#circo3LotetGa : Cahuzac, une (grosse) tache sur la nappe républicaine

imagesPurée… 17 candidats, ni plus ni moins ! Comme disait ma grand-mère, faut croire que la place est bonne… Bien des lorgnettes politiques et journaleuses seront en effet braquées aujourd’hui sur la 3 ème circonscription du Lot-et-Garonne, où l’on votera ce dimanche pour remplacer la brebis (socialiste) galeuse.  Les plumitifs fainéants utiliseront plus volontiers que moi le cliché éculé de la nécessité de  « tourner la page de l’ère Cahuzac »  à l’occasion de cette législative partielle. Moi, je dis que ce grand aigle noir est toujours bien présent, que la page sera bien lourde à tourner, et que personne n’en a encore tiré la conclusion politique. Et surtout pas le PS. Car enfin, voilà un gars qui n’avait rien à faire à gauche, qui est entré au PS par erreur, sans faire exprès, en mettant le pied dans la porte, et qui cumulait toutes les tares de la droite la plus caricaturale, évasion fiscale et amitiés inavouables avec l’extrême droite à l’appui. Et pourtant, l’aréopage hollandais l’a protégé jusqu’au bout, malgré ses frasques et son train de vie au luxe ostentatoire,  si choquants pour un homme politique de gauche, et pourtant connus de beaucoup au PS… Qui n’ont rien fait. Rien dit. Complices, en somme et dans le détail… La direction du PS, sur ce cas là comme sur celui de Guérini, qui n’ont rien d’ « actes isolés » pour reprendre la thèse officielle,  a refusé de voir la réalité, et de mettre en conformité ses actes avec ses belles paroles. Et de cela, c’est toute la gauche qui risque bien d’en crever. Si l’on avait fait le nécessaire en haut lieu, et qu’ Hollande avait tenu ses promesses, ne serait-ce qu’à propos d’une loi ambitieuse et efficace contre les conflits d’intérêts et,  dossier politique fort lié, contre le cumul des mandats, qu’illustre fort le cas Cahuzac, tout cela ne serait pas arrivé…

Cerise aigre  sur ce gâteau foireux, il n’est pas exclu que l’extrême droite fasse son profit de cette mascarade démocratique qu’est devenue cette élection locale . Elle me semble en effet si caricaturale qu’elle n’en illustre que trop bien toutes les tares d’un système politique pourrissant : celui d’une 5ème république agonisante. Il est grand temps de l’achever

Vite, la 6ème !

Post-scriptum : par son inaction et son comportement pas franchement irréprochable,  la Hollandie enverra-t-elle un nouveau député FN à l’assemblée ? Vous le saurez en lisant le prochain épisode ici, en temps réel (compléments d’infos à suivre…)

– à 15heures, la participation à Villeneuve sur Lot ville était de 33.5 %…

– à 19 H55 des résultats partiels donnent le ps battu dès le premier tour et un second tour UMP/FN. Alors, Charybde ? Ou scyllah…

– 20 H00 : 1 min

Résultats définitifs pour la ville de > 27,64% – 25,04% – 23,47%

-20H10 : Sur 142 bureaux de vote sur 167 (75% des inscrits), l’UMP à 27,73%, le FN à 26,17%, le PS à 24,43% selon la préfecture

– résultats définitifs > l’ à 29%, le à 26,04% et le à 23,69% (éliminé) ( source)

Annexe : Liste des candidats à cette élection

Capture

source : Lot-et-Garonne.gouv.fr

.

7 réflexions sur “#circo3LotetGa : Cahuzac, une (grosse) tache sur la nappe républicaine

  1. çà sent le vomi, il y a Urgence à changer de Régime, cette Véme République est obsolète, trop Monarchiste, trop Représentée par une Oligarchie Politico-Financière…
    Mais de moins en moins Démocratique, non représentative des citoyens lambda, un déni de dialogue réel, bref une République bananière ….
    Une 6éme République me semble nécessaire, afin que tous citoyens reprennent le Pouvoir, une vraie Démocratie souhaitable, une Constituante Sur ? ( pas de tirage au sort) on ne joue pas !( la roulette russe non merci ! ) un Mode de Vie raisonnable et Convivial et humain : L’écosocialisme, je Rève ?? Impossible ?? et puis quoi encore …
    amicalement

    J’aime

  2. Nicolas Miguet (l’impôt c’est totalitaire), Rachid Nekkaz (l’entreprise remplacerait avantageusement les élections) et ton copain François Asselineau (Cahuzac a refilé la vérole à Christine Lagarde qui l’a repassée à DSK lequel a contaminé 372 candidates UMPS à la députation). Putain, ça vaut le coup de lire la liste des vieux canassons qui ont pris la ligne de départ… Trois tocards d’envergure nationale rien que pour ce pauvre Villeneuve sur Lot ! Z’ont quand même vraiment pas de bol après avoir déjà subi l’invasion de la grande sauterelle (le cas Huzac) qui a ravagé la circonscription.

