors que le bon peuple de France regarde attentivement ce que fait l’illusionniste en costume de premier ministre de la main gauche, la main droite, toujours bien endimanchée, nous prépare un bon coup de Trafalgar, payable en monnaies sonnantes et trébuichantes sur les deniers du contribuable déja fort dépourvu quand la bise fût venue…   C’est à la vigilance du  yéti  que nous devons  les secrets de cette incroyable supercherie. Incroyable surtout venant d’un gouvernement dit de gauche (par les médias tout du moins)  dont son grand hiérarque en chef a prétendu un temps lutter contre la finance. Mais en est-il encore parmi vous qui le croient vraiment ? Qu’ils se dénoncent ! Coupez leur la tête !

.

5 réflexions sur “Ne pas confondre big bang fiscal et gang bang bancaire

  1. Les banques françaises, la haute fonction publique, la politique : ce sont exactement les mêmes personnes.

    C’est la nouvelle aristocratie.

    Quelques membres de la nouvelle aristocratie :
    François Villeroy de Galhau, BNP Paribas (ENA 1984)
    Xavier Musca, Crédit Agricole (ENA 1985)
    Gilles Briatta, Société Générale (ENA 1987)
    Marguerite Bérard-Andrieu, BPCE (ENA 2004)
    Nicolas Namias, BPCE, Matignon (ENA 2004, comme la précédente !)
    Emmanuel Macron, Rothschild, Elysée (ENA 2004, comme les deux précédents !)
    François Pérol, BPCE (ENA 1990)
    Ariane Obolensky, Fédération bancaire française (ENA 1972)
    Frédéric Oudéa, Société Générale (ENA 1987)
    Baudouin Prot, BNP Paribas (ENA 1976)

    http://www.latribune.fr/entreprises-finance/banques-finance/20131120trib000796798/un-banquier-au-tresor-nouvel-exemple-d-une-pratique-repandue.html

    J’aime

Les commentaires sont fermés.