Et si nous rappelions notre commune humanité ? #Taubira #FN

 

no-fn-134x90D’abord rappeler ce qui a eu lieu. Vendredi 25 octobre, à Angers, Christiane Taubira, ministre de la République, a été accueillie par des enfants de La Manif pour tous aux cris de : « C’est pour qui la banane ? C’est pour la guenon ! » Ensuite constater ce qui n’a pas eu lieu : la réprobation. Car, si cet épisode a brièvement électrisé les réseaux sociaux, il a été peu rapporté, et trop rarement commenté. Enfin, poser la question : comment une telle scène peut-elle avoir eu lieu ?

 Ce qui l’a rendue possible, c’est la répétition quotidienne d’une autre scène, plus banale mais non moins pernicieuse, à laquelle peu à peu nous nous sommes habitués. Quelqu’un, quelque part, prononce une parole raciste, misogyne ou homophobe ; or, témoin de tels propos, chacun préfère la boucler ; l’ouvrir, ce serait s’exposer au grand ricanement de l’époque : « Marre du politiquement correct ! » ; protester, ce serait risquer le pilori. (Jean Birnbaum, ici)

 Sans titre

 

 Elle a raison. Et lui aussi. Raison de dire que les réactions d’indignation nationale n’ont pas été à la hauteur. Raison de faire savoir qu’à travers la Ministre de la Justice, ce n’est pas seulement Christiane Taubira qui a été visée, mais l’ensemble de ceux et de celles qui à travers la France, quel que soit leur âge et leur condition, n’ont pour seul tort que d’avoir la peau un peu moins blanche. Il est d’ailleurs assez étrange d’avoir à le rappeler en 2013. Mais Chirac et ses odeurs, Sarkozy et son Hortefeux terriblement auvergnat, et aussi, et surtout la manif pour tous et son ramassis de rancoeurs aigres et de vieilles pensées réacs, contre-humanistes, sont passés par là, pour laminer toutes nos belles valeurs, dans ce que la France a de meilleur : sa devise républicaine dont on attend encore et toujours qu’elle soit transformée en actes.  Liberté, soit. Tout le monde la revendique actuellement, et notamment celle de faire et de dire n’importe quoi, et surtout le pire, sans tenir compte à aucun moment de l’intérêt collectif. Mais l’égalité ? Mais la fraternité ?

 J’ai vu peu de blogueurs, après ces événements,  à droite comme à gauche, se joindre à ce cri de saine colère. Cela ferait pourtant notre honneur. A tous, et toutes. Faites passer : le FN est bel et bien un parti qui véhicule le racisme, la xénophobie, la haine de l’autre. Et cela est incompatible avec l’idée même que nous nous faisons de nos valeurs républicaines. Qu’on soit de droite, de gauche ou du centre, ce n’est pas le sujet. Ce combat là doit impérativement transcender nos clivages traditionnels. C’est de notre commune humanité dont il s’agit. Point barre.

 

7 réflexions sur “Et si nous rappelions notre commune humanité ? #Taubira #FN

  1. Toujours pas entendu de réaction de la part de Mrg 23, soutien de la « manif pour (contre) tous » à propos de ces attaques racistes contre Christiane Taubira (et d’autres) !!!
    « Tout ce que tu feras au plus petit d’entre les miens, c’est à moi que tu les fais » Jésus de Nazareht
    Il ne se souviens plus de son catéchisme ?

    J'aime

  2. Encore.
    Toujours pas entendu Mrg 23 à propos du curé, en soutane, hurlant (toujours dans la manif pour « tous » : « ‘y’a bon Banania, y’a pas bon Taubira » !
    Il ne peut pas dire que ce n’est pas vrai : tout a été filmé et passé sur LCP !
    Les évêques de France sont-ils tous décédés pour qu’aucun ne réagisse ?

    J'aime

  3. « […] une parole raciste, misogyne ou homophobe »

    Albert Memmi, qui a longuement réfléchi sur le sujet, a utilisé naguère le mot « hétérophobie » pour faire le tour de toutes les détestations de ce qui est différent de soi-même.

    Le mot a l’intérêt de regrouper tous les rejets sans s’attacher à l’un plutôt qu’à un autre. Parce que le mécanisme reste toujours le même face à une couleur de peau ou une religion comme face aux jeunes (sauvageons), ou aux vieux (parasites à qui on paie une retraite), ou aux handicapés (c’est pas à moi de payer pour ces profiteurs) ou… etc.

    J'aime

  4. Mais pourquoi Taubira ne porte -elle pas plainte contre les parents des enfants à la banane?
    elle laisse la porte ouverte à d’autres attaques racistes et à la banalisation du racisme.

    J'aime

  5. De toutes les puissances coloniales, la France est, de façon directe ou indirecte, celle qui a maintenu le plus étroitement sous sa domination son empire d’outre-mer; c’est également celle qui a accepté le moins de noirs dans lexercice du pouvoir. Les faits sont liés et tiennent à un aspect inavouable de la mentalité française qui est le racisme. » Ainsi commence « Du racisme français » d’Odile Tobner publié en 2007.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.