    J’aime

  3. Il me semble que l’expression en pourcentages est trompeuse et ne rend pas compte de la dynamique. Si on compare avec le premier tour de la législative 2012, on peut en conclure que l’abstention (qui a bondi de 35,84% à 54,12%) a surtout desservi le PS (qui perd près de 15000 voix), et que le FN (qui gagne moins de 1000 voix) a bénéficié d’une radicalisation d’une partie des précédents votes UMP (qui perd plus de 3500 voix). L’UMP devrait être largement en tête au second tour.

    – le PS descend de 22572 à 7782 voix
    – l’UMP descend de 13006 à 9431 voix
    – le FN monte de 7566 à 8552 voix
    – le FdG a perdu 499 voix en passant de 2169 à 1670 voix (même proportion si on additionne les scores des divers mouvements de la gauche radicale)

    J’aime

  4. Rappel de la campagne électorale pour l’élection présidentielle de 1995 :

    – Nicolas Sarkozy était le porte-parole de campagne d’Edouard Balladur.

    – Nicolas Bazire était le directeur de campagne d’Edouard Balladur. Nicolas Bazire est le témoin de Nicolas Sarkozy lors de son mariage avec Carla Bruni.

    – Le clan balladurien était constitué d’Edouard Balladur, Nicolas Sarkozy, Nicolas Bazire, François Léotard, Renaud Donnedieu de Vabres, etc.

    Mercredi 26 juin 2013 :

    Karachi : M. Takieddine reconnaît avoir financé la campagne de M. Balladur.

    Ainsi donc, après des années de dénégations et de déclarations incohérentes, Ziad Takieddine a craqué. L’homme d’affaires au cœur du volet financier de l’affaire de Karachi a livré, jeudi 20 juin, les aveux que les juges Renaud Van Ruymbeke et Roger Le Loire n’espéraient plus.

    L’intermédiaire d’origine libanaise a enfin admis ce que les investigations judiciaires – et journalistiques – avaient rendu évident, à savoir qu’il avait bien œuvré au financement occulte de la campagne présidentielle d’Edouard Balladur en 1995, via des rétrocommissions issues des juteux contrats d’armement avec l’Arabie saoudite et le Pakistan, dans lesquels le gouvernement du même Balladur lui avait concédé le rôle d’intermédiaire.

    Placé en détention provisoire depuis le 31 mai pour avoir tenté de se procurer un « vrai-faux » passeport dominicain, sans doute destiné à lui permettre de s’enfuir, M. Takieddine, lâché par ses anciens amis balladuriens et sarkozystes, ne supporte pas son incarcération, ce qui explique sans doute son changement d’attitude.

    Alors, dans le cabinet de M. Van Ruymbeke, M. Takieddine a raconté dans quelles circonstances il avait rencontré, fin 1993, Thierry Gaubert, ex-collaborateur de Nicolas Sarkozy à la mairie de Neuilly, puis au ministère du budget (entre 1994 et 1995), qui lui avait été présenté par Nicolas Bazire, à la fois directeur du cabinet du premier ministre Edouard Balladur et directeur de sa campagne présidentielle.

    Selon M. Takieddine, M. Bazire l’aurait appelé en décembre 1993 pour l’informer qu’il allait être contacté par M. Gaubert, qu’il avait mandaté.

    Il s’agissait de préparer la visite de M. Balladur en Arabie saoudite, avec l’espoir de décrocher un contrat de vente de frégates, dit Sawari II, susceptibles de rapporter beaucoup d’argent à l’Etat français.

    M. Gaubert présente à M. Takieddine son épouse, la princesse Hélène de Yougoslavie, son ami Philippe Smadja (qui sera mis en cause, comme M. Gaubert, dans l’affaire du « 1 % logement »), un proche de M. Sarkozy, Dominique Desseigne, l’associé de M. Gaubert en Colombie, Jean-Philippe Couzi ou encore Pierre-Mathieu Duhamel, futur directeur général des douanes françaises.

    C’est à cette date que l’épouse de l’intermédiaire, Nicola Johnson, sympathise avec Mme Gaubert. Les deux femmes, depuis, ont rompu avec leurs maris et les ont dénoncés aux juges.

    Las, le voyage de M. Balladur à Riyad en janvier 1994 se révèle être un échec. Mandaté par les autorités françaises pour débloquer la situation, avec son associé Abdul Rahman El-Assir, M. Takieddine dit ne plus avoir eu de nouvelles de M. Bazire jusqu’à la signature du contrat Sawari II, le 24 novembre 1994.

    C’est juste après cette date que M. Bazire l’aurait recontacté pour lui dire que M. Gaubert avait un message à lui faire porter. Ce message est simple : Gaubert réclame 1,5 million de francs, afin de financer la campagne de M. Balladur. M. Takieddine accepte à condition qu’il les lui remette en cash à Genève, où M. Gaubert détenait lui-même des avoirs.

    A Genève, les deux hommes retrouvent M. Abdul Rahman El-Assir qui avait préparé l’argent, en coupures de 500 francs, glissées dans une mallette remise à M. Gaubert.

    Selon M. Takieddine, cette remise de fonds s’apparentait à un « retour d’ascenseur » logique, le contrat Sawari II lui ayant rapporté une fortune.

    Dix jours plus tard, M. Gaubert vient trouver M. Takieddine pour lui demander « la même somme ». Après s’être assuré que M. Bazire était informé de cette nouvelle demande, M. Takieddine procède de la même manière : il prend rendez-vous à Genève avec MM. El-Assir et Gaubert, le second repartant avec une valise d’espèces d’1,5 million de francs.

    D’après l’homme d’affaires, il y aura une troisième visite de M. Gaubert, qui va réclamer cette fois 3 millions de francs.

    « On doit boucler les comptes, il nous manque 3 millions et quelque », lui aurait dit M. Gaubert.

    Jugeant la demande excessive, M. Takieddine se rend dans le bureau de M. Bazire pour avoir confirmation. « M. Bazire m’a dit qu’effectivement, ce que m’a demandé Gaubert est vrai car ils avaient besoin de cet argent, mais que c’était la dernière fois. » Une nouvelle fois donc, via M. El-Assir, M. Takieddine va remettre une valise d’espèces à M. Gaubert.

    Les révélations de M. Takieddine confortent les découvertes des juges sur les déplacements à Genève de MM. Gaubert et Takieddine, les retraits d’espèces suspects détectés à cette période, ou encore le témoignage de Hélène Gaubert, qui déclarait au Monde, le 26 septembre 2011, à propos de son mari : « Il m’a dit un jour qu’il allait chercher ces espèces en Suisse pour les remettre à Nicolas Bazire. »

    M. Takieddine a également mis en cause François Léotard, ministre de la défense entre 1993 et 1995 et son conseiller Renaud Donnedieu de Vabres. Les deux hommes avaient imposé le duo Takieddine-El-Assir dans les contrats d’armement.

    « M. Donnedieu de Vabres représentait M. Léotard », a déclaré M. Takieddine qui a révélé qu’après l’élection de 1995, M. Donnedieu de Vabres lui avait demandé de l’aider à payer le loyer de son appartement parisien : « Je lui ai payé en cash, allant jusqu’à des sommes entre 15 000 et 20 000 francs à chaque fois », a-t-il dit.

    L’intermédiaire assure avoir également « financé » une partie de l’installation de M. Donnedieu de Vabres à Tours, ainsi que sa campagne législative, en 1997. Au total, il estime lui avoir remis « un maximum de 250 000 francs » en liquide.

    M. Takieddine a par ailleurs confirmé que le politologue américain Paul Manafort avait effectué des sondages au profit du camp Balladur, via M. El-Assir, donc payés par les ventes d’armes. « M. Manafort, a-t-il ajouté, ne m’a pas précisé [que cette étude] avait été payée par M. El-Assir mais je l’ai supposé », révélant à ce sujet l’existence de « contacts directs » entre MM. Bazire et El-Assir.

    Interrogé par Le Monde, Me François Esclatine, avocat de M. Gaubert, a déclaré : « Mon client conteste et s’expliquera devant le juge ».

    Me Frédéric Landon, l’avocat de M. Bazire, de son côté, a assuré que son client « conteste formellement ces allégations ».

    Quant au défenseur de M. Takieddine, Me Francis Vuillemin, tout en dénonçant une « détention-pression », il reconnaît que ce que son client a dit est « énorme ».

    M. Takieddine sera prochainement confronté à MM. Gaubert et Bazire.

    http://www.lemonde.fr/societe/article/2013/06/26/karachi-m-takieddine-reconnait-avoir-finance-la-campagne-de-m-balladur_3436674_3224.html

    J’aime

Les commentaires sont fermés.