ALERTE ROUGE : pourquoi la France retourne-t-elle sa veste ? #taxetobin #europe #moscovici

logo_attacC’était l’un des objectifs de ce Hollande là qui prétendait lutter contre la finance.Et The symbole de tous ceux qui s’intéressent à ce noble sujet d’une meilleure répartition des richesses, et tentent chacun à leur niveau de rétablir un minimum d’équilibre quant aux inégalités économiques et sociales… de plus en plus criantes, et choquantes. Comme un certain nombre des promesses solfériniennes, elle aura vécu ce que vivent les roses…

C’est Melclalex qui nous a alertés, et envoyé le lien qui explique la chose >

 » Le même qui déclarait, fin mai, devant les députés, à propos de cette même taxe:  » Nous voulons aller vite, nous voulons aller fort. C’est un objectif politique majeur (qui) est soutenu par toute la majorité « .

Mais le ton a aujourd’hui bien changé. Apparemment sensible aux arguments déployés par le patronat et le lobby bancaire au cours des dernières semaines, le ministre de l’Economie français juge désormais « excessif » le projet dévoilé récemment par Bruxelles et affirme qu’il doit être modifié.

Cette fameuse taxe « européenne » sur les transactions financières est estimée à 35 milliards d’Euros par an, par la Commission européenne alors que les banquiers français eux, l’imaginent à hauteur de 70 milliards, chiffre évidemment grossi par les banquiers pour faire peur.

Quand on parle de taxe, il ne faut pas tout de suite penser que c’est un impôt révolutionnaire insurmontable puisque la Commission européenne, prévoit de taxer à 0,1 % les échanges sur les actions et les obligations et à 0,01 % sur les produits dérivés dans les onze pays européens participants: la France, l’Allemagne, la Belgique, le Portugal, la Slovénie, l’Autriche, la Grèce, l’Italie, l’Espagne, la Slovaquie et l’Estonie.

Ces 2 pourcentages parlent d’eux-même, il est évident que ce ne sont pas les 0,1% sur les actions qui empêcheront les ventes et achats d’actions et la spéculation qui va avec, dire le contraire est mensonge.

Il faut savoir que sans un accord entre les onze États, cette taxe ne sera pas applicable à partir de janvier 2014, conformément à l’échéance fixée par la Commission européenne.

Mais voilà un retournement de veste qui n’a rien de très étonnant quand on connait l’individu et qui l’entoure… Comme Valls, rien de gauche, et tout dans la compromission avec les intérêts financiers qu’il côtoie d’un peu trop près. Il fut en effet, en plus d’avoir été l’un des plus fervents supporters du maintenant honni DSK (déjà bien orienté politiquement dans un sens qui n’est pas le nôtre), vice-président du cercle de l’industrie, club libéral
trans-partis… qui sert des intérêts qui ne sont pas tout à fait ceux du peuple et des ouvriers.

Mais là, le revirement, l’étrange mouvement de bascule qui confine à l’affront, voire à la traîtrise, franchement, de ce ministre de l’économie là, qui a entraîné l’indignation sincère sur twitter du camarade Melclalex, qui comme moi en la matière de la défense des intérêts populaires a été profondément choqué, ce qui a entraîné mon envie irrépressible d’y répondre par ce billet que je souhaite commun, est tout à fait inadmissible.

Il convenait donc, par delà les clivages partisans, d’y répondre clairement. C’est chose faite. Et je le dis haut et fort, au nom de tous ceux et celles qui ne le peuvent pas : ce mec est définitivement un vendu de la pire espèce : celle qui aurait le pouvoir de changer les choses mais a choisi son camp… Celui de ceux qui nous spolient sans le moindre soupçon de conscience et de morale.

Honte à lui.

J’apprends aujourd’hui par Melclalex grâce à ce nouveau lien que l’aile gauche du PS a demandé à Hollande de recadrer Moscovici, mais je doute que cela ait la moindre efficacité compte tenu de la visibilité et de l’audibilité dont elle bénéficie chez les solfériniens, qui n’y répondent en général que parle mépris ou l’indifférence…

Dans Le Monde d’aujourd’hui, à la rubrique économie, un (bon) article de Dominique Plihon (Porte-parole d’Attac France) et Peter Wahl (Président de l’ONG allemande WEED) est intitulé :  Alerte : la France sabote la taxation des transactions financières ! C’est on ne peut plus justifié. mais vu le sort que l’on réserve aux lanceurs d’alerte en France, on peut craindre le pire pour l’avenir de cette taxe pourtant emblématique de la volonté de redistribution des richesses.

Ps. Merci encore à Melclalex pour ses compléments utiles…

.