Twitter, fosse à purin pour les tarés ? ou ascenseur pour les fachos ?

schéma fosse septique

Twitter deviendrait-il le réceptacle idéal de nos flatulences collectives les plus insoutenables, de nos borborygmes sociaux les plus troublants, de nos instincts  les plus bas, de  nos pensées les plus viles, et de nos rejets les plus primaires ? Son pouvoir viral semble en effet constituer un facteur de contamination exponentiel pour des individus somme toute isolés, très minoritaires mais qui par leurs provocations grossières et amorales,  parfois d’une rare sauvagerie, trouvent dans le réseau social (vraiment ? C’est à douter…) un écho qu’ils n’auraient pas dans leur misérable quotidien, privés qu’ils seraient de cette chambre d’échos facile… Et cela d’autant plus que cette lie de la société se trouve désinhibée par la relative impunité qui leur parait garantie pour l’instant, inconsciemment,  et symboliquement  par le bouclier pourtant illusoire de leur écran d’ordinateur. Ils se montrent d’autant plus grossiers, violents, provocateurs et arborent d’autant plus volontiers leurs idées d’essence littéralement fasciste qu’ils n’ont pas affaire aux gens IRL… A moins que ce ne soit là un terrain de préparation pour leur potentiel passage à l’acte, comme on l’a déjà vu dans certains faits divers ? Mon opinion n’est pas faite sur ce point.

En tous cas, malheureusement pour eux, et heureusement pour nous, qui sommes potentiellement victimes de toutes leurs discriminations, que l’on soit gay, lesbienne, trans, juif, noir, musulman, étranger, femme ou féministe, rom, gitan, prolo, bénéficiaire du RSA  (ou gauchiste !), ça commence à changer. Les homophobes du jour feraient bien d ‘y réfléchir à deux fois avant de se regrouper sous la bannière de leurs hashtags du jour genre et autres … Leur liberté d’expression s ‘arrête en effet là où commence celle des autres de ne pas être agressés en raison d’un état qu’ils n’ont pas vraiment choisi… Et qui n’est pas, faut-il le rappeler avec insistance et surlignage à ces obscurantistes, nécessairement une maladie.

J’entendais aujourd’hui Guy Birenbaum sur Public Sénat s’exprimer sur le sujet. Il y disait en substance qu’il était assez effrayé par la pourriture qu’il voyait sur son écran (obligé qu’il était pour des raisons professionnelles), d’une réelle violence, et qui méritait vraiment le terme non usurpé de fascisme, mais que nous en étions  tous responsables en lui donnant un écho que ces gens là ne méritent  pas. Et donc, pour éviter cela, arrêter d’exposer leurs saloperies  en pleine lumière ? Cela mérite réflexion… Et action. En attendant, comme je l’exprimais tout à l’heure sur Twitter :

Capture

5 réflexions sur “Twitter, fosse à purin pour les tarés ? ou ascenseur pour les fachos ?

  1. C’est le principe même de twitter qui est puant. Faire en sorte qu’une pensée se résume en un nombre limité de signes (pas des mots, des signes ! ), c’est la négation même de la pensée. A ce sujet, il devient urgent de relire 1984 d’Orwell. Il avait décrit exactement ce que nous sommes en train de vivre.

    J'aime

  2. Merci d’avoir pensé aux « bénéficiaire du RSA ». Y’a pas que des mères célibataires ou des personnes issues d’autres majorités/minorités opprimé-e-s au rsa mais aussi des survivants bien dans la merde(mais bon, on a un toit sur la tête et une connexion internet alors pour beaucoup on est pas dans la merde ah quelles raclures que celles et ceux qui disent ou même sous-entendent ca !!) et qui doivent presque chaque jour trouver au minimum, une bonne raison de pas se tirer une balle dans la tête. Quitte a se mentir à sois-même. D’autres eux/elles y voient un privilège ou même pire : un chantage au suicide mais on vit décidément donc dans un monde formidable hein !

    En tout cas merci d’avoir pensé à « nous » !!!

    J'aime

  3. Twitter est le reflet de la société, sauf qu’en société, la plupart des gens évitent de montrer leur vrai visage pour ne pas se faire trop d’ennemis … Twitter permet à tous de s’exprimer librement sans que cela n’ait une grande incidence sociale dans leur vie car il offre un certain anonymat, on peux s’y faire quelques ennemis inconnus mais par contre, beaucoup d’amis inconnus. Je n’ai rien contre Twitter, tout comme Facebook, c’est un réseau social qui a ses utilités et personne n’est forcé de s’en servir.

    J'aime

  4. P.S. À chaque fois que j’aime un article d’un blog ou un site, je le partage sur ma page Twitter et l’information apparaît automatiquement dans mon journal personnel et la page Facebook de mon blog car j’ai lié mes comptes Twitter, Facebook et WordPress, ce sont là des fonctionnalités très pratiques. Il y a également un bouton « J’aime » pour Facebook et une fenêtre Twitter dans mon blog WordPress : http://alainpoitras.wordpress.com/ … Vive Internet !

    J'aime

Les commentaires sont fermés